Le feu du temps

Lampe à l’huile

Nous avons déjà vu, au cours d’aventures antérieures, que le Québec a quelques expressions particulières pour parler du temps. C’est le cas, par exemple, de la secousse.

Il en va de même de la mèche, unité aussi imprécise que l’autre. Exemple tiré de la section des sports de la Presse+ d’hier : «C’est le cas de Paul Byron, 33 ans, qui ne fait plus de flammèches depuis une mèche, et qui tente de se remettre d’une opération à une hanche.» (On appréciera à sa juste valeur la rime flammèches / mèche.)

Explication de Pierre DesRuisseaux : «Ça fait une mèche. Ça fait longtemps. Allusion à la mèche du fanal à huile» (p. 202).

À votre service.

 

Référence

DesRuisseaux, Pierre, Trésor des expressions populaires. Petit dictionnaire de la langue imagée dans la littérature et les écrits québécois, Montréal, Fides, coll. «Biblio • Fides», 2015 (nouvelle édition revue et augmentée), 380 p.

Le zeugme du dimanche matin et de Flaubert

Gustave Flaubert, Madame Bovary, éd. de 1966, couverture

 

«Le soir, quand Charles rentrait, elle sortait de dessous ses draps ses longs bras maigres, les lui passait autour du cou, et, l’ayant fait asseoir au bord du lit, se mettait à lui parler de ses chagrins : il l’oubliait, il en aimait une autre ! On lui avait bien dit qu’elle serait malheureuse; et elle finissait en lui demandant quelque sirop pour sa santé et un peu plus d’amour.»

Gustave Flaubert, Madame Bovary, chronologie et préface par Jacques Suffel, Paris, Garnier-Flammarion, coll. «GF», 86, 1966, 441 p., p. 45.

Accouplements 194

Café Un homme et son café, Saint-Jérôme, Québec, été 2022

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

En 1933, Claude-Henri Grignon publie Un homme et son péché. Ce roman, devenu classique, a inscrit dans la conscience linguistique québécoise au moins deux expressions. Le personnage principal, Séraphin Poudrier, n’aime pas dépenser : dans le français québécois, on l’a déjà vu, un séraphin est un avare. Grignon a aussi popularisé une forme de juron, viande à chien.

Ajoutons à cette paire un mot utilisé pour critiquer Grignon : séraphinade.

Bouchard, Serge, Un café avec Marie, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 2021, 270 p.

«Le chanoine [Lionel Groulx] avait une peur bleue de l’Amérique et des Américains. Colons, habitants, anti-américains, nous nageons dans la soupe de Claude-Henri Grignon, dans les séraphinades de toutes les versions, censurées ou pas» (p. 37).

Voyer, Marie-Hélène, l’Habitude des ruines. Le sacre de l’oubli et de la laideur au Québec, Montréal, Lux éditeur, 2021, 211 p. Ill.

«Au Québec, en matière de culture, il semble que par ignorance ou incompréhension, on préfère pleurer sur le retrait d’un crucifix ou dénoncer la disparition du jambon dans la soupe aux pois d’une obscure cabane à sucre plutôt que de défendre la pérennité de nos œuvres d’art; tant que nos fèves au lard gardent leur lard et que les séraphinades de Claude-Henri Grignon tournent en boucle à la télé, notre culture restera protégée. Du moins, c’est l’illusion dont on se berce pour dormir en paix» (p. 130).

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté le texte de Marie-Hélène le 6 janvier 2022.

La marée rouge du PQ

Ni alarmiste ni jovialiste

Pour des raisons évidentes, la survie du français au Québec est depuis longtemps un objet d’inquiétude. Comment quelques millions de personnes pourront-elles conserver leur langue alors qu’elles sont entourées de centaines de millions d’anglophones ?

Cette inquiétude légitime se transforme parfois en alarmisme.

On l’a vu quand une partie des données du plus récent recensement canadien ont été rendues publiques il y a quelques semaines. En fonction des indicateurs retenus, les avis divergeaient, mais beaucoup de commentateurs ont pronostiqué la disparition de la langue française au Québec à plus ou moins long terme. (La position de l’Oreille tendue ? Elle tient en un tweet.)

On le voit encore dans cette publicité électorale du Parti québécois.

 

 

Elle ne se distingue pas par son sens de la nuance. On peut en retenir au moins deux choses.

En 2022, à l’exception d’une partie du Québec, le Canada paraît uniformément anglophone, d’un océan à l’autre. Les francophones hors Québec, notamment ceux des provinces de l’Atlantique, apprécieront leur disparition de la carte linguistique du pays.

La capsule publicitaire est marquée par un catastrophisme que ne partagent pas tous les démolinguistes : «Le français recule à vitesse grand V au Québec», y entend-on. Si l’on croit le parti qui a fait voter la Charte de la langue française (la loi 101) en 1977 — c’était il y a 45 ans —, dans 28 ans, on ne parlera plus français au Québec. La marée rouge submergera Montréal vers 2030, la ville de Québec vers 2033, puis l’ensemble du territoire provincial en 2050.

Certes, la publicité n’est généralement pas caractérisée par ses nuances. Cela ne devrait pas empêcher de se garder une petite gêne avant de laisser entendre n’importe quoi.

Fil de presse 040

Charles Malo Melançon, logo, mars 2021

Glanes linguistiques récentes.

Bosc, Michel, Langue française et musiques. Mille ans d’enjeux, Paris, L’Harmattan, coll. «Univers musical», 2022, 180 p.

Copello, Fernando et Sandra Contamina (édit.), Regards sur l’animal et son langage, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. «Interférences», 2022, 318 p.

Dallaire, Patrice, Réveillez-vous… bordel ! La tranquille soumission de la France à l’anglais, Paris, Vérone éditions, 2022, 86 p.

Dubois, Sophie et Louis Patrick Leroux (édit.), Esti toastée des deux bords. Les formes populaires de l’oralité chez Victor-Lévy Beaulieu, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2022, 312 p.

Le Français aujourd’hui, 218, 2022, 146 p. Dossier «L’implicite et ses lectures».

Gaignard, Anne-Marie, Jérôme Derache et GAO, Zazie sans fautes, Paris, Le Robert, 2022, 46 p.

Guérin, Maximilien et Michel Dupeux, Parlons bas-marchois. Une langue de transition entre oc et oïl, Paris, L’Harmattan, coll. «Parlons», 2022, 220 p.

Labeau, Emmanuelle, The Decline of the French Passé Simple, Brill, coll. «Empirical Approaches to Linguistic Theory», 18, 2022.

Leblanc, Bertin et Paul Gros, Éléments de langage. Cacophonie en Francophonie, Saint-Avertin, La boîte à bulles, 2022, 208 p.

Ménage, Gilles, Observations sur la langue françoise, Paris, Classiques Garnier, coll. «Descriptions et théories de la langue française», 6, série «Remarques et observations sur la langue française», 3, 2022, 2 vol., 1477 p. Édition de Marc Bonhomme.

Meschonnic, Henri, Proposition de Déclaration des devoirs envers les langues et le langage, précédée de l’Appel à sa traduction en mille langues pour dire beaucoup, Anglet, Zortziko, 2022, 90 p. Préface de Claude Sicre.

Meunier, Olivier, Scolarisation, bilinguisme et cultures amérindiennes en Guyane française, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. «Des sociétés», 2022, 292 p.

Nore, Françoise, J’en perds mon latin ! Étymologies étonnantes des mots de tous les jours, Paris, Éditions de l’opportun, 2022, 249 p.

Ramond, Charles, Vingt-quatre études de philosophie du langage ordinaire, Limoges, Lambert-Lucas éditions, coll. «Philosophie et langage», 2022, 472 p.

Rapport annuel 2021 de la Commission d’enrichissement de la langue française, Paris, Délégation générale à la langue française et aux langues de France, 2022, 175 p.

Urbain, Émilie et Laurence Arrighi (édit.), Retour en Acadie : penser les langues et la sociolinguistique à partir des marges. Textes en hommage à Annette Boudreau, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. «Langues officielles et sociétés», 2021, 242 p