Sainte flanelle : récit d’origine

La flanelle de la sainte flanelle

«Mais le tissu social de Montréal
C’est de la sainte flanelle»
(Loco Locass, «Le but», chanson, 2009)

 

 

Comment désigner les Canadiens de Montréal — c’est du hockey ?

Dans son Langue de puck. Abécédaire du hockey (2014, p. 85-86), l’Oreille tendue rappelait l’existence des possibilités suivantes : le Canadien de Montréal, le CH (comme sur l’écusson du Club de hockey Canadien), les Habitants, les Habs, le Bleu blanc rouge, le Tricolore, les Glorieux, les Flying Frenchmen, voire l’Organisation. Et il y a la sainte flanelle.

Exemples :

«La Sainte Flanelle, une entreprise qui éprouve des problèmes de productivité» (le Devoir, 11 avril 2012).

«Les habitants se contaient des histoires et chantaient des chansons pour ne pas se décourager et geler tout rond; ils faisaient brûler des lampions en invoquant et en priant sainte flanelle, patronne tricolore des pures laines et des tricotés serré, pour qu’elle les réchauffe et allume leurs lanternes» (Jocelyn Bérubé, 2003, p. 30).

«Pendant qu’son corps partait au cimetière
Pour le grand repos éternel
Son âme retraitait au vestiaire
Pour enfiler la Sainte-Flanelle»
(Mes Aïeux, «Le fantôme du Forum», chanson, 2008)

«Jeu-questionnaire. Connaissez-vous votre flanelle ?» (la Presse+, 26 décembre 2015)

On voit plusieurs graphies de cette expression : sainte flanelle, Sainte Flanelle, Sainte flanelle, Sainte-flanelle, Sainte-Flanelle, flanelle et Flanelle. Ça fait désordre. Suivons Annie Bourret qui, dans Pour l’amour du français (1999, p. 143), recommande la graphie sainte flanelle.

Mais depuis quand parle-t-on de sainte flanelle pour désigner l’équipe montréalaise ? La récente mise en ligne, par Bibliothèque et Archives nationales du Québec, des archives du journal la Presse (1920-2013) permet d’offrir une première proposition de datation. Le 7 novembre 1975 (cahier Sports, p. B2), le journaliste Réjean Tremblay parle de «sainte flanelle rouge». Ce semble être la première attestation écrite. Un lieu commun était né.

Références

Bérubé, Jocelyn, Portraits en blues de travail, Montréal, Planète rebelle, coll. «Paroles», 2003, 94 p. Ill. Préface de Jean-Marc Massie. Accompagné d’un cédérom.

Bourret, Annie, Pour l’amour du français, Montréal, Leméac, 1999, 199 p.

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

Autopromotion 325

Ella Fitzgerald en 1974, avec Joe PassL’Oreille tendue aime beaucoup écrire sur Ella Fitzgerald (voyez ici).

Ce soir, elle parlera d’elle à la radio de Radio-Canada, au micro de Jacques Beauchamp, à l’émission Aujourd’hui l’histoire. C’est à 20 h.

 

[Complément]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.

 

Illustration : Ella Fitzgerald avec Joe Pass, 1974, photo déposée sur Wikimedia Commons, <https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ella_Fitzgerald_1940.jpg?uselang=fr>.

Anniversaire sportif du jour

Arsène et Girerd, les Enquêtes de Berri et Demontigny. On a volé la coupe Stanley, 1975, détail de la couverture

Tout le monde le sait : Guy Lafleur — c’est du hockey — est né un 20 septembre, en 1951.

L’Oreille tendue, une fan de longue date, a beaucoup écrit sur lui. Vous voulez savoir quoi ?

Quel était son statut au moment de son dernier match professionnel ?

Quelle est sa place dans la culture québécoise ?

A-t-il son timbre ?

Qu’est-ce qui le distingue de Maurice Richard et de Jean Béliveau ?

Est-il un gourou ?

A-t-on raconté sa vie aux enfants ?

Apparaît-il dans des bandes dessinées en français ?

Apparaît-il dans des bandes dessinées en anglais ?

Les poètes l’ont-ils chanté ? Oui : ici, , et encore là.

Un court métrage d’animation où il est considéré comme un fantôme, ça existe ?

A-t-il droit à son propre couloir aérien ?

Oscar Thiffault l’a-t-il chanté ?

Que lit-il ?

Surtout : est-il psychotronique ?

À votre service.

 

Illustration : Arsène et Girerd, les Enquêtes de Berri et Demontigny. On a volé la coupe Stanley, Montréal, Éditions Mirabel, 1975, 48 p. Bande dessinée. Premier et unique épisode des «Enquêtes de Berri et Demontigny». Texte : Arsène. Dessin : Girerd. Détail de la couverture.

Passage délicat

Seattle Electric Washer Co., The Argus (Seattle), 24 avril 1920, p. 6

Soit la phrase suivante, tirée de la Presse+ du 11 septembre 2017 :

De simple petite bécane à tout faire, la sympathique Scrambler Icon passe dans le tordeur des stylistes de Ducati et devient la sexy Scrambler Café Racer.

Une moto passerait «dans le tordeur» et en sortirait transformée, et pour le mieux. Cette utilisation méliorative de passer dans le tordeur étonne un brin l’Oreille tendue.

L’expression renvoie au fonctionnement des anciennes machines à laver : pour essorer les vêtements, on les passait entre des rouleaux appelés tordeurs. (Le terme est «déconseillé» par l’Office québécois de la langue française depuis 1973.)

Qui mettait la main, au lieu d’un vêtement, dans le tordeur en souffrait cruellement. Voilà pourquoi l’expression peut être connotée négativement. Exemple :

Rappeur à la langue bien pendue, [Booba] trône au sommet des ventes d’albums en France depuis la sortie, fin novembre, de son cinquième album, Lunatic, disque vitriolique qui passe la France au tordeur (la Presse, 18 décembre 2010, cahier Arts et spectacles, p. 11).

Le dictionnaire numérique Usito — «être dans un enchaînement de circonstances qui se compliquent et dont on ne peut se dégager» — et Pierre DesRuisseaux — «s’immiscer, se laisser entraîner malencontreusement dans une affaire» (p. 305) — donnent une définition différente. Pour l’un et pour l’autre, le synonyme en français de référence d’avoir le bras dans le tordeur serait mettre le doigt dans l’engrenage. Cela ne correspond à aucun des deux exemples relevés ci-dessus.

Les temps seraient-ils en train de changer ?

 

[Compléments du 18 septembre 2017]

1.

Autre exemple, venu de Twitter, du deuxième sens décrit ci-dessus :

On notera le passage de dans le tordeur à au tordeur.

2.

Lisant la phrase suivante : «Le philosophe, professeur à l’UQAM, n’épargne personne : même Lévesque et Parizeau passent dans son broyeur» (le Devoir, 16-17 septembre 2017, p. F6), l’Oreille s’interroge : le tordeur est-il un broyeur ?

 

Illustration : Seattle Electric Washer Co., The Argus (Seattle), 24 avril 1920, p. 6. Reproduction disponible sur Wikimedia Commons.

 

Référence

DesRuisseaux, Pierre, Trésor des expressions populaires. Petit dictionnaire de la langue imagée dans la littérature et les écrits québécois, Montréal, Fides, coll. «Biblio • Fides», 2015 (nouvelle édition revue et augmentée), 380 p.