Chantons avec Justin

À la lecture du tweet d’@OursMathieu, l’Oreille tendue a d’abord cru à une blague. Cette chanson de campagne du Parti libéral du Canada, c’était inventé, n’est-ce pas ? Non : c’est la vérité vraie. Il s’agit de la «chanson officielle» de la campagne du parti de Justin Trudeau, l’actuel premier ministre du Canada.

 

Essayons d’abord de noter les paroles interprétées par le groupe The Strumbellas.

On lève une main haute
Pour demain
On lève une main haute
Aux étoiles
On peut être l’avenir aujourd’hui
Si tu restes avec moi
On lève une main haute
On en arrive
On lève une main haute
Pour [?]
On peut être l’avenir aujourd’hui
Non rien ne m’arrêtera
Ah ah

Comment dire…

Cela vient de l’anglais, «raise your hand» devenant «on lève une main haute», ce qui n’a guère de sens en français.

Le deuxième vers — qu’on pardonne cet excès lexical à l’Oreille — semble être «Pour demain», mais on pourrait tout aussi bien entendre «Pour tout main». Le problème de prononciation est encore plus grave quatre vers avant la fin. Que dit-on ?

Par le tutoiement («Si tu restes avec moi»), on veut probablement faire plus direct qu’avec le vouvoiement, voire toucher «les jeunes».

Sur le plan temporel, cela risque d’être compliqué : comment «être l’avenir aujourd’hui» ?

Certaines passages sont incompréhensibles : «On en arrive» — à quoi ? Aux «étoiles» ?

Décidément, Justin Trudeau et le français, ça ne va toujours pas.

P.-S.—Consolons-nous : ça ne dure que 34 secondes.

P.-P.-S.—Profitons de l’occasion pour évoquer de nouveau le rap de Gilles de Duceppe en 2011.

Double titre du lundi

Enzo, Ça sent le swing !, 2019, couverture

Enzo vient de faire paraître la bande dessinée Ça sent le swing ! Il y est question de jazz manouche.

Un lecteur québécois notera dans ce titre autre chose que l’allusion à la musique (le swing). Sentir le swing, dans le français du Québec, signifie puer.

Il faudrait donc se boucher le nez, mais pas les oreilles.

P.-S.— C’est en ce deuxième sens que le substantif se retrouve dans la liste suivante, tirée de Téléthons de la Grande Surface de Marc-Antoine K. Phaneuf : «le rance, le swing, une tache de marde, une trace de break, la diarrhée» (p. 175).

Références

Enzo, Ça sent le swing ! Chroniques d’une tournée improvisée, Montréal, Éditions de la Bagnole, 2019, 56 p.

Phaneuf, Marc-Antoine K., Téléthons de la Grande Surface (inventaire catégorique). Listes, poésie, name-dropping, Montréal, Le Quartanier, 2008, 188 p.

Chanter Jacques Plante

Jacques Plante (1929-1986) a été gardien de but dans la Ligue nationale de hockey, notamment pour les Canadiens de Montréal. Il n’a pas inventé le masque pour les gardiens, mais il est celui qui a fait le plus pour le rendre obligatoire. (Pour un portrait de Plante en lecteur, vous pouvez aller de ce côté.)

On l’a assez peu chanté en français. En 1954, La famille Soucy, dans «Le club de hockey Canadien», loue le «grand Plante» : «Pour un gardien d’but c’en est un.» Six ans plus tard, Oswald («Les sports») lui recommande le calme : «Fais pas le fou Ti-Jacques Plante.» André Brazeau («Ti-Guy», 2002), Mes Aïeux («Le fantôme du Forum», 2008) et Loco Locass («Le but», 2009) jettent son nom au milieu d’une théorie de grands joueurs du passé.

Ogden Ridjanovic — à la scène : Robert Nelson — vient de lancer Nul n’est roé en son royaume, album contenant la pièce «Jacques Plante». 

Il y a des jours où l’Oreille tendue pense avoir l’oreille. Aujourd’hui n’en est pas un. (Paroles ici.)

P.-S.—L’ancien entraîneur des Canadiens Jacques Demers a droit à sa chanson sur le même album. (Paroles .)

P.-P.-S.—Le groupe Rheostatics, dans «The Ballad of Wendel Clark», un an après la mort du cerbère, rapporte une entrevue de Clark avec Ken Hodge : «He said that he was confident and keen / He said that Jacques Plante didn’t die / So all of us could glide / He said that hard work is the ethic of the free.» Leçon morale : le travail («hard work») libère («free»).

P.-P.-P.-S.—L’Oreille a déjà publié un article savant sur la place des Canadiens de Montréal dans la chanson québécoise francophone : Melançon, Benoît, «Chanter les Canadiens de Montréal», dans Jean-François Diana (édit.), Spectacles sportifs, dispositifs d’écriture, Nancy, Questions de communication, série «Actes», 19, 2013, p. 81-92.

Romance de puck

Thérèse Loslier, le Hockey et l’amour, s.d., couverture

Marie-Pier Luneau est professeure à l’Université de Sherbrooke. Avec Jean-Philippe Warren (Université Concordia), elle dirige un projet de recherche sur le roman sentimental en fascicules au Québec (formats brefs, sérialité, faibles coûts, production massive). Le 29 mars dernier, à l’Université McGill, ils ont présenté une conférence sur ce thème. C’est alors que l’Oreille tendue a découvert l’existence du fascicule romanesque intitulé le Hockey et l’amour et signé Thérèse Loslier. Elle ne pouvait pas ne pas le lire.

Henri-Paul Lasnier a 17 ans et il brille, à la position de centre, pour le club de hockey de Saint-Eustache. C’est un prodige : «Tu dois avoir découvert ce joueur-là dans la planète UTOPIE […]» (p. 9). Il est recruté par les Canadiens de Montréal de la Ligue nationale de hockey, mais, pour des raisons d’argent, il décide de se joindre à l’équipe de Montréal dans une nouvelle ligue concurrente, la Ligue internationale de hockey. Il déchante vite : on lui demande de tricher pour influencer le résultat des matchs et permettre à des financiers véreux de s’enrichir. Il s’en tirera in extremis.

Le cadre de ce court texte (32 pages) est réaliste. On y croise l’animateur de radio Michel Normandin, l’entraîneur Frank Carlin, l’arbitre Georges Gravel et plusieurs dirigeants des Canadiens (Joseph Cattarinich, Léo Dandurand, Louis Létourneau, Tommy Gorman). Des joueurs réels sont nommés : Georges Vézina, Joe Malone, Sprague Cleghorn. Lasnier est tellement fort sur la glace qu’on dit de lui qu’il est «une combinaison de Didier Pitre et d’Aurèle Joliat» (p. 7, p. 8), voire la réincarnation d’Howie Morenz (p. 9). Il est «le seconde étoile du hockey, la première étant indubitablement l’insurpassable Maurice Richard» (p. 15).

L’amateur de hockey ne sera pas dépaysé en matière de langue. Les gardiens de but sont des «cerbères» (p. 6, p. 28, p. 31), les joueurs habiles savent «tricoter» (p. 6, p. 31), les uns comme les autres patinent sur «le rond» (p. 20) et ils s’échangent, au masculin, le «puck» (p. 31). Les plus doués font des «combinaisons» (p. 9) ou des «finasseries» (p. 31) «scientifiques».

Si ce qui précède est attendu, en revanche, l’importance accordée aux questions d’argent dans le domaine sportif tranche sur la production fictionnelle traditionnelle, s’agissant du hockey. La femme d’Henri-Paul, Marjolaine, lui sert de «gérante» (p. 14) et elle négocie avec les dirigeants des équipes, les bons (Gorman) comme les autres (celui qui s’appelle Rabinovtich sera nécessairement fourbe…). Elle ne se contente pas de peu :

— Il va falloir que tu gagnes beaucoup d’argent, mon amour.
— Hein, mon trésor ?
— Beaucoup d’argent, reprit-elle, parce que je veux vivre comme une princesse, comme ta princesse, mon chéri.
— De l’argent, rêva-t-il, beaucoup d’argent; oh, pourquoi faut-il du vil métal pour alimenter l’amour ?
— L’homme ne vit pas que de sentiment, Henri-Paul; nous sommes faits d’un cœur pour aimer, mais aussi d’un corps qui doit bien manger… (p. 12)

Elle arrivera à ses fins : quand il signera finalement un contrat avec les Canadiens de Montréal, Lasnier touchera un salaire quatre fois plus élevé que celui qu’on lui avait proposé initialement (p. 32).

Sur un plan différent, on notera que l’auteure supposée — qui est donc cette Thérèse Loslier ? — aime citer. Parfois ce sont des chansons, par exemple «Il a gagné ses épaulettes» (p. 5), «Plaisir d’amour ne dure qu’un moment» (p. 5) ou «Dans le bon vieux temps, ça se passait de même» (p. 26-27). Parfois il s’agit de théâtre, en l’occurrence de Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand (acte III, sc. X, citée p. 4).

Retenons enfin de cette lecture une citation : «Soudain déshabillée de son amour, [Marjolaine] se sentait comme nue» (p. 19).

P.-S.—De quand le texte date-t-il ? Hypothèse de Marie-Pier Luneau : «il est possible de déduire que le fascicule est publié après 1950, car il paraît mensuellement (avant, la série était hebdomadaire), et avant 1958 (car il coûte 10 sous et, après 1958, les romans se vendent 12 sous)».

Référence

Loslier, Thérèse, le Hockey et l’amour. Roman d’amour mensuel, Montréal, Éditions PJ, numéro 22, s.d., 32 p.