Sujet de devoir

Corpus principal

Tandis que je passais un coup de balai, Hope avait empilé la vaisselle dans l’eau savonneuse. Quelques bulles flottaient dans l’Animalerie [c’est là où habite Hope], réfléchissaient tout ce qui les entourait — des copies de secours miniatures de notre univers (p. 38).

En digne Randall, Hope n’abandonnait jamais une idée fixe. Elle la tournait et retournait dans tous les sens, comme un cube Rubik — un exercice qui pouvait se poursuivre en tâche de fond pendant des heures, parfois des jours (p. 62).

À force de la bombarder d’informations, nous avions réussi à redémarrer le système d’exploitation [rendre à la conscience la mère de Hope] — mais au lieu d’un simple retour à la normale, nous avions vu s’activer une toute nouvelle Ann Randall (p. 104).

En fait, Hope commençait à soupçonner une forme d’amnésie à long terme, comme si sa mère avait formaté de vastes zones de sa mémoire (p. 107).

Sujet

Expliquer comment la prose de Nicolas Dickner est nourrie par le vocabulaire de l’informatique.

Consignes

Ne pas tenir compte des mentions du courriel (p. 247) et des «télécondoléances» (p. 248), de Google (p. 255) et d’Internet (p. 268), des «COBOL coders» (p. 169).

«Viser 250 mots, prière [de ne pas] éviter les verbes être et avoir» (p. 53).

Référence

Dickner, Nicolas, Tarmac, Québec, Alto, 2009, 271 p. Ill.

Leçon d’anatomie

En légende d’une photo dans un quotidien : «Bruny Surin incarnera Michelot Antoine, un fier-à-bras avec des remords de conscience[,] dans le nouveau film de Marie-Ange Barbancourt» (la Presse, 10 décembre 2010, cahier Arts et spectacles, p. 1).

Avoir des remords ? L’Oreille tendue peut comprendre. Mais des remords de conscience ? Cela lui échappe. Connaissez-vous quelqu’un qui a déjà eu des remords de genou ? De pied gauche ? Où sont les remords sinon dans la conscience ?

P.-S. — L’expression est fréquente au XVIIIe siècle (Marivaux, Rousseau, Fréron, les Nouvelles ecclésiastiques, les Lettres édifiantes et curieuses des Jésuites) ? L’Oreille n’en disconvient pas. Ça ne la réconcilie pourtant pas avec elle.

«Vanité des vanités, et tout n’est que vanité»

Le 27 novembre, l’Oreille s’était tendue contre une grossière faute de concordance des temps dans une publicité de Nissan : il manquait un subjonctif.

Dans la Presse du 11 décembre (p. A11), la même publicité paraît, mais corrigée.

Gros Bon Sens serait-il un lecteur de ce blogue ? Vanité quand tu nous tiens…

USB à la mer

L’Oreille tendue, qui n’était pas encore l’Oreille tendue, s’est, en 2005, intéressée aux bouteilles à la mer — les authentiques, mais aussi leurs modernes incarnations : ballons, fusées, billets de banque, livres. (On peut lire cette curiosité épistolaire ici.)

Depuis, il y a eu plus fort. Aram Bartholl, un artiste allemand en résidence à New York, a lancé il y a quelques semaines le projet Dead Drops. Définition : «“Dead Drops” is an anonymous, offline, peer to peer file-sharing network in public space.» Traduction libre : vous achetez une clé USB, vous n’y mettez rien (sauf un fichier texte expliquant le projet), vous la cimentez dans un mur (un arbre, un banc), vous rendez public son emplacement — puis s’y connecte qui le souhaite (dans la langue d’origine : «Plug your laptop to the wall»). Une fois branché, on peut copier sur son propre appareil le contenu de la clé, modifier ce contenu, y ajouter un nouveau contenu.

C’est anonyme («anonymous») — mais pas obligatoirement —, ça ne passe pas par Internet («offline»), c’est un échange entre égaux («peer to peer file-sharing»), c’est un réseau («network») et c’est public («in public space»). C’est une bouteille à la mer, non ?

P.-S. — Pourquoi ce nom de Dead drop ? Réponse de Wikipedia : «A dead drop or dead letter box, is a location used to secretly pass items between two people, without requiring them to meet. This stands in contrast to the live drop, so called because two live persons meet to exchange items or information.» Dans les deux cas, il y a échange. Dans le second, on se rencontre; pas dans le premier. Malgré le nom, personne ne meurt.

 

[Complément du 4 juillet 2013]

Extension, depuis 2011, du domaine des dead drops : le widrop (Wireless dead DROP). De quoi s’agit-il ? «Un widrop est un dispositif simple qui allie un espace de stockage sans droits d’accès particuliers, avec une connectivité Wi-Fi pour y accéder de façon pratique avec un terminal mobile (smartphone ou laptop par exemple).» Il suffisait d’y penser. Explication ici. (Merci à @bibliomancienne.)

 

Lettre au Gros Bon Sens

Cher Gros Bon Sens,

Je viens de voir la publicité que vous signez aujourd’hui dans la Presse (p. A15) pour un nouveau véhicule de Nissan.

Pareille publicité, en couleurs, sur deux pages, doit coûter fort cher. J’imagine que vous voulez limiter le prix de vos véhicules. Je comprends tout ça.

Sont-ce des raisons suffisantes pour faire des économies en matière de langue ? Cela vous aurait-il coûté beaucoup plus cher d’engager quelqu’un qui maîtrise l’emploi du subjonctif ?

Signé : Un lecteur qui trouve que c’est bien beau parler d’innovations, encore faut-il que ça soit écrit correctement.