Contribution électorale

L’Oreille tendue, à ses heures, aime à se considérer comme un service public. Voilà pourquoi, à la demande générale (n=0), elle a décidé de contribuer à la campagne électorale québécoise. Elle offre ci-dessous son aide aux électeurs (et aux autres) qui auraient pu être troublés par le vocabulaire des chefs des quatre principaux partis politiques en lice.

Philippe Couillard : coupures

François Legault : ayoye

Jean-François Lisée : câlicer

Manon Massé : viarge

Jurons gazeux

Francis Desharnais et Pierre Bouchard, Motel Galactic. 2. Le folklore contre-attaque, 2012, p. 65, détail

Soit les phrases suivantes :

«Ça peut sembler onirique en soda, mais le fait est que le musicien y trouve la matière de compositions à la fois riches et apaisantes» (le Devoir, 22-23 septembre 2018).

«Tout ça règle pas mon soda de problème de spatio-jet de marde» (Motel Galactic, p. 12).

«Soda ! C’est compliqué !» (Motel Galactic. 2, p. 65)

Ce soda n’est évidemment ni la «Boisson gazeuse contenant des arômes, des sirops de fruits et des édulcorants», ni l’«Eau traitée à laquelle on a ajouté du gaz carbonique pour la rendre artificiellement gazeuse» dont parle le dictionnaire numérique Usito.

C’est un de ces mots employés, au Québec, au lieu de jurons d’un meilleur cru.

Faites l’exercice : remplacez ces soda par crisse. Ce n’est pas tout à fait la même chose.

P.-S.—En effet, ce n’est pas la première fois que nous croisons pareil sacre inoffensif (voir ici, ou encore là).

Références

Desharnais, Francis et Pierre Bouchard, Motel Galactic, Montréal, Éditions Pow Pow, 2011, 107 p.

Desharnais, Francis et Pierre Bouchard, Motel Galactic. 2. Le folklore contre-attaque, Montréal, Éditions Pow Pow, 2012, 101 p.

Moïse en Québec

Soit la phrase suivante, tirée de la 91e entrée de l’excellente série «Passé simple», de @machinaecrire, «Mots de mon enfance» :

Quand j’étais petit, j’utilisais le juron mozusse, mais c’est bien plus tard dans ma vie que j’ai compris que ce mot est en fait Moses, c’est-à-dire Moïse en anglais.

Mozusse, donc : un autre sacre mou.

On lui connaît plusieurs autres graphies.

Mosusse : «mosusse qu’ils vont nous manquer» (la Presse, 31 janvier 2012, cahier Sports, p. 5).

Maususse : «Une maususse de bonne idée de s’intéresser à la précarité des travailleurs autonomes» (Twitter, 3 septembre 2018).

Mosus : «Oh, la mosus, elle va mieux, vous voyez, elle se berce !» (l’Angle mort, p. 189)

Môsus : «Robert est un môsus de téteux» (le Village québécois d’aujourd’hui, p. 133).

Moses : «(pron. mauzusse) interj. — Juron inoffensif. Être en moses — Être en colère» (Dictionnaire de la langue québécoise, p. 327).

Ça fait désordre.

Références

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB éditeur, 1980, 574 p.

Chassay, Jean-François, l’Angle mort, Montréal, Boréal, 2002, 326 p.

Melançon, Benoît et Pierre Popovic, le Village québécois d’aujourd’hui. Glossaire, Montréal, Fides, 2001, 147 p.

Benoît Melançon et Pierre Popovic, le Village québécois d’aujourd’hui, 2001, couverture

Un tabarnak de bon tweet

L’Oreille tendue l’a dit et répété : elle aime beaucoup sacrer, et sacrer beaucoup. Elle a un faible, dans son répertoire de jurons, pour tabarnak (voir ici et ).

Pourquoi ? À cause de la variété de ses usages. Prenez le tweet ci-dessus.

«Être beau en tabarnak», c’est être vraiment très beau.

«Être en beau tabarnak», c’est être fâché superlativement.

«Être un beau tabarnak», c’est être quelqu’un qu’on souhaiterait ne jamais être.

Quatre mots, pour trois sens, selon l’ordre dans lequel on les emploie.

Que demander de mieux ?

 

[Complément]

Des sources journalistiques généralement bien informées indiquent à l’Oreille que l’ami cité dans le tweet («a friend») serait Bryan Villeneuve. Rendons à César ce qui est à César : merci.