Rabouter, post-Shelley

Classic Comics, 26, «Frankenstein», couverture

Serial est une passionnante entreprise radiophonique.

Durant la première saison, Sarah Koenig se penchait sur le meurtre de Hae Min Lee et la condamnation d’Adnan Masud Syed. Était-il vraiment coupable de ce meurtre ?

La deuxième saison, qui est en cours de diffusion, essaie de comprendre pourquoi un soldat américain, Bowe Bergdahl, a quitté son poste en Afghanistan, avant de tomber aux mains des talibans.

Koenig raconte, dans le cinquième épisode de cette deuxième série, «5 O’Clock Shadow», une des missions auxquelles Bergdhal a participées. Arrive un moment où les véhicules qu’on y utilise sont tellement endommagés que les soldats doivent essayer de prendre des pièces de plusieurs pour en faire fonctionner un seul. Description de Koenig : «You could frankenstein them back together if you had the right parts.»

To frankenstein : rabouter, en quelque monstrueuse sorte.

Le verbe n’est pas neuf. L’Oreille tendue le découvre et s’en réjouit.

Qu’en aurait pensé Mary Shelley, la créatrice de Frankenstein ?

Illustration disponible sur Wikimedia Commons : <https://commons.wikimedia.org/wiki/File:CC_No_26_Frankenstein_2.JPG>.

Un mot désormais inutile ?

«Tendances. L’ère de la postmodernité», la Presse+, 30 décembre 2015Croyez-la sur parole : l’Oreille tendue aime les mots. Il est vrai que certains usages l’ennuient — de capitale, d’extrême, de problématique, de quitter, d’urbain, etc. —, mais, en général, elle essaie de ne pas faire (trop) de boutons devant les mots employés n’importe comment.

Cela dit, elle est humaine : il lui arrive de perdre de sa retenue. C’est le cas devant plusieurs occurrences incongrues du mot postmoderne. (Oui, bien sûr, rien là de neuf.)

Exemples.

Le même jour, le 30 décembre dernier, le Devoir publie un texte d’opinion de Yann Boromus et Étienne Boudou-Laforce, «Star Wars. De la vacuité de la cinématographie postmoderne» (p. A7), et la Presse+, un article d’Iris Gagnon-Paradis, «Tendances. L’ère de la postmodernité» (il s’agit de mode). Personne n’a (n’aurait) besoin de définir les mots utilisés en titre; cela va (irait) de soi.

Dans son livre sur le chroniqueur journalistique Pierre Foglia, Marc-François Bernier écrit, au sujet de la présence d’un crucifix à l’assemblée nationale du Québec : «Les premiers veulent l’enlever au nom de la pluralité postmoderne qui fait fi des traditions, les seconds veulent le conserver, car ils y voient justement le symbole d’une tradition à défendre, sinon à faire revivre» (p. 170). L’Oreille met l’auteur au défi de trouver qui que ce soit qui ait voulu enlever ce symbole «au nom de la pluralité postmoderne». De la pluralité ? Oui. De la pluralité postmoderne ? Cela est plus que douteux.

Le chroniqueur Mathieu Bock-Côté, lui, écrit ceci le 30 septembre 2015 : «En un mot, la grosse madame anglaise de chez Eaton s’est fait remplacer par le petit branché mondialisé et postmoderne.» Postmoderne paraît être ici un genre d’insulte : être branché (mot venu tout droit des années 1980) et être mondialisé, ce n’est pas bien; être postmoderne, ce n’est pas mieux; petit est la cerise sur le gâteau / le sundae. Transportons-nous au Moyen Âge et essayons d’insulter quelqu’un de l’époque en le traitant de petit troubadour médiéval. Ce serait aussi absurde que de traiter quelqu’un de postmoderne en 2015.

Pour le dire autrement : s’il existe un telle chose que la postmodernité, il s’agit d’un concept pour décrire une époque. Ce n’est ni un étendard («Je suis postmoderne») ni un terme péjoratif («Espèce de postmoderne !»).

Ça va mieux. Merci.

P.-S. — Rappelons que le mot n’est pas récent. Il serait avéré, en anglais, en 1949, selon le Dictionnaire historique de la langue française, dans «la terminologie […] de l’art» : «Ces termes [postmoderne, postmodernisme, après-modernisme] recouvrent un mouvement artistique contemporain, notamment architectural, fondé sur la remise en cause des théories modernistes (au sens américain) et du style international dominants dans la première moitié du XXe siècle» (éd. de 1992, p. 1258). Le mot s’impose en français en 1979, avec la parution d’un ouvrage de Jean-François Lyotard, la Condition post-moderne.

Références

Bernier, Marc-François, Foglia l’Insolent, Montréal, Édito, 2015, 383 p.

Lyotard, Jean-François, la Condition post-moderne : rapport sur le savoir, Paris, Éditions de Minuit, coll. «Critique», 1979, 109 p.

Rey, Alain (édit.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires le Robert, 1992, 2 vol., xxi/2383 p.

Un indicateur linguistique fiable ?

Le Huffington Post Canada, dans sa livraison du 14 décembre, présente, sous le titre «Swear Words Aren’t Limiting Your Vocabulary, They’re Expanding It : Study», les résultats d’une étude américaine sur l’utilisation des jurons.

Dans «Taboo Word Fluency and Knowledge of Slurs and General Pejoratives : Deconstructing the Poverty-of-Vocabulary Myth», deux psychologues, Kristin L. Jay et Timothy B. Jay, essaient de démontrer que, contrairement à la croyance populaire, les gens qui emploient beaucoup de gros mots ont un vocabulaire plus étendu et une meilleure maîtrise de la langue que les autres («Contrary to popular belief, those who were well-versed in swear words also had a more expansive vocabulary and a better grasp on language»).

L’Oreille tendue, qui aime beaucoup sacrer et sacrer beaucoup, aurait spontanément tendance à se ranger derrière pareille conclusion.

Les deux solitudes

Depuis quelques semaines, le Canada a un nouveau premier ministre, Justin Trudeau. Hier, il prononçait son discours du Trône inaugural.

Interrogé par des journalistes anglophones, Jean Chrétien avait ceci à dire à son sujet : «I don’t want to be the mother-in-law» (phrase citée par @HannahThibedeau).

Les francophones n’avaient aucun mal à comprendre l’allusion : l’ancien premier ministre ne voulait pas se comporter comme une belle-mère («mother-in-law») envers le nouveau, commenter ses faits et gestes, lui donner des conseils (non sollicités), se mêler de ses affaires. (On a vu cette expression ici et .)

En revanche, certains anglophones semblent s’interroger :

Plutôt que la famille, l’automobile («backseat driver») : à chacun ses métaphores.