Poème du jour

Nature morte, dite à la balle de baseball

La saison de baseball commence. Célébrons ce moment avec de la poésie lutétiosportive.

The crack of a bat

Dick Roraback

Away on this side of the ocean
When the chestnuts are hinting of green
And the first of the café commandos
Are moving outside for a fine
And the sound of spring beats a bolero
As Paree sheds her coat and her hat
The sound that is missed more than any
Is the sound of the crack of a bat.
There’s an animal kind of feeling
There’s a stirring down at Vincennes Zoo
And the kid down the hall’s getting restless
Taking stairs like a young kangaroo
Now the dandy is walking his poodle
And the concierge sunning her cat
But the heart’s with the Cubs and the Tigers
And the sound of the crack of a bat.
In the park on the corner run schoolboys
With a couple of cartons for props
Kicking goals à la Fontaine or Kopa
While a little guy chikies for cops
“Goal for us,” “No it’s not,” “You’re a liar,”
Then the classical shrieks of a spat
But it’s not like a rhubarb at home plate
Or the sound of the crack of a bat.
Here the stadia thrill to the scrumdowns
And the soccer fans flock to the games
And the chic punt the nags out a Longchamp
Where the women are dames and not dames
But it’s different at Forbes and at Griffith
The homes of the Buc and the Nat
Where the hotdog and peanut share laurels
With the sound of the crack of a bat.
No, a Yank can’t describe to a Frenchman
The rasp of an umpire’s call
The continuing charms of statistics
Changing hist’ry with each strike and ball
Nor the self-conscious jog of the slugger
Rounding third with the tip of his hat
Nor the half-smothered grace of a hook slide
Nor the sound of the crack of a bat.
Now, the golfer is buffing his niblick
And the tennis buff’s tightening his strings
And the fisherman’s flexing his flyrod
Like a thousand and one other springs
Oh, the sports on both sides of the ocean
Have a great deal in common, at that
But the thing that’s not HERE
At this time of the year
Is the sound of the crack of a bat.

Le pogo de Manon Massé

Boîte de pogos

Le gouvernement du Québec déposait hier son budget. Manon Massé, la députée de la circonscription de Sainte-Marie–Saint-Jacques pour Québec solidaire, n’a pas été convaincue (euphémisme) par ce qu’elle a découvert, d’où cette déclaration :

Ça prend pas le pogo le plus dégelé de la boîte pour comprendre qu’après avoir mis le feu dans la bâtisse, ce n’est pas un coup de peinture et des nouveaux rideaux qui vont changer les choses.

«Ça prend pas le pogo le plus dégelé de la boîte» ? Traduction libre : pas besoin d’être spécialement allumé. (Pogo ? Par ici.) Synonyme (ancien) : ça prend pas la tête à Papineau.

La langue de Donald Trump regorge d’expressions de même nature (source) :

Not the sharpest knife in the drawer.

Got into the gene pool while the lifeguard wasn’t watching.

A room temperature IQ.

Got a full 6-pack, but lacks the plastic thingy to hold it all together.

A gross ignoramus — 144 times worse than an ordinary ignoramus.

A photographic memory but with the lens cover glued on.

A prime candidate for natural deselection.

Bright as Alaska in December.

One-celled organisms out-score him in IQ tests.

Donated his body to science before he was done using it.

Fell out of the family tree.

Gates are down, the lights are flashing, but the train isn’t coming.

Has two brains; one is lost and the other is out looking for it.

He’s so dense, light bends around him.

If brains were taxed, he’d get a rebate.

If he were any more stupid, he’d have to be watered twice a week.

If you give him a penny for his thoughts, you’d get change.

If you stand close enough to him, you can hear the ocean.

It’s hard to believe that he beat out 1,000,000 other sperm.

One neuron short of a synapse.

Some drink from the fountain of knowledge; he only gargled.

Takes him 1 1/2 hours to watch 60 minutes.

Was left on the Tilt-A-Whirl a bit too long as a baby.

Wheel is turning, but the hamster is dead.

Variante : «No one is asking him to bring the potato salad to the Mensa picnic» (merci à @catheoret).

Le pogo dégelé est en bonne compagnie.

 

[Complément]

@maxdenoncourt (merci) indique à l’Oreille tendue deux autres occurrences de l’expression, l’une dans la Presse+, l’autre sur Twitter, les deux datant de l’automne 2016.

 

[Complément du 2 avril 2017]

Variation radiophonique, entendue tout à l’heure à l’émission La soirée est (encore) jeune, à Radio-Canada, dans la bouche de Jean-Sébastien Girard : «Pas besoin d’être le condom le plus lubrifié dans la boîte.»

Le niveau baisse ! (1961, 1917, 1785 et bien avant)

Source : Steven Pinker, «Linguistics, Style and Writing in the 21st Century», conférence à la Royal Institution, mise en ligne sur YouTube le 28 octobre 2015, de 1 minute 50 secondes à 3 minutes 40 secondes.

Pour en savoir plus sur cette question :

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Ill.

Benoît Melançon, Le niveau baisse !, 2015, couverture

Les dix néologismes anatomiques du jour

Ils se trouvent trop gros ? «C’est aujourd’hui que j’apprends l’existence du mot “bigorexie” pour désigner l’obsession du corps parfait chez les jeunes hommes» (@Hortensia68).

Quel que soit leur âge, ils le trouvent trop court / fluet ? «La lipopénosculpture, l’allongement et l’épaississement du pénis, existe en France depuis 1992…» (@franceculture)

Ils s’en servent pour s’exprimer ? Voilà, via @mcbeaucage, le sens de pénispliquer, traduction proposée de mainsplain, cette façon condescendante pour certains hommes d’expliquer quelque chose à des femmes qui connaissent mieux qu’eux la question traitée.

Ils soignent leurs poils ? «Néologisme du jour : “barbestache”. Il paraît que ça désigne le look “petite barbe, grosse moustache”. On n’arrête pas le progrès» (@Hortensia68).

Elles veulent se débarrasser des leurs ? Il y a le vajacial pour cela, dixit la Presse+ du 5 août 2016 : «Oui, vous avez bien lu : il s’agit d’un service de type soin facial, mais pour les parties intimes, censé conjurer boutons et poils incarnés — notamment indiqué pour celles qui pratiquent l’épilation intégrale dite “brésilienne”, qui vient souvent avec ce genre de problèmes.»

Elles veulent aller à la plage, mais sans bronzer ? Le face-kini est pour elles.

Elles, aussi, se trouvent trop grosses ? Le fatkini viendrait à leur rescousse, comme l’ensemble de la fatshion, la mode (fashion) pour celles qui considèrent avoir un problème de poids (fat).

Elles défendent la mammographie ? Ce serait des adeptes du mamming.

Bref, si la sexospécifité, selon l’Organisation mondiale de la santé, est affaire de «comportements», d’«activités» et d’«attributs sociaux», elle est également affaire de langue.

Les néologismes du numérique et du vendredi matin

La langue du numérique ne cesse de s’enrichir de nouveaux mots. On en trouvera huit ci-dessous, certains récents, d’autres un peu moins.

Comment appeler «un projet d’infrastructure en ligne ayant pour but d’ouvrir la voie à des opportunités nouvelles d’étude des mots qui transportent les gens à la fois au et sur le Canada» ? Un collaboratoire.

Ce serait, en quelque sorte, le contraire du putaclic, ainsi défini par le quotidien belge le Soir : «Dont le titre ou le résumé ont un caractère racoleur, de manière à provoquer une diffusion virale.»

Si vous fréquentez la réacosphère et si cela vous gêne, pourquoi ne pas en imputer la responsabilité au putaclic ou à la naviguerrance, le «fait de passer du temps à naviguer au hasard sur Internet, d’errer de lien en lien, de s’égarer dans les dédales du Web, se laissant distraire par l’information quasi illimitée disponible, au point d’en oublier l’objet de sa recherche initiale» (dixit l’Office québécois de la langue française) ? Profitez de l’occasion pour vous plaindre de la fragmentation, notamment idéologique, de la Toile, le Splinternet.

Quoi qu’il en soit, évitez la pornovengeance et le shitposting (sur les réseaux sociaux, reprendre et diffuser des images sans grande qualité visuelle et sans rapport avec la discussion en cours).

Au besoin, consultez des Numéricains.