Les zeugmes du dimanche matin et d’Hervé Le Tellier

Hervé Le Tellier, l’Anomalie, 2020, couverture

«Blake achète en liquide et à un inconnu un ordinateur portable d’occasion […]» (p. 16).

«Blake boit donc son café, sans sucre ni inquiétude» (p. 24).

«Oui, mon frangin, oui, tu vas vomir tes tripes, te vider par tous les bouts, tu vas perdre tes cheveux, et tes sourcils, et vingt kilos aussi, et après quoi ?» (p. 45)

«Ni le Nigeria ni l’alcool ne lui réussissent» (p. 85).

«Malgré tout, en valsant avec elle, en chassant loin le sang et la poudre et le désert, il crachait à la gueule de tous les démons de l’enfer» (p. 189-190).

«[…] la quasi-totalité de l’espèce va mourir de chaud et de stupidité dans à peine cinquante ans simulés» (p. 198).

Hervé Le Tellier, l’Anomalie, Paris, Gallimard, 2020, 327 p.

Accouplements 159

Martin Gibert, Faire la morale aux robots, 2020, couverture

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Lecture de la semaine dernière : Gibert, Martin, Faire la morale aux robots. Une introduction à l’éthique des algorithmes, Montréal, Atelier 10, coll. «Documents», 17, 2020, 95 p. Ill.

«C’est une conférence TED qui date de 2015. Le philosophe Nick Bostrom, micro-cravate et calvitie naissante, s’adresse au public du Convention Centre de Vancouver» (p. 48).

Lecture de cette semaine : Le Tellier, Hervé, l’Anomalie, Paris, Gallimard, 2020, 327 p.

«Nous l’appelons “l’hypothèse Bostrom”. Je veux parler de Nick Bostrom, un philosophe enseignant à Oxford, qui a proposé au début du siècle…» (p. 165)

L’oreille tendue de… Jean-François Vaillancourt

Jean-François Vaillancourt, Esprit de corps, 2020, couverture

«Drouin joignit les mains :
—Meleu meleu meleu !
Ils tendirent l’oreille. La pleine lune cachée par les nuages répandait juste assez de lumière pour qu’ils voient les peupliers qui frissonnaient dans la profondeur du bois noir.
— Meleu meleu, meleu meleu.»

Jean-François Vaillancourt, Esprit de corps. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 149, 2020, 302 p., p. 60.

Ces pipes ne sont pas des pipes

Les pipes sont des biceps

Le hasard fait que l’Oreille tendue s’est occupée de pipes plus souvent que d’habitude au cours des derniers jours, les pipes que l’on tire et celles que l’on conte, sans compter celles que l’on remplit. Ce n’est pas tout.

Soit les deux phrases suivantes :

«À droite, les pipes croisés, une jambe appuyée sur une chaise vacante, un muscle fait homme […]» (la Surface de jeu, p. 221).

«Vous, quand on vous donne du kit, vous le détruisez pour montrer que vous avez de gros pipes ?» (Esprit de corps, p. 89)

Ces pipes-là demandent peut-être explication.

Le mot est masculin («pipes croisés», «gros pipes»). Son acceptabilité linguistique pourrait poser problème, d’où l’italique dans la deuxième citation.

Ajoutons encore qu’il ne se prononce pas pipe, mais quelque chose comme païpe.

En effet, le mot vient de l’anglais et désigne les (gros) bras.

À votre service.

 

Références

Beauchemin-Lachapelle, Hugo, la Surface de jeu. Roman, Montréal, La Mèche, 2020, 276 p.

Vaillancourt, Jean-François, Esprit de corps. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 149, 2020, 302 p.

Le siège de la connaissance

Michel Tremblay, Conversations avec un enfant curieux, 2016, couverture

Avec quoi pense-t-on au Québec ? Avec sa bolle (sa tête). C’était avec elle que travaillaient, à l’Université de Montréal, les participants du jeu-questionnaire Bols & bolles.

Qui se sert de sa bolle est, bien sûr, une bolle.

Qui s’en sert beaucoup risque de se le faire reprocher : «Coudonc, t’es-tu bollée ?» (Ouvrir son cœur, p. 183) Une bollée, dans ce contexte, aurait aussi été acceptable, bollé(e) pouvant être une épithète ou un substantif.

Sur la bolle se trouvent aussi les cheveux (courts) : «Pis chus tanné d’avoir un rase-bol tous les étés» (Conversations avec un enfant curieux, p. 59).

Il est d’autres bol(le)s au Québec, mais ce sera pour un autre jour.

P.-S.—On voit aussi une bol et une bole, comme le montrent les exemples du Trésor des expressions québécoises (p. 47).

P.-P.-S.—On ne confondra pas le verbe de la connaissance et le siège de la connaissance.

 

Références

DesRuisseaux, Pierre, Trésor des expressions populaires. Petit dictionnaire de la langue imagée dans la littérature et les écrits québécois, Montréal, Fides, coll. «Biblio • Fides», 2015 (nouvelle édition revue et augmentée), 380 p.

Morin, Alexie, Ouvrir son cœur, Montréal, Le Quartanier, coll. «Écho», 29, 2020 (2018), 343 p.

Tremblay, Michel, Conversations avec un enfant curieux. Instantanés, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, 2016, 148 p.