L’oreille tendue de… Guy de Maupassant

«Cet effroi bête et inexplicable grandissait toujours et devenait de la terreur. Je demeurais immobile, les yeux ouverts, l’oreille tendue et attendant.»

Référence

Guy de Maupassant, «Sur l’eau», dans Contes et nouvelles. 1875-1884. Une vie. Roman, Paris, Robert Laffont, coll. «Bouquins», 1988, 2 t., t. 1, p. 167.

L’oreille tendue de… Émile Zola

Émile Zola, l’Assommoir, éd. de 1969, couverture

«Il était effrayant, cet animal, à rire continuellement tout seul, comme si sa profession l’égayait. Même, quand il avait fini son sabbat et qu’il tombait sur le dos, il ronflait d’une façon extraordinaire, qui coupait la respiration à la blanchisseuse. Pendant des heures, elle tendait l’oreille, elle croyait que des enterrements défilaient chez le voisin.»

Émile Zola, l’Assommoir, chronologie et introduction par Jacques Dubois, Paris, Garnier-Flammarion, coll. «G-F», 198, 1969, 445 p., p. 338-339.

L’oreille tendue… de René Lapierre

René Lapierre, les Adieux, 2017, couverture«Parvenus à ce point nous nous effondrons
dans des fauteuils de cinéma pour voir
le verbe aimer brûler au kérosène;
s’arracher à l’attraction —

— terrestre, décoller en direction de l’étoile
94 Ceti. Nous tendrons l’oreille pour
entendre son chant inhumain, son fa dièse
froid. Des frissons nous hérissent.»

René Lapierre, les Adieux, Montréal, Les herbes rouges, 2017.

L’oreille tendue de… Christophe Huss

«Si vous voulez néanmoins tendre l’oreille à ce nouveau genre et vous faire une idée par vous-même, la compilation Expo 1, qui va de Chilly Gonzales à John Cage (!) vous permet de faire le tri» (Christophe Huss, «“Modern classical” ou pop instrumentale ?», le Devoir, 31 octobre 2017, p. B7).

L’oreille tendue de… Michel Tremblay, ter

Michel Tremblay, la Diaspora des Desrosiers, 2017, couverture«Si elle n’a pas entendu ce qui se disait sur le balcon des Desrosiers, ce soir-là, ce n’est pas faute d’avoir écouté. Son balcon surplombe celui de ses voisines et il lui arrive assez souvent d’approcher sa chaise de la rambarde de droite et de tendre l’oreille pour essayer de saisir des bribes de conversations, surtout depuis qu’il fait doux et que Rhéauna y reçoit son cavalier, une espèce de dégingandé tout en longueur dont Maria Desrosiers dit grand bien mais qui lui semble, à elle, sans personnalité.»

Michel Tremblay, la Grande Mêlée (2011), dans la Diaspora des Desrosiers, préface de Pierre Filion, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, coll. «Thesaurus», 2017, 1393 p., p. 786.

P.-S.—Michel Tremblay, plus tôt cette semaine, a reçu le plus prestigieux prix littéraire québécois (voir ici).