L’oreille tendue de… Paige Cooper

Paige Cooper, Zolitude, 2019, couverture«Je me suis réveillée dans le noir et je n’arrivais pas à bouger. Pendant cinq minutes, ni mes bras ni mes jambes, un cadavre. Je ne savais pas où il était. Il n’était pas à côté de moi. J’ai tendu l’oreille, mais je ne pouvais pas bouger.»

Paige Cooper, Zolitude. Nouvelles, traduction de Catherine Ego, Montréal, Boréal, 2019, 256 p. Édition numérique.

L’oreille tendue de… Gérald Godin

Gérald Godin, les Cantouques, éd. de 1971, couverture

«le serin parle chinois
le mur tend l’oreille
je ne sais rien de tout cela
le calendrier s’en doute un peu
Grévisse s’ouvrait tout seul à la bonne page
poste mes lettres et le néant
paie bien tes dettes avant d’aller
au bout de la véloclamène»

Gérald Godin, «Cantouque à répondre», dans les Cantouques. Poèmes en langue verte, populaire et quelquefois française, Montréal, Parti pris, coll. «Paroles», 10, 1971 (1967), 52 p., p. 32-33, p. 32.

L’oreille tendue de… Amélie Nothomb

Amélie Nothomb, Soif, 2019, couverture

«Ce n’est pas une métaphore : combien de fois m’a-t-il été donné de distinguer le faisceau de lumière reliant deux êtres qui s’aiment ? Lorsqu’elle vous est adressée, cette lumière devient moins visible mais plus sensible, on perçoit les rayons qui entrent dans la peau — il n’y a rien d’aussi bon à éprouver. Si l’on était capable alors de tendre l’oreille, on entendrait un crépitement d’étincelles.»

«Quelle soif grandiose ! Un chef-d’œuvre d’altération. Ma langue s’est transformée en pierre ponce, quand je la frotte contre mon palais, c’est abrasif. Explore ta soif, mon ami. Elle est un voyage, elle te conduit à une source, que c’est beau, entends-tu, oui, c’est la bonne chanson, il faut tendre l’oreille, il y a des musiques qui se méritent, ce tendre murmure me réjouit jusqu’à mes tréfonds, j’ai en bouche ce goût de pierre.»

Amélie Nothomb, Soif, Paris, Albin Michel, 2019. Édition numérique.

L’oreille tendue de… Daniel Pagés

Daniel Pagés, les Orphelins du Scorff, 2017, couverture

«Sans un mot, il fit deux pas et ferma la porte qui donnait sur la pièce d’accueil et l’oreille tendue de son secrétaire.»

Daniel Pagés, les Orphelins du Scorff. III-L’héritage du Capitán, Yucca éditions, 2017.

P.-S.—Oui, pour le même prix, un zeugme.

L’oreille tendue de… Laurence Dauphinais

Aalaapi, 2019, couverture

«Je vous remercie de prendre le temps à votre tour de vous pencher sur ces voix trop peu entendues dans l’étendue de leur complexité. Et je vous invite à ne jamais vous lasser de tendre l’oreille. Ce projet m’aura appris que c’est en écoutant les autres que l’on apprend à vivre autrement» (Laurence Dauphinais, p. 11).

Le collectif Aalaapi, Aalaapi. Faire silence pour entendre quelque chose de beau, Montréal, Atelier 10, coll. «Pièces», 21, 2019, 103 p. Ill. Précédé d’un «Mot de la metteuse en scène», Laurence Dauphinais. Suivi de «Contrepoint. Un désir de voix», par Marie-Laurence Rancourt. D’après une idée originale de Laurence Dauphinais et Marie-Laurence Rancourt.