L’oreille tendue de… Michel Tremblay, ter

Michel Tremblay, la Diaspora des Desrosiers, 2017, couverture«Si elle n’a pas entendu ce qui se disait sur le balcon des Desrosiers, ce soir-là, ce n’est pas faute d’avoir écouté. Son balcon surplombe celui de ses voisines et il lui arrive assez souvent d’approcher sa chaise de la rambarde de droite et de tendre l’oreille pour essayer de saisir des bribes de conversations, surtout depuis qu’il fait doux et que Rhéauna y reçoit son cavalier, une espèce de dégingandé tout en longueur dont Maria Desrosiers dit grand bien mais qui lui semble, à elle, sans personnalité.»

Michel Tremblay, la Grande Mêlée (2011), dans la Diaspora des Desrosiers, préface de Pierre Filion, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, coll. «Thesaurus», 2017, 1393 p., p. 786.

P.-S.—Michel Tremblay, plus tôt cette semaine, a reçu le plus prestigieux prix littéraire québécois (voir ici).

L’oreille tendue… d’Alexandre Dumas

Portrait d’Alexandre Dumas par Nadar

«Inondée de soleil, l’oreille tendue au bruit des carroses roulans, un peu rares il est vrai, mais enfin roulans sur le boulevard, [Oliva] demeura ainsi très heureuse pendant deux heures. Elle déjeûna même du chocolat que lui servit sa femme de chambre et lut une gazette avant d’avoir songé à regarder dans la rue.»

Alexandre Dumas, le Collier de la reine. Épisodes des Mémoires d’un médecin, dans Semaine littéraire du Courrier des États-Unis, [1849], 316 p., chapitre XXXII, p. 221.

Illustration : portrait d’Alexandre Dumas par Nadar, disponible sur Wikimedia Commons.

L’oreille tendue de… Maxime Du Camp

«Diderot a donné cours à cette erreur, que les aveugles étaient absolument dénués de pudeur [Lettre sur les aveugles, Londres, 1749]. S’il avait pu connaître ceux qui vivent dans l’Institution du boulevard des Invalides, il aurait promptement changé d’opinion. Il est difficile, en effet, d’imaginer une pudibonderie pareille; jamais Diane au bain ne fut plus chaste, plus effarouchée, plus soupçonneuse. Il faut les voir se lever le matin et sortir du lit avec mille précautions précieuses, se cacher au moindre bruit et tendre l’oreille pour n’être jamais pris au dépourvu. C’est là probablement le fruit de l’éducation austère et très-morale qu’ils reçoivent, mais c’est aussi le résultat de cette défiance qui ne les abandonne jamais, même dans les actes les plus simples de la vie et qui semble faire partie de leur nature. Ignorant ce que c’est que la vue, ils lui attribuent une sorte de puissance diabolique; pour eux, c’est un toucher à distance, mais singulièrement pénétrant, rayonnant et perspicace; ils la redoutent et ne savent parfois qu’inventer pour s’y soustraire.»

Maxime Du Camp, Paris. Ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du XIXe siècle, Paris, Librairie Hachette et cie, 1879 (sixième édition), tome cinquième, p. 189.

L’oreille tendue de… Fanny Britt et Isabelle Arsenault

Louis parmi les spectres, 2016, couverture

«Au début, il parle si fort que je n’ai même pas besoin de tendre l’oreille pour comprendre. Mais ma mère sort sa voix d’outre-tombe, celle qu’elle utilise seulement pour les urgences vitales de type Truffe-qui-s’apprête-à-engloutir-une-amanite-tue-mouche.»

Fanny Britt et Isabelle Arsenault, Louis parmi les spectres, Montréal, Les Éditions de la Pastèque, 2016, 153 p., p. 78.

L’oreille tendue de… Arnaldur Indridason, bis

Arnaldur Indridason, le Lagon noir, 2016, couverture

«Il tendit l’oreille afin de repérer Rasmus, mais n’entendit aucun bruit dans toute la maison à l’exception de son propre souffle, court et haletant.»

Arnaldur Indridason, le Lagon noir, traduction d’Éric Boury, Paris, Métailié, coll. «Métailié noir. Bibliothèque nordique», 2016 (2014), 317 p., p. 310.