Accouplements 87

«Love», Thomas Rowlandson, 12 août 1785(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Les lecteurs aime(rai)nt l’amour. C’est du moins ce que pensent les narrateurs d’Anatole France et de Diderot.

France, Anatole, la Révolte des anges (1914), dans Œuvres, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 406, 1994, tome IV, p. 643-838. Édition établie, présentée et annotée par Marie-Claire Bancquart.

Où il est parlé d’amour; ce qui plaira, car un conte sans amour est comme un boudin sans moutarde; c’est chose insipide (p. 675).

Diderot, Denis, Jaques le fataliste et son maître, Paris et Genève, Droz, coll. «Textes littéraires français», 230, 1976, clxiii/501 p. Édition critique par Simone Lecointre et Jean Le Galliot.

Et puis, Lecteur, toujours des contes d’amour; un, deux, trois, quatre contes d’amour que je vous ai faits, trois ou quatre autres contes d’amour qui vous reviennent encore, ce sont beaucoup de contes d’amour. Il est vrai d’un autre côté que puisqu’on écrit pour vous il faut ou se passer de votre applaudissement, ou vous servir à votre goût, et que vous l’avez bien décidé pour les contes d’amour. Toutes vos nouvelles en vers ou en prose sont des contes d’amour; presque tous vos poëmes, élégies, églogues, idylles, chansons, épitres, comédies, tragédies, opéra, sont des contes d’amour; presque toutes vos peintures et sculptures ne sont que des contes d’amour. Vous êtes aux contes d’amour pour toute nourriture depuis que vous existez, et vous ne vous en lassez point. L’on vous tient à ce régime et l’on vous y tiendra longtemps encore, hommes et femmes, grands et petits enfans, sans que vous vous en lassiez. En vérité, cela est merveilleux (p. 238).

On ne sait si, dans le «régime» de Diderot, le boudin et la moutarde sont admis.

Illustration : «Love», Thomas Rowlandson, 12 août 1785, New York, Metropolitan Museum

Autopromotion (encyclopédique) 290

Application Encyclopédie pour tabletteCela ne se voit peut-être pas à l’œil nu, mais l’Oreille tendue vient du XVIIIe siècle, plus précisément de Diderot, le codirecteur de l’Encyclopédie. Cela ne l’empêche pas d’avoir un pied fortement ancré dans le numérique; il lui est même arrivé d’écrire sur Wikipédia (ici et ).

Quand son collègue et néanmoins ami Marcello Vitali-Rosati lui a demandé de participer à une table ronde intitulée «Le projet encyclopédique à l’époque du numérique», elle ne pouvait donc pas refuser.

Cela se tiendra le 6 avril 2017, à 16 h, à l’Université de Montréal, dans le cadre d’une journée d’étude avec Jeffrey Schnapp.

L’invitation est lancée.

Renseignements ici.

 

[Complément du 5 avril 2017]

Une diffusion vidéo est prévue à <https://www.youtube.com/watch?v=_AVUsqjtvZ4>.