Voltaire, au Québec, en… 1837

Denis Héroux, Quelques arpents de neige, film, 1972, épigrapheEn 1972, le réalisateur Denis Héroux intitule Quelques arpents de neige son film de fiction sur les événements qui ont secoué le Bas-Canada en… 1837-1838. Que l’on parle de «troubles», de «révolte», voire de «guerre civile» pour désigner ces événements, on s’entend pour dire qu’il s’agit de luttes politiques entre francophones et anglophones. Elles seront coûteuses en vies humaines : les personnages principaux du film, des Canadiens français et des Bretons installés au Canada, mourront presque tous, par leur propre main ou par celle des Anglais, les «habits rouges».

Le film, tourné entièrement en hiver, dans un paysage enneigé, s’ouvre sur une citation, reproduite à l’écran, du Candide (1759) de Voltaire : «Vous savez que ces deux nations — la France et l’Angleterre — sont en guerre pour quelques arpents de neige vers le Canada, et qu’elles dépensent pour cette belle guerre beaucoup plus que tout le Canada ne vaut. Voltaire, Candide, chapitre XXIII.» À un élément près, placé entre tirets («la France et l’Angleterre»), la citation, en lettres rouges sur fond blanc, est fidèle.

Plus loin dans le film, il sera question de quelques autres textes. Les personnages de Julie Lambert (jouée par Christine Olivier) et de Simon de Bellefeuille (Daniel Pilon) s’échangeront des répliques du Cid de Corneille («Je vais mourir, Madame»), devant des ouvrages religieux de la Collectio aveliana. Un curé (Roland Chenail) citera saint Augustin et un mandement épiscopal, et il essaiera d’évoquer en chaire «le philosophe de Genève», Jean-Jacques Rousseau, mais sans succès : les tenants de la Rébellion l’interrompront. En revanche, le nom de Voltaire et le titre de Candide ne seront jamais prononcés. L’évocation des «quelques arpents de neige», en titre, puis en épigraphe, suffit. C’est un lieu commun que tous devraient comprendre.

Daniel Pilon, la vedette masculine du film, vient de mourir à 77 ans.

P.-S.—Ce texte est tiré de l’article suivant :

Melançon, Benoît, contribution au dossier «Enquête sur la réception de Candide (XV). Coordonnée par Stéphanie Géhanne Gavoty», Cahiers Voltaire, 16, 2017, p. 174-175.

P.-P.-S.—Pour une vidéo sur la fortune de l’expression «Quelques arpents de neige» au Québec, on cliquera ici.

P.-P.-P.-S.—Dans sa version restaurée par le programme Éléphant. Mémoire du cinéma québécois, le film de Héroux est disponible pour location sur les plateformes Illico (Vidéotron) et iTunes (Apple).

Denis Héroux, Quelques arpents de neige, film, 1972, affiche

 

Autopromotion 368

L’Oreille tendue s’intéresse à l’image du XVIIIe siècle aujourd’hui, notamment à celle de Voltaire.

Voilà de quoi elle cause dans cette vidéo de la chaîne «L’histoire nous le dira» de Laurent Turcot, sur YouTube. (Merci de l’invitation.)

[Complément]

Vous en voulez encore ? Il y a Curiosités voltairiennes pour ça.

Autopromotion 366

«Élévation d’une bibliothèque avec pilastres d’ordre corinthien», gravure de Richard de La Londe et de Saint-Morien, 1784-1785La 348e livraison de XVIIIe siècle, la bibliographie de l’Oreille tendue, est servie.

La bibliographie existe depuis le 16 mai 1992. Elle compte 40 323 titres.

Illustration : «Élévation d’une bibliothèque avec pilastres d’ordre corinthien», gravure de Richard de La Londe et de Saint-Morien, Paris, Chez Chéreau rue des Mathurins, 1784-1785, Rijksmuseum, Amsterdam

Autopromotion 365

«Petites bibliothèques ambulantes», gravure de Jean-Baptiste Bichard, 1772-1779La 347e livraison de XVIIIe siècle, la bibliographie de l’Oreille tendue, est servie.

La bibliographie existe depuis le 16 mai 1992. Elle compte 40 222 titres.

Illustration : «Petites bibliothèques ambulantes», gravure de Jean-Baptiste Bichard, Paris, Charles Le Père & Pierre-Michel Avaulez, 1772-1779, Rijksmuseum, Amsterdam