Avancez en arrière

Mêlez Facebook et une bonne dose de nostalgie, et vous vous retrouvez avec une nouvelle catégorie socialo-affective : le rétrosexuel. Définition de Slate.fr : «Le Boston Phoenix a […] inventé un terme pour ces personnes qui renouent avec leurs premiers amours [grâce à Facebook] : les “rétrosexuels”.»

Sous la plume de Claire Suddath, le magazine Time, dont s’inspire l’article de Slate.fr, parle de «recycled love». C’est un peu plus brutal.

Heureuseté

En 1994, Jean-Claude Bonnet nous avait donné les éditions de référence du Tableau de Paris et du Nouveau Paris (Paris, Mercure de France) de Louis-Sébastien Mercier (1740-1814). En 1999, c’était Mon bonnet de nuit suivi de Du théâtre (Paris, Mercure de France), puis, en 2005, Songes et visions philosophiques (Houilles, Manucius).

Chez Belin (Paris), il vient de faire paraître la Néologie (1801). Pierre Assouline donne quelques exemples des inventions de Mercier, dans son blogue, en date du 28 juillet 2009 : dévotieux, exulcérer, heureuseté, joculateur, s’obombrer.

Référence

Mercier, Louis-Sébastien, Néologie, texte établi, annoté et présenté par Jean-Claude Bonnet, Paris, Belin, coll. «Littérature et politique», 2009, 596/xxxvii p. Ill.

Parlons geek

Excellentes capsules linguistiques, par Pedro Rafael Rosado, dans le cadre de Tech Talk, l’émission baladodiffusée hebdomadairement par le New York Times. Un mot du vocabulaire informatique y est expliqué chaque semaine : «And now it’s time fot the NYT Tech Talk term of the day, where we explain the geek speak, nerd words and communications jargon you may encounter on the Internet

De l’âme linguistique

Francesca Predazzi et Vanna Vannuccini, Petit voyage dans l’âme allemande, 2007, couverture

Imaginons pour un instant, et rien que pour un instant, qu’il existe une telle chose que l’âme, voir que l’âme nationale. C’est elle que deux journalistes italiennes, Francesca Predazzi et Vanna Vannuccini, sont allées chercher dans l’Allemagne réunifiée; c’est l’objet de leur Petit voyage dans l’âme allemande (2007).

Pour mettre en lumière cette âme supposée, elles proposent une galerie de portraits et d’entretiens, organisés en quinze chapitres, chacun correspondant à un mot (plus ou moins) récemment forgé :

Weltanschauung (vision du monde);

Nestbeschmutzer (souilleur de nid);

Querdenker (penseur latéral);

Schadenfreude (se réjouir des malheurs d’autrui);

Zweisamkeit (solitude à deux);

Vergangenheitsbewältigung (maîtrise du passé);

Männerfreundschaft (amitié virile);

Zweckgemeinschaft (union d’intérêt);

Mitläufer (marcher quand l’autre marche);

Feierabend (repos du soir);

Rechthaber (celui qui veut toujours avoir raison);

Quotenfrauen (femmes de quotas);

Wanderweg (chemin de randonnée);

Unwort (non-mot);

Zeitgeist (esprit des temps).

Pourquoi ces mots ? Parce qu’ils illustrent «la capacité infinie d’abstraction» (p. 11) et l’«amour de la taxinomie» (p. 88) de la langue allemande, cette langue qui multiplie les «petits chefs-d’œuvre d’analyse des comportements humains» (p. 87). Réputés «intraduisibles» (p. 14), les mots retenus par Predazzi et Vannuccini, ces mots qui «brillent par leur complexité et par leur précision» (p. 222), sont indispensables, écrivent-elles, à la compréhension de l’identité de l’Allemagne.

L’exergue, de Wilhelm von Humboldt, résume parfaitement cela : «L’homme voit les choses essentiellement ou plutôt exclusivement, de la façon dont la langue les lui propose» (p. 7). Oui.

Référence

Predazzi, Francesca et Vanna Vannuccini, Petit voyage dans l’âme allemande, Paris, Grasset, 2007 (2004), 239 p. Traduction de Nathalie Bauer.

Un livre ?

Les médias ont fait un large écho à l’affaire. Le géant commercial Amazon a récemment retiré des lecteurs Kindle de ses clients des versions numériques de 1984 et de Animal Farm de George Orwell. Ceux qui avaient vendu ces textes n’en détenaient pas les droits; c’est ce qui expliquerait le geste d’Amazon.

Cela a évidemment soulevé un tollé, les usagers découvrant à ce moment-là qu’Amazon s’était réservé le droit d’ainsi intervenir dans leur appareil après une vente.

Parmi les plaintes, une constatation récurrente : ce qu’Amazon a fait, aucun éditeur ou libraire, au sens traditionnel des termes, n’aurait pu le faire, soit reprendre, sans son aval, un produit déjà livré à un client.

(Pour un résumé, voir le New York Times, qui a consacré plusieurs textes à cette histoire, notamment le 17 juillet et le 26 juillet.)

Sur le plan de la langue, une remarque.

En anglais, Amazon.com affirme que le Kindle est un Wireless Reading Device. En français, Amazon.fr dit que le Kindle est un «livre électronique». Le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française ne tranche pas. Il multiplie plutôt les synonymes possibles : livre électronique, livrel, livre numérique, livre bibliothèque, livre rechargeable, livre-ordinateur. Ces mots servent à désigner un «Petit portable en forme de livre, muni d’un écran de visualisation, qui permet de stocker et de lire les publications en ligne disponibles par téléchargement dans Internet». Dans un cas, un appareil, un dispositif ou une machine (device); dans l’autre, un livre; dans le troisième, un «portable en forme de livre».

C’est bien là le nœud du problème : le Kindle, est-ce un livre ou pas ?

S’il faut en croire Nicholson Baker, ce n’en est pas un; lire là-dessus son article dans la plus récente livraison du magazine The New Yorker.

Il faut généralement porter grande attention à ce que raconte Nicholson Baker.

Référence

Baker, Nicholson, «Annals of Reading. A New Page. Can the Kindle Really Improve on the Book ?», The New Yorker, vol. LXXXV, no 23, 3 août 2009, p. 24-30.