Tombeau d’Ella (11) : Montréal, Québec

Mots croisés, la Presse, 2 juillet 2011

[Ce texte s’inscrit dans la série Tombeau d’Ella. On en trouvera la table des matières ici.]

Qu’en est-il d’Ella Fitzgerald, du Québec et de Montréal ?

D’après la collection numérique de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, la radio la fait tourner dès 1939, les journaux s’intéressent à sa vie, on la verra souvent à la télévision (par exemple dans The Ella Fitzgerald Show).

Elle a ses fans, parmi les chanteuses (surtout) et les chanteurs — Pauline Julien, Monique Leyrac, Louise Forestier, Joha­­nne Blouin, Ginette Reno, Colette Boky, Martine St-Clair, Monique Fauteux, Bob Walsh, Nikki Yanofsky, Ima, Florence K, Céline Dion, Jessica Vigneault —, les musiciens — Bernard Labadie —, les disc-jockeys — Misstress Barbara — et les critiques — Claude Gingras à la Presse, Gilles Archambault au Devoir et à la radio de Radio-Canada, Sylvain Cormier et Serge Truffaut au Devoir. En 2008, Marie Michèle Desrosiers chante «En écoutant Ella» (Marie Michèle se défrise), paroles de Clémence DesRochers, musique d’Ariane Moffatt.

Ella Fitzgerald s’est souvent produite sur scène à Montréal.

Certaines sources disent qu’elle aurait chanté dans une célèbre boîte de jazz, le Rockhead’s Paradise, mais les journaux actuellement numérisés sont muets là-dessus.

Ella Fitzgerald a occupé plusieurs fois le Forum (1953, 1954, 1955, 1956), le plus souvent avec la tournée Jazz at the Philharmonic de Norman Granz. Les affiches de ces spectacles étaient alléchantes : outre Ella Fitzgerald, on pouvait y entendre Roy Elridge, Buddy Rich, Oscar Peterson, Herb Ellis, Dizzie Gillespie, Louis Belson, Flip Phillips, Buddy De Franco, Ben Webster, Gene Krupa, Stan Getz, Illinois Jacquet, le Modern Jazz Quartet, Jo Jones, Sonny Stitt, Ray Brown, Eddie Shu.

Boris Vian, dans sa «Revue de presse» du magazine Jazz Hot, évoque un de ces concerts, celui du 20 septembre 1955 : «voici une lettre d’un lecteur canadien, Robert Castets, qui a l’amabilité de m’envoyer un extrait de la première d’un concert de J.A.T.P. de Montréal, où l’on apprend, ce qui n’est pas pour nous surprendre, qu’Ella et Lester Young furent les triomphateurs de la soirée (onze mille personnes…). Bien le bonjour, Castets, et merci !» (no 104, novembre 1955; repris dans Œuvres, vol. 6, p. 483)

À partir de 1967, elle sera accueillie à quelque reprises à la Place des arts, salle Wilfrid-Pelletier, puis, à partir de sa création en 1980, au Festival international de jazz de Montréal (1983, 1987). (L’Oreille tendue l’y a entendue le 28 juin 1981; ce fut la seule fois. La chanteuse partageait la scène avec le trio de Jimmy Rowles, Oscar Peterson et Joe Pass.) Depuis 1999, le prix Ella-Fitzgerald de ce festival «vient chaque année souligner la portée, la flexibilité et l’originalité de l’improvisation et la qualité du répertoire d’une chanteuse ou d’un chanteur de jazz reconnu sur la scène internationale». La même année, un concert-hommage réunissait Jeri Brown, Ranee Lee, Karen Young et le Vic Vogel Big Band.

Il allait donc de soi qu’Ella Fitzgerald fasse une apparition, même discrète, dans l’excellent roman graphique la Femme aux cartes postales du tandem Eid / Paiement (2016, p. 110).

Ella Fitzgerald aurait eu cent ans aujourd’hui.

P.-S. — Il n’y a malheureusement pas un mot sur la chanteuse dans l’histoire du jazz à Montréal de John Gilmore (1988).

P.-P.-S. — En bonne fan, l’Oreille serait preneuse de tous renseignements pouvant étoffer ce premier aperçu de la présence québécoise d’Ella Fitzgerald.

Illustration : la Presse, 2 juillet 2011, Arts et spectacles, p. 22.

Références

Eid, Jean-Paul et Claude Paiement, la Femme aux cartes postales, Montréal, La Pastèque, 2016, 227 p. Roman graphique.

Gilmore, John, Une histoire du jazz à Montréal, Montréal, Lux, coll. «Mémoire des Amériques», 2009 (1988), 411 p. Ill. Traduction de Karen Ricard. Préface de Gilles Archambault.

Vian, Boris, Œuvres. Tome sixième, Paris, Fayard, 1999, 645 p. Édition publiée sous l’autorité d’Ursula Vian Kübler. Sous la direction de Gilbert Pestureau. Édition établie et présentée par Claude Rameil. Documentation et archives : Nicole Bertolt.

Divergences transatlantiques 047

Brique

Soit le texte suivant, tiré du recueil de nouvelles le Palais de la fatigue de Michael Delisle (2017) :

Pourquoi étais-je incapable de suivre ma voie avec l’allant de ce gars dans la brique de Flaubert qui courait d’une demi-mondaine à l’autre, louait des étages d’hôtel, commandait des portraits, engageait des avocats, se présentait comme politicien et intriguait pour obtenir des charges ? Pourquoi étais-je incapable de faire autre chose que de rester assis à attendre qu’on me verse des litres de piquette jusqu’à ce que je m’écroule, offert au premier prédateur qui passe ou qui, désormais, passerait tout droit parce que j’étais trop vieux ? (p. 76)

Un ami français de l’Oreille tendue, appelons-le Le Flaubertien, s’est étonné à la lecture de cette citation devant le mot brique. Il aurait dit, lui, pavé.

L’Oreille, jusque-là, ne s’était jamais avisée de ce sens québécois du mot brique. En revanche, le dictionnaire numérique Usito l’a repéré : «Fam[ilier]. Livre volumineux, à la lecture parfois laborieuse.»

Merci à l’ami et au dictionnaire.

P.-S. — Un lecteur d’un des livres de l’Oreille a déclaré un jour, à la télévision, le tenant dans ses mains, que c’était «toute une brique». Le livre fait 125 petites pages. On peut penser que c’était ironique.

 

[Complément du 28 mars 2017]

Sur Twitter, Michel Francard, le coauteur du Dictionnaire des belgicismes (2010), écrit que cet emploi de brique existe aussi en Belgique.

 

Références

Delisle, Michael, le Palais de la fatigue. Nouvelles, Montréal, Boréal, 2017, 137 p.

Francard, Michel, Geneviève Geron, Régine Wilmet et Aude Wirth, Dictionnaire des belgicismes, Louvain-la-Neuve et Paris, De Boeck et Duculot, coll. «Langue française – Ouvrages de référence», 2010. Ill. Préface de Bruno Coppens.

Entrée à saveur de lundi matin

«À saveur vintage», titre la Presse+ le 15 octobre 2016

À l’occasion (2009, 2010, 2011, 2013, 2014, 2015), l’Oreille tendue pratique un tri sélectif dans sa corbeille de à saveur, cette calamité québécoise.

L’expression peut être suivie par un nom.

«Moreau fait une offre finale à saveur d’ultimatum» (la Presse+, 24 février 2017).

«Kim Kardashian déclenche une controverse à saveur de médicament» (Radio-Canada, 7 août 2015).

«Une passe à saveur de jeu au sol» (Pierre Vercheval, Réseau des sports [RDS], 27 août 2015).

«Synode sur la famille : un revers à saveur de victoire pour le pape François» (le Devoir, 20 octobre 2014, p. A1).

«Une discussion à saveur Big Brother» (Marie-France Bazzo, Télé-Québec, 20 février 2014).

Le plus souvent, un adjectif fait l’affaire.

«Coup de circuit à saveur québécoise» (la Presse+, 17 octobre 2016).

«Une aventure fantastique à saveur québécoise par un auteur d’ici» (@QuebecBD).

«Environnement. Un début de mandat à saveur internationale» (la Presse+, 3 novembre 2015).

Un carnet Web «à saveur langagière» (le Devoir, 7 décembre 2003).

«une télé à saveur locale» (la Presse, 6 septembre 2013, cahier Affaires, p. 6).

Les épithètes en -ique sont particulièrement prisées.

«essais à saveur érotique» (le Devoir, 3-4 septembre 2016, p. F8).

«une fiction biographique à saveur psychanalytique» (le Devoir, 23-24 janvier 2016, p. F4).

«Mais de longs, longs textes, à saveur sociologique, ethnologique et journalistique» (la Presse, 5 décembre 2011, cahier Arts, p. 6).

«ses billets ironiques à saveur sociologique» (le Devoir, 19 août 2011, p. B10).

Stephen Harper en Colombie : «une visite à saveur économique» (Radio-Canada, 10 août 2011).

Ce qui est le plus souvent évoqué ? L’échéance électorale.

«Des millions à saveur électorale» (le Devoir, 28 juillet 2015, p. A2).

«Publicité à saveur électorale pour l’ex-ministre Penashue» (la Presse, 19 mars 2013, p. A14).

«Budget à saveur électorale à Washington» (la Presse, 13 février 2012, cahier Affaires, p. 4).

«Remaniement mineur à saveur électorale» (la Presse, 5 janvier 2011, p. A1).

«Déjà des pubs à saveur électorale» (la Presse, 23 mars 2011, p. A5).

À votre service.

Parodie du jour

L’Oreille tendue a déjà eu l’occasion, ici et , de parler des conférences TED (Technology, Education, Design), les fameux TED Talks. À une époque, elle en a regardé plusieurs. Elle avait apprécié les propos d’Erin McKean sur la lexicographie…

…de même que les sculptures mobiles créées par Arthur Ganson.

Cela dit, les TED Talks ont leurs détracteurs, qui leur reprochent de transformer la science en divertissement.

L’animateur de télévision Jon Oliver, pour sa part, a choisi la parodie.

L’Oreille est particulièrement sensible au passage où le (faux) homme de science explique que le simple fait de porter un sarrau («lab coat») vous vaut un considérable capital scientifique. C’est, selon l’Oreille, pourquoi les humanités et les sciences sociales sont si mal traitées dans les communications publiques des universités : pas de sarrau, pas d’image à promouvoir.

 

[Compléments]

Deux choses.

Sur Twitter, @Doctorakgo (merci) attire l’attention de l’Oreille sur une «stéréotypologie» des Ted Talks, produite par la CBC. Elle est proche, par l’esprit, de la vidéo de Jon Oliver.

L’Oreille découvre que l’Office québécois de la langue française n’approuve pas l’emploi du mot sarrau dans le contexte évoqué ci-dessus. C’est comme ça.

Causons littérature avec Canadian Tire

Ils sont assis à l’extérieur, dans la neige, et ils discutent cadeaux de Noël. Elle est toute réjouie à l’idée de donner une poupée Cendrillon à sa fille. Il appuie ce choix, escarpin de verre aux pieds.

Cette publicité télévisée de la chaîne Canadian Tire risque de relancer une vieille controverse : les pantoufles de Cendrillon sont-elles de verre ou de vair («Fourrure de petit-gris», dixit le Petit Robert, édition numérique de 2014) ? Canadian Tire a choisi son camp, qui ne fait pas l’unanimité.

P.-S. — Croyez-le ou non : il y a tout un article de Wikipédia sur cette controverse.