Fil de presse 002

Trois questions.

Qui a popularisé le mot anglais hipster ?

Quelle est la langue la plus difficile au monde ?

Qu’est-ce qu’un «pass contraception» ?

Trois réponses.

Notamment Norman Mailer; voir la «Petite anthropologie du hipster» du blogue Almost as Cool as Fighting.

Le tuyuca, parlé dans l’est de l’Amazonie, selon The Economist.

La contribution de Ségolène Royal à la limitation des naissances : un «carnet de chèques, qui comprend des tickets pour une visite chez un médecin et chez un gynécologue et un bon d’échange en pharmacie pour un moyen contraceptif», à l’usage des lycéennes, résume Libération. On parle aussi de «chèques contraception» et, chez ses adversaires, de «pass pilule».

Apprendre le français

David Sedaris, Engulfed in Flames, 2008, couverture

David Sedaris, même s’il habite plusieurs mois par année en France, a du mal avec la langue française. Dans When You Are Engulfed in Flames (2008), il fait remarquer que la prison est un excellent lieu pour apprendre une nouvelle langue, du moins dans sa version la plus populaire.

Though harsh in other respects, prison would be an excellent place to learn a foreign language—total immersion, and you’d have the new slang before it even hits the streets. Unlike the French school that I actually attended, this one, when it came to verbs, would likely start with the imperative : «Bend over.» «Take it.» That kind of thing. Still, though, you’d have your little conversations. In the cafeteria, in the recreation room or crafts center, if they have them in a French prison, and I imagine they do (éd. de 2009 p. 186).

L’Oreille tendue n’y avait jamais pensé.

Référence

Sedaris, David, When You Are Engulfed in Flames, New York, Back Bay Books. Little, Brown and Company, 2009 (2008), xii/323 p.

J’cours les concours 004

Par les temps qui courent, tout le monde a son concours linguistique, et ses résultats : le Monde, Libération, les éditeurs du dictionnaire Merriam-Webster, ceux d’Oxford University Press. L’American Dialect Society n’est pas en reste.

Le mot de la décennie 2000, en anglais, selon l’ADS ? To google (faire une recherche sur Internet). Les finalistes ? 9/11 (le 11-Septembre), blog (blogue), green (vert, comme dans écologie), to text (envoyer un texto), war on terror (guerre contre le terrorisme) et wi-fi.

Pour l’année 2009 ? Tweet : le substantif et le verbe, l’un et l’autre à cause de Twitter.

Les détails ici.

Mise au point nécessaire

Le constructeur automobile Ford lance le système Sync : vous parlez à votre voiture pour contrôler votre lecteur multimédia ou pour utiliser votre téléphone.

Sync offre une commande Messages textes audibles :

Vous voulez recevoir et répondre à un message texte au volant ? Aucun problème avec Sync, il vous suffit d’appuyer sur un bouton et Sync vous le lira. Le système est assez intelligent pour traduire des expressions courantes en langage SMS comme MDR et :). Et en plus, vous pouvez répondre en mode mains libres. Dites simplement à Sync d’envoyer une de ses 15 réponses textes personnalisées.

La publicité télévisée de Ford met en vedette cette commande. On entend une voix (féminine) lire un texto : «Amène-moi une pinte de lait.»

Le système n’est encore pas tout à fait au point. La voix est un peu artificielle. Les fautes de langue, par exemple un verbe mal choisi («Amène»), ne sont pas corrigées.

Ça viendra ?

Poques poque puck

En page B7 du Devoir d’hier : «Une mosaïque de “multipoqués”».

On peut imaginer que le lecteur non averti s’interrogera plus sur multipoqués que sur mosaïque, encore que la conjonction des deux substantifs étonne également.

Multipoqués ? Une personne, généralement un enfant ou un adolescent, souffrant de problèmes (les poques) additionnés (multi). Ces problèmes peuvent être aussi bien psychologiques (affectifs, comportementaux) que physiques.

Mais encore : une poque ? Le mot désigne la trace d’un coup ou d’une blessure (un bleu), ou une marque sur un fruit (la pomme qui a des poques n’attire pas le chaland) ou, plus généralement, sur un objet («I a une grosse poque sur ta nouvelle table», dixit Léandre Bergeron en 1981, p. 137). Est poqué quelqu’un qui a subi des blessures, parfois graves, ou qui se remet lentement d’excès, par exemple d’imbibition. Il va de soi qu’un objet peut aussi être poqué. Le verbe transitif poquer est attesté. Son complément est un objet : on peut poquer une table, pas un chaland.

Le multipoqué est donc quelqu’un qui se remet difficilement, voire pas du tout, d’une situation dont il a été la victime.

La question reste cependant ouverte : comment réunir les multipoqués dans une mosaïque ?

P.-S. — On ne confondra pas la puck, cette rondelle indispensable au hockey, et la poque qui peut résulter de la pratique de ce sport.

P.-P.-S. — Augustin Turenne faisait doublement erreur en 1962 quand il affublait poque d’un accent circonflexe et lui donnait le sens d’entaille (p. 82). Par définition, la poque n’est pas ouverte : elle se manifeste juste à la surface ou elle y affleure. (Turenne a aussi éraflure comme synonyme; ça se défend.)

Références

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise précédé de la Charte de la langue québécoise. Supplément 1981, Montréal, VLB éditeur, 1981, 168 p.

Turenne, Augustin, Petit dictionnaire du «joual» au français, Montréal, Éditions de l’Homme, 1962, 92 p. Avertissement de Guy Rondeau.