Divergences transatlantiques 065

Verre pour boire un(e) shot

Soit les deux phrases suivantes :

«L’amertume de la journée ne lui resterait pas longtemps en bouche, et elle s’arrangerait pour faire tenir les mois de claustration avec le mari dans une soirée, une seconde un peu gonflée, un dé à coudre de temps qu’elle avalerait comme un shot de mauvaise vodka» (la Ballade de Rikers Island, p. 266).

«un livre qui fait sautiller, danser de joie, un livre qui se fête et se gobe cul sec comme un shot de rhum Diplomático au bar Sirimiri de San Sebastián» (Bibliothèque de survie, p. 47).

Pour une oreille québécoise, le masculin de shot étonne. Autour d’elle, elle n’entend ce mot qu’au féminin.

Le Petit Robert, édition numérique de 2018, l’a bien vu : après une citation de… Frédéric Beigbeder («shots de vodka multicolores, […] avalés cul sec»), on lit «Le mot est féminin au Canada».

Pourtant, il n’a rien à voir avec l’univers de la locomotion

 

Références

Beigbeder, Frédéric, Bibliothèque de survie. Essai, Paris, Éditions de l’Observatoire, 2021, 160 p.

Jauffret, Régis, la Ballade de Rikers Island. Roman, Paris, Seuil, 2014, 425 p.

Le zeugme du dimanche matin et de Marco Micone

Marco Micone, On ne naît pas Québécois, on le devient, 2021, couverture

«nous sommes cent peuples venus de loin
partager vos rêves et vos hivers»

Marco Micone, «Speak what», dans On ne naît pas Québécois, on le devient, Montréal, Del Busso éditeur, 2021, 129 p., p. 37-42, p. 40

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte le 29 juin 2021.

Pénurie de conjugaison

Les premières fois que l’Oreille s’est tendue devant ce qui semble un usage de plus en plus commun, c’était à la radio : «Vous dire que nous nous entretiendrons avec XYZ dans trente minutes.»

Puis ce fut sur Twitter :

 

Enfin, c’est dans la presse :

«Quel soulagement ! Et vous dire à quel point ce fut un plaisir de parler avec Beigbeder de notre fascination commune pour le roman The Catcher in the Rye et de découvrir l’écrivain généreux et sympathique qu’il est derrière son personnage» (la Presse+, 3 juillet 2021).

«Patricia Wenzel est à la fois enchantée, soulagée et charmée par l’arrivée du chef Danny Smiles. “Te dire comme il est le meilleur candidat que j’aurais pu avoir !”» (la Presse+, 3 juillet 2021)

Vous dire que l’infinitif, c’est bien, mais que la conjugaison, ce n’est pas mal non plus.

P.-S.—Dans sa jeunesse, l’Oreille appelait cela un médiatic.

De la mesure avant toute chose

Le Besoin fou de l’autre, 2021, couverture

Soit la phrase suivante, tirée du collectif le Besoin fou de l’autre (2021) :

«Moi, j’ai pris un mois et demi pis j’ai appris à le seizer» (p. 151).

Seizer, donc. Venu de l’anglais to size (someone / something up) : mesurer, jauger, juger, évaluer, estimer. Se prononce à l’anglaise.

P.-S.—En effet : ce n’est pas la première fois que nous croisons ce mot.

 

Référence

Le Besoin fou de l’autre. Petite anthologie du théâtre québécois durant la pandémie de Covid-19, Montréal, Atelier 10, coll. «Pièces», 27, 2021, 187 p. Ill. «Avant-propos» par Valérie Deault. «Contrepoint» par Marianne Ackerman.

Autopromotion 580

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

Pour la première fois depuis 1993, les Canadiens de Montréal — c’est du hockey — pourraient gagner la Coupe Stanley. Beaucoup de Montréalais ne se peuvent plus.

L’Oreille tendue en a parlé avec Eric Andrew-Gee, journaliste au Globe and Mail. C’est ici.

En matière de langue de puck, quelques textes de l’Oreille sont particulièrement populaires ces jours-ci :

(Sainte) Flanelle (<http://oreilletendue.com/2017/10/11/sainte-flanelle-recit-dorigine/>);

Flambeau (<http://oreilletendue.com/2011/02/02/heritage-hockeyistique/>);

Fantômes (du Forum) (<http://oreilletendue.com/2011/01/24/hockey-spectral/>);

(Ça sent la) Coupe (<http://oreilletendue.com/2013/05/02/dictionnaire-des-series-03/>).

 

Référence

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.