Le zeugme du dimanche matin et d’Eugène Cloutier

Anne-Marie Cloutier, Eugène Cloutier, 2021, couverture

«Me voilà chez moi, dans la région de Québec, aux abords de ma ville, de mon enfance, de mon adolescence, de mes vingt ans.»

Eugène Cloutier, le Canada sans passeport. Regard libre sur un pays en quête de sa réalité, Montréal, HMH, 1967, tome 2, p. 293, cité dans Anne-Marie Cloutier, Eugène Cloutier. Un Canadien errant, Montréal, Carte blanche, 2021, p. 166.

Les zeugmes du dimanche matin et de Michel Tremblay

Michel Trembay, Offrandes musicales, 2021, couverture

«Les plus vieilles [toiles] avaient pâli sous une épaisse couche de poussière, les plus récentes hurlaient leurs couleurs et leur violence» (p. 51).

«le maître de cérémonie local et nerveux répète une dernière fois son petit laïus» (p. 154).

Michel Tremblay, Offrandes musicales. Récits, Montréal et Arles, Leméac et Actes Sud, 2021, 165 p.

Les zeugmes du dimanche matin et d’Internet

«À l’école de la pandémie et de la professeure Duflo», le Devoir, 24 septembre 2021

«En fait, [Denis Coderre] aurait sagement gardé les deux mains sur le volant. Ça lui aurait coûté moins cher — en contravention, en crédibilité et en amour-propre» (la Presse+, 8 novembre 2021).

«Dans le nouveau James Bond, Daniel Craig tire du gun et sa révérence» (Twitter, 8 octobre 2021).

«Ses écrits suivants auront moins de succès et dès les années 1970, [Richard Brautigan] tombe progressivement dans l’anonymat et l’alcoolisme» (Wikipédia, 12 novembre 2021).

«À l’école de la pandémie et de la professeure Duflo» (le Devoir, 24 septembre 2021).

Les zeugmes du dimanche matin et de Marc Cassivi

«Puis il y a Carlos, qui dévoile dans ses monologues intimistes comment il a été endurci dès le plus jeune âge par son père, à coups de préjugés masculinistes et de claques sur la gueule.»

«Un petit caïd de banlieue en devenir, qui finira par frapper un mur, perdant tout, son travail, son logement, sa blonde et sa dignité.»

Marc Cassivi, «Élevés par des mononcles», la Presse+, 24 octobre 2021.

P.-S.—Le «mononcle» ? À votre service.

Le zeugme du dimanche matin et de Chamfort

Chamfort, Mustapha et Zéangir, éd. de 2009, couverture

«     Non, tu vivras pour pleurer tes forfaits.
Monstre !… De ses transports prévenez les effets;
Qu’on l’enchaîne en ces lieux, qu’on veille sur sa vie.
Tu vivras dans les fers et dans l’ignominie;
Aux plus vils des humains vil objet de mépris,
Sous ces lambris affreux teints du sang de ton fils.»

Chamfort, Mustapha et Zéangir (1776), dans Théâtre de Chamfort, édition présentée par Martial Poirson, établie, annotée et commentée par Martial Poirson et Jacqueline Razgonnikoff, Beaulieu, Lampsaque, coll. «Le Studiolo théâtre», 2009, p. 168-321 et 361-365, V, 5, p. 301-302.