Fredonner sans fin

Vous vous réveillez le matin avec un petit air en tête : Joe Dassin, Renée Martel, Stockhausen. Vous ne pouvez plus vous en défaire de toute la journée. Comment appeler cela ?

Monique Giroux, de Radio-Canada, proposait, à une certaine époque, chanson poison.

Sur le modèle de music worm, une fidèle lectrice de l’Oreille tendue, @PimpetteDunoyer, utilise ver sonore. Elle dirige ses lecteurs vers une bande dessinée en ligne, sur le blogue BD de cul, qui illustre bien l’affaire.

Quel que soit le terme retenu, une chose est sûre : c’est bien peu appétissant. Ça peut même être mortel.

Agriculture

Dans le New York Times, Jennifer Schuessler parle de la représentation du travail dans le roman contemporain («Take This Job and Write It», 11 mars 2010). Elle évoque alors une «cubicle farm».

Que fait-on pousser dans une ferme de bureaux sans murs ? Que protègent les cloisons qui les isolent (peu) les uns des autres ? Des végétaux ? Des animaux ? Sont-ils là pour croître ? Ce n’est pas sûr.

Du nouveau, enfin, pour le troupeau

Le Québec est grégaire. Il aime les assemblées publiques, les audiences, les carrefours, les chantiers, les coalitions, les comités, les commissions, les concertations, le, voire les, consensus, les consultations, les états généraux, les forums, les rencontres et les tables de toutes les formes. Il ne se sent jamais aussi bien que lorsque ses partenaires sociaux participent à un sommet. Voilà pourquoi il raffole des festivals.

Sur la carte du débat de société, voici un nouveau venu : le focus stratégique. C’est écrit : «Marcel Côté est associé-fondateur de SECOR et co-président du Focus stratégique 2010 qui se tiendra le 22 avril prochain à Montréal.»

Plus on est de fous — surtout si on est focussé —, plus on rit.

La banlieue à la ville

Carte du Québec adjacent, Dictionnaire québécois instantané, 2004

Tous les Québécois le connaissent : le Plateau Mont-Royal — plus simplement : le Plateau —, ce quartier montréalais autour duquel tournerait l’univers connu. Les Québecquois — les habitants de la ville de Québec — ne l’aimeraient pas, dit-on, car l’univers connu tournerait autour.

Sa composition serait en train de changer, si l’on en croit le quotidien la Presse de ce samedi : «La sociologie du Plateau change» (13 mars 2010, p. A10). Le monarcoplatal ne serait plus ce qu’il était : «Il y a trois sources d’immigration principales : les Français, les anglophones francophiles attirés par la culture du quartier et les plateausards, les gens qui sont en moyens et qui sont à gauche, mais une gauche un peu caviar.»

Plateausard ? Un banlieusard établi en ville. Il n’est pas sûr que ce soit un mélioratif.

 

Référence

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha. Édition de poche : Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2019, 234 p. La «Carte du Québec adjacent» reproduite ci-dessus se trouve p. 13.

Benoît Melançon, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, 2019, couverture