Noces de cire

L’Oreille tendue a quatre ans aujourd’hui.

En chiffres ? 1476 entrées, 683 commentaires, plus de 722 000 pages vues.

La meilleure journée ? Le 29 avril 2012, 6094 visiteurs sont passés, dont 5804 pour le même article, celui sur le swag.

Les quinze articles les plus populaires ?

Du postcool [swag]

Unicité vitale [yolo]

Histoires (d’abord) de chalet [sauf une fois]

Le point de vue de Pluton [matricule 728]

Divergences transatlantiques 012 [thermos]

Défense et illustration de la garnotte

Langue de campagne (21) [élections 2012]

Au carré [malaisant]

Histoire de la littérature québécoise 101 [l’École de la tchén’ssâ]

Crissement riche

Du huard

Des titres à éviter

Héritage hockeyistique [flambeau]

La langue du hockey à travers les âges (comme)

Plan de carrière [périsoignant]

Le mot du jour ? Merci.

L’École de la tchén’ssâ a un an

La mienne

C’était le 19 mai 2012. L’Oreille tendue voulait célébrer la publication de son millième billet. L’idée lui vint alors de consacrer un texte à des romans qu’elle avait lus récemment. L’École de la tchén’ssâ était née.

Son succès, elle l’avoue sans fausse modestie, fut instantané. Deux mois plus tard, le 18 juillet, elle résumait la «Fortune de la tchén’ssâ» et il lui est arrivé de mettre ce texte à jour.

Où en sommes-nous un an plus tard ?

La critique universitaire n’hésite pas à employer l’expression. Elle est dans la bouche de Francis Langevin en introduction à une conférence intitulée «La régionalité dans les fictions contemporaines au Québec» et sous sa plume dans l’article «La régionalité dans les fictions québécoises d’aujourd’hui. L’exemple de Sur la 132 de Gabriel Anctil». Un cours donné au trimestre d’hiver 2013 à l’Université de Sherbrooke (ELC 105, Littérature québécoise : de 1940 à nos jours) comportait (au moins) une allusion à l’École de la tchén’ssâ. En tournée en Inde, le professeur et romancier Samuel Archibald, lui-même membre de l’École, tient un blogue (conjugal). Ce que ça donne ?

La littérature québécoise en Inde

Sur Facebook, le 7 février 2013, les Éditions Nota bene félicitent l’Oreille tendue pour sa création. (Elle n’en demandait pas tant.)

Chez les Éditions Nota bene

William S. Messier, dans son texte destiné à l’abécédaire «Contre le bavardage» du site Poème sale, passe aux aveux : «j’suis de l’École de la tchén’ssâ». Le même Messier fera un grand plaisir à l’Oreille quand, sur Twitter, il écrira : «Pour un rasage de près, optez pour la chainsaw de @benoitmelancon ! http://oreilletendue.com/2013/04/03/le-vocabulaire-de-lecole-de-la-tchenssa/

On peut le dire : l’École de la tchén’ssâ doit désormais être considérée, en elle-même, comme un objet d’étude pour l’histoire de la littérature. Ce n’était pas prévu.

P.-S. — La tchén’ssâ qui se trouve au début de ce billet est celle de l’Oreille tendue : elle sort du placard.

Le vocabulaire de l’École de la tchén’ssâ

Dans «Histoire de la littérature québécoise contemporaine 101», l’Oreille tendue associait le nom de Daniel Grenier à l’École de la tchén’ssâ. William S. Messier va plus loin — et il est peut-être le premier à l’écrire : «j’suis de l’École de la tchén’ssâ».

Grenier et Messier, outre leur appartenance, imposée ou revendiquée, à cette école, jouent dans la même ligue de balle molle, La ligue du Ruppert Mundys (ou Mundys’s) revival, où s’opposent Les Louis-Ferdinand Céline et Les Martres du Centre-sud.

Et ils ont un verbe en commun : raser.

«Gough vient juste de raser se tuer en tombant juste à côté d’une brochette en bois avec un petit reste de saucisse calcinée plantée dans le gazon en arrière du deuxième but» (Daniel Grenier, «Faits saillants», site Poème sale, 20 octobre 2012).

«Sous la réalité étincelante d’un soleil de fin d’après-midi de juillet, les deux sacs de plastique contenant chacun douze canettes de Pabst Blue Ribbon ont beau cogner sur la roue avant de son vélo, faire tourner son guidon et raser lui faire quitter la piste cyclable pour foncer sur le cours de yoga prénatal, rien ne saurait ternir ce moment» (William S. Messier, «Bon match», site Poème sale, 24 octobre 2012).

Raser ? Au Québec, ne pas se produire (ouf !), alors que cela aurait très bien pu se produire. Autrement dit : passer proche.

Fortune de la tchén’ssâ

«Ah vous dirais-je scie à chaîne
M’as te présenter Courchesne.»
Mise en demeure, «Ah vous dirais-je maman», 2012

 

C’était le 19 mai : l’Oreille tendue proposait de regrouper quelques écrivains québécois sous l’étiquette d’École de la tchén’ssâ. La formule a été reprise.

Par Mélikah Abdelmoumen, sur le site Mediapart, le 3 juin, dans un texte intitulé «Cousins de personne (la France, le Québec et les “francophonies”)». Dans sa lettre — «Chère France — surtout la littéraire» —, elle ne fait pas dans la complaisance, c’est le moins qu’on puisse dire. Elle reproche notamment à son interlocutrice de méconnaître la diversité de la littérature québécoise.

Il y a le résolument expérimental où se croisent l’ombre de Joyce, le rire de Céline, la folie de Novarina, le joual, la poésie, les novlangues, et j’en passe; il y a le bucolique trash ultra-contemporain, «l’école de la tchén’ssâ», il y a un roman que tu considérerais plus «classique», dans une langue finement ciselée qui, non, tu vois, ne t’est pas exclusivement réservée; il y a ce polar ou ce noir déjantés, grinçants, écrits dans un style laconique ou aquinien (Hubert Aquin, un de nos immenses écrivains, que tu devrais avoir honte de ne pas connaître; cache-toi, vilaine !)… et tant d’autres mouvances encore.

Par Samuel Archibald, au micro de Marie-Louise Arsenault, dans le cadre de Plus on est de fous, plus on lit !, à la radio de Radio-Canada, le 12 juin. Un des autres invités de l’émission, Raymond Bock ou William S. Messier, préférait d’ailleurs «École de la tchén’ssâ» à «néoterroir», expression utilisée par… Samuel Archibald dans la revue Liberté.

Par Luba Markovskaia, sur le site la Recrue du mois, qui, en juin 2012, se demande, avec le plus grand sérieux, si Sur la 132, le roman de Gabriel Anctil, relève, ou pas, de l’École de la tchén’ssâ.

Par @Saint_Henri qui, le 29 juin, en offre, sur Twitter, une adaptation-traduction : «#FF Mon pote @WilliamSMessier quasi fondateur du néo terroir et de la tchenn’sa school of alphabetics.» Réponse de l’auteur de Townships : «Much obliged. Mais y a à peu près juste le “quasi” qui est factuel là-dedans. Je préfère “alt-terroir”.»

Par le romancier Jean-François Caron (@jfrancoiscaron), enfin, qui, en deux tweets, le 13 juillet, découvre, non sans étonnement, que l’Oreille a évoqué son nom dans sa présentation de l’école : «Ma démarche correspondrait à l’école de la tchén’ssâ, “composée de jeunes écrivains contemporains caractérisés par une présence forte de la forêt, la représentation de la masculinité, le refus de l’idéalisation et une langue marquée par l’oralité.” Eh bin» (premier tweet, deuxième tweet). Il parle également de cette appartenance supposée sur Facebook.

L’Oreille rosit jusqu’aux oreilles de ce succès d’estime.

 

[Complément du 25 janvier 2013]

Participant à l’émission Plus on est de fous, plus on lit ! sur les ondes de la radio de Radio-Canada, le professeur de littérature Jonathan Livernois croit que chainsaw sera un des mots de 2013.

Un des «treize événements littéraires de l’année 2013» du site Littéraires après tout, celui du mois de mars, n’est pas exempt de violence : «Afin de défendre l’honneur de son Cheuf [Samuel Archibald], l’École de la tchén’ssâ n’a d’autre choix que de faire irruption un jeudi soir au Radio Lounge du Quartier 10-30.»

Sur Facebook, on apprend qu’il serait question de cette école dans un cours de littérature donné à l’Université de Sherbrooke.

Les amis de Poème sale viennent de mettre en ligne une série de «photos souvenirs des membres de l’École de la tchén’ssâ» (merci à eux). «Collectionnez-les.» Oui.

 

Sucette et tronçonneuse

Histoire de la littérature québécoise contemporaine 101

[Que les amateurs de statistiques le notent. Cette entrée est la millième du blogue.]

 

«[Samuel Archibald] aurait brandi
une scie mécanique de marque Mikita au-dessus de sa tête»
(Jean-Philippe Martel,
blogue Littéraires après tout, 12 février 2012).

«Ce n’est pas une raison pour hurler à un
“nouveau mouvement littéraire québécois” […]»
(Pierre Lefebvre, Liberté, avril 2012).

«Après une longue lutte, elle note sur le babillard :
“Benoît, emprunter chainsaw”»
(Danielle Phaneuf, la Folle de Warshaw, 2004).

 

Pendant de nombreuses années, l’Oreille tendue a enseigné l’histoire de la littérature à l’université, des Grecs à aujourd’hui, en une trentaine d’heures. Il lui arrivait de parler d’écoles, de mouvements ou de périodes littéraires, encore que ce ne fût pas sa tasse de thé pédagogique.

Réfléchissant à des textes de la littérature québécoise récente, elle propose néanmoins aujourd’hui d’en regrouper les auteurs sous l’étiquette École de la tchén’ssâ.

(Qu’est-ce qu’une tchén’ssâ ? Qui n’est pas de souche ne sait peut-être pas qu’il s’agit du mot anglais [chainsaw] désignant la tronçonneuse, mais acclimaté en français du Québec.)

Cette école est composée de jeunes écrivains contemporains caractérisés par une présence forte de la forêt, la représentation de la masculinité, le refus de l’idéalisation et une langue marquée par l’oralité.

L’Oreille tendue surplombe une station de métro de la fenêtre du bureau où elle écrit ceci et elle possède une tchén’ssâ, mais il reste que cet outil est surtout utile hors de la ville, en forêt. La tchén’ssâ est d’un maniement relativement aisé — encore que l’ajustement de sa chaîne demande du doigté —, elle est bruyante et salissante, et elle peut être dangereuse. Parmi les membres de l’école dont il est question, il y a ceux pour lesquels la tchén’ssâ sert essentiellement à abattre et à débiter des arbres; d’autres sont plutôt inspirés par le film The Texas Chainsaw Massacre (1974). Certains critiques préfèrent parler de néoruralité, de posterroir ou de néoterroir pour désigner ces écrivains de la région ou du bois.

Il n’est pas nécessaire d’être un homme pour faire partie de l’École de la tchén’ssâ, mais plusieurs personnages que représentent ses membres sont des hommes, saisis dans un décor non urbain, souvent un fusil à la main. Parfois, ils se contentent d’une canne à pêche.

L’écriture réaliste des auteurs tchén’ssâ ne recule devant aucune matière. Le sang coule dans leurs textes au moins autant que l’huile à moteur. (École du pickup serait un synonyme tout à fait acceptable d’École de la tchén’ssâ.) Ce réalisme n’est évidemment pas incompatible avec la création de mythologies personnelles ou avec des passages proches de la littérature fantastique.

Les écrivains de l’École de la tchén’ssâ, enfin, aiment faire entendre la langue populaire québécoise. Pour eux, une tchén’ssâ s’appelle une tchén’ssâ, pas une tronçonneuse ou une scie mécanique, et il ne leur viendrait pas à l’idée de mettre ce mot en italique dans leurs textes.

Quels sont les membres de l’École de la tchén’ssâ ? Parmi ses figures emblématiques, on compte Samuel Archibald, Raymond Bock et William M. Messier, mais on pourrait aussi leur associer Daniel Grenier, voire Madame Chose.

Sur le plan biographique, on notera — sans en faire une règle absolue — que ces auteurs sont nés à la fin années 1970 ou durant les années 1980, qu’ils ont commencé à publier durant la deuxième décennie du XXIe siècle et qu’ils ont été associés, ou le sont encore, au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal. Ils sont souvent publiés, à Montréal, par Le Quartanier.

De qui s’inspirent-ils ? Sans qu’on puisse toujours parler d’une filiation directe, il est possible de rapporter leur travail littéraire, du côté du roman, à celui de Louis Hamelin, d’André Major ou de Victor-Lévy Beaulieu, parfois de Réjean Ducharme. Pour la poésie, il faudrait plutôt penser à Patrice Desbiens.

Les membres de l’École de la tchén’ssâ sont d’abord prosateurs, mais on compte aussi des poètes parmi eux (Alexandre Dostie de Duo Camaro, Marjolaine Beauchamp, Érika Soucy). Ils pratiquent volontiers la nouvelle (Grenier), parfois appelée histoire (Archibald, Bock). Le numérique n’a pas de secret pour eux : on les lit dans la blogosphère (Grenier) ou dans la twittosphère (Madame Chose). Ils ont leur exégète, Mathieu Arsenault, le fondateur de l’Académie de la vie littéraire au tournant du 21e siècle et l’auteur d’un texte éclairant sur la «ruralité trash» (Liberté, 295, avril 2012).

On peut posséder une tchén’ssâ, sans pour autant être de cette école. C’est le cas d’un poète apprécié de l’Oreille tendue, François Hébert.

On peut décrire des lieux non montréalais, sans non plus en être. Le Rivière-du-Loup de Nicolas Dickner ou le Shawinigan de François Blais ne nécessite pas qu’on y coupe du bois.

L’Oreille tendue a bien cherché une façon de rattacher Éric Plamondon à l’École de la tchén’ssâ — à cause de ses allusions à la pêche à la ligne et au tir à l’arc (sur écureuil) —, mais sans être elle-même parfaitement convaincue.

Mélanie Vincelette écrit sur le Nord (Polynie, Paris, Robert Laffont, 2011), mais on ne lui confierait pas une tchén’ssâ; ce pourrait être risqué. En revanche, Catherine Mavrikakis ferait de beaux ravages avec un outil comme celui-là : qu’on se souvienne de ce qu’un de ses personnages est capable de faire avec une pelle au début de Ça va aller (Montréal, Leméac, 2002).

Nicolas Langelier, l’auteur du roman Réussir son hypermodernité et sauver le reste de sa vie en 25 étapes faciles (Montréal, Boréal, 2010), se situe aux antipodes des auteurs rassemblés ici, même si son personnage se réfugie dans l’ex-chalet familial.

Les textes de l’École de la tchén’ssâ sont encore peu nombreux, et beaucoup de leurs auteurs en sont encore au début de leur carrière. L’historien de la littérature suivra leur évolution avec attention et bienveillance.

Exercices

1. Répartissez les tenants de l’École de la tchén’ssâ en deux catégories : auteurs possédant une tchén’ssâ; auteurs ne possédant pas de tchén’ssâ.

2. Démontrez pourquoi Gabriel Anctil (Sur la 132, Montréal, Héliotrope, 2012), Jean-François Caron (Rose Brouillard, le film, Chicoutimi, La Peuplade, 2012) ou Ariane Gélinas (les Villages assoupis, Montréal, Marchand de feuilles, 2012) se rattachent, ou ne se rattachent pas, à l’École de la tchén’ssâ.

3. Traduisez le passage suivant en français hexagonal : «Big Lé allait assez souvent aux États avec moi pour savoir que la frontière entre le Canada et les States était une passoire. Il a dit à Luis qu’il pourrait la passer, América, et la lui domper à San Francisco s’il y mettait le prix. Ils s’en sont parlé pas mal le temps que Big Lé était là-bas. C’est resté de même pis Lé est rentré au Québec» (Arvida, p. 84).

4. Complétez la citation suivante : «Tu peux pas comprendre si tu viens de __________» (Arvida Crew).

Citations choisies

Daniel Grenier : «Et quand elle veut se rendre d’ici au comptoir de la cuisine, pour aller chercher le Windex, parce qu’en gossant sur sa plaie encore molle, elle a fait gicler le pus dans le miroir de la salle de bain, quand elle veut se rendre d’ici à là-bas, elle s’aligne un peu à gauche, histoire de ne pas dériver, dériver, dériver» (Malgré tout on rit à Saint-Henri, p. 73).

Raymond Bock : «[…] Jason s’est soudain précipité pour aller chercher une pinte d’huile à moteur dans le coffre et est revenu détacher ce qui restait de Turbide, qui s’est écrasé au sol, des aiguilles de pin collées dans sa face tuméfiée. Jason a arraché les pantalons à plis beiges du vieux et lui a abondamment aspergé le derrière avec l’huile. J’ai cru qu’il voulait l’immoler. J’allais lui dire d’au moins l’éloigner de l’arbre, mais Jason bougeait plus, les shorts baissés à mi-cuisse, bandé comme un démon» (Atavismes, p. 21-22).

Conseils du jour de Madame Chose : «La jeune femme moderne devrait savoir faire du caramel et graisser un moteur» (Twitter, 16 mai 2012); «La jeune femme moderne devrait savoir partir une génératrice en battant des cils» (Twitter, 11 mai 2012); «La jeune femme moderne devrait savoir creuser une rigole et appliquer ses fards avec les doigts» (Twitter, 9 mai 2012); «La jeune femme moderne devrait savoir faire un bas de pantalon et chasser l’outarde» (Twitter, 8 mai 2012); «La jeune femme moderne devrait savoir déveiner un cerf et poser des rouleaux chauffants» (Twitter, 2 mai 2012).

Lectures recommandées

Archibald, Samuel, Arvida. Histoires, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 04, 2011, 314 p. Ill.

Bock, Raymond, Atavismes. Histoires, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 03, 2011, 230 p.

Grenier, Daniel, Malgré tout on rit à Saint-Henri. Nouvelles, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 07, 2012, 253 p.

Liberté, 295 (53, 3), avril 2012, p. 5-47 : dossier «Les régions à nos portes». Textes de Pierre Lefebvre, Raymond Bock, Samuel Archibald, William S. Messier et Mathieu Arsenault.

Messier, William S., Townships. Récits d’origine, Montréal, Marchands de feuilles, 2009, 111 p.

 

[Complément du 28 janvier 2013]

Pour en savoir plus sur l’imprévisible fortune de l’expression «École de la tchén’ssâ», on va ici.