Autopromotion 094

L’Oreille tendue sera, vers 6 h 30, à l’émission Y a pas deux matins pareils de la radio de Radio-Canada à Toronto pour parler de son Langue de puck. Abécédaire du hockey.

Rebelote, vers 9 h 40, à l’émission Médium large de la radio de Radio-Canada.

 

[Complément du jour]

On peut (ré)entendre l’entretien à Y a pas deux matins pareils ici.

On peut (ré)entendre la discussion à Médium large ici.

 

Référence

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

Autopromotion 091

L’Oreille tendue sera, vers 15 h 30, à l’émission Culture physique de la radio de Radio-Canada pour parler de son Langue de puck. Abécédaire du hockey.

 

[Complément du 2 mars 2014]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.

 

Référence

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Langue de puck. Abécédaire du hockey, 2014, couverture

 

De la rétention de la crosse

Il y a actuellement, dit-on, des jeux Olympiques, en Russie. S’y tiendraient des matchs de hockey.

Le français étant une des langues officielles du mouvement olympique, on rend compte des matchs dans cette langue. Cela peut donner ceci :

Vocabulaire du hockey aux Olympiques

(Merci à @jougosselin.)

Palais est mis pour palet (la rondelle). C’est mignon et ça ne porte pas à conséquence.

Pour rétention de la crosse, c’est plus délicat.

La rétention, selon le Petit Robert (édition numérique de 2014), est le «Fait de retenir». La crosse, pour certains, est un synonyme de bâton de hockey. Si l’on s’en tient simplement au sport, la rétention de la crosse désignerait donc le fait de retenir le bâton d’un adversaire. Le joueur s’en rendant coupable est puni.

Mais la crosse, ce n’est pas seulement le hockey.

C’est aussi la fraude, à petite ou grande échelle : il est bon de savoir que sa rétention serait punie sur la glace olympique.

La crosse, c’est encore la «Pratique qui consiste à provoquer le plaisir sexuel par l’excitation manuelle des parties génitales (d’un partenaire ou de soi-même)» (le Petit Robert, à «masturbation»). Or, quand on lit, dans la définition de rétention que, médicalement, celle-ci est une «Accumulation dans une cavité ou un tissu (d’une substance qui devait en être évacuée). Rétention d’urine. Rétention d’eau dans les tissus», on ne peut que laisser vagabonder son imagination.

C’est dangereux.

 

[Complément du 26 février 2014]

Aujourd’hui, la Commission (québécoise) d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction — la Commission Charbonneau, du nom de la juge qui la préside — entendait le témoignage du syndicaliste Bernard «Rambo» Gauthier.

Souhaitant manifestement éviter l’emploi de mots à ses yeux trop vulgaires pour le contexte dans lequel il se trouvait, «Rambo» a déclaré : «Je l’ai traité de… masturbateur. Ça va ça, non ?» (Merci à @Ant_Robitaille.)

À défaut de rétention de la crosse, on peut parler de rétention du crosseur.