Fume, c’est du français

Bogdan, «Cannabis 02 bgiu»

Soit le tweet suivant, de l’ami François Bon :

Le fils aîné de l’Oreille tendue n’est pas d’accord : weed (herbe, pot, mari, marijuana) est masculin.

C’est corroboré, sur Twitter, par @revi_redac :

Le premier est français; les autres, québécois. S’agirait-il d’une divergence transatlantique ?

Ne reculant devant aucune prouesse technique, l’Oreille a lancé un sondage sur Twitter. Résultat (sur 19 répondants, après 15 heures) : 26 % pour le féminin; 74 % pour le masculin.

C’est là où nous en sommes.

 

Illustration ci-dessus : Bogdan, «Cannabis 02 bgiu», 2005, sous licence CC BY-SA 3.0, photo déposée sur Wikimedia Commons, <https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Cannabis_02_bgiu.jpg?uselang=fr>.

 

«Weed», graffiti, Montréal, 17 mai 2016

Divergences transatlantiques 039

Il y a poudreuse :

«(Canada) […] Neige poudreuse, et SUBST. de la poudreuse : neige fraîche, de consistance très fine. Skier dans la poudreuse» (le Petit Robert, édition numérique de 2014).

Et poudreuse :

«“Poudreuse dans la Meuse” : (ré)écoutez le docu sur les ravages de l’héroïne» (l’Obs, 26 octobre 2015).

Chronique agricole, avec des néologismes

Chanvre indien, marijuana, marie-jeanne, herbe, pot (à faire rimer avec menottes) : il faut bien que la drogue pousse quelque part.

Au Québec, on cache les «installations» de cannabis dans les champs de maïs. C’est ce qui permet au quotidien la Presse de titrer, le 24 septembre 2012, «Le fléau du pot corn» (p. A1). On utilise aussi les champs de soya, mais c’est moins pratique pour les jeux de mots.

Comment repérer ces semis clandestins ? En faisant des «tours de pot» : «des gens qui ont des visées sur ce type de culture louent des avions dans le but de repérer des plantations pour ensuite y aller faire une razzia» (la Presse, 24 septembre 2012, p. A3).

Existe-t-il un mot pour désigner celui qui pratique cette culture ? Bien sûr. On dira que c’est un «mariculteur» (la Presse, 24 septembre 2012, p. A2).

Qui préfère l’agriculture d’intérieur a recours à des «serres hydroponiques». Modestement, l’Oreille tendue suggère de les appeler des «serres hydropotniques».

De l’importance de la typographie

Soit l’affiche suivante, dans le métro de Montréal :

0droguepourmoi.ca, affiche, métro de Montréal, 2010

Dans l’adresse Internet 0droguepourmoi.ca, que représente le premier caractère ?

Est-ce un O majuscule, à valeur vocative ? Comme dans Ô drogue pour moi ?

Est-ce plutôt un zéro ? Comme dans Zéro drogue pour moi ?

Ce n’est pas tout à fait la même chose.

Une société distincte

Certaines expressions, qui étonnent peu dans la conversation, sont particulièrement incongrues à l’écrit.

Consommer, employé sans complément, est de celles-là. L’Oreille tendue en a donné quelques exemples tirés de la presse quotidienne ici.

Dans la prose savante, cet emploi porte à confusion. Soit l’article suivant : Natacha Brunelle, Chantal Plourde, Michel Landry et Annie Gendron, «Regards de Nunavimmiuts sur les raisons de la consommation et ses effets», Criminologie, 42, 2, 2009, p. 9-29. URL : <http://www.erudit.org/revue/crimino/2009/v42/n2/038597ar.pdf>.

Qui s’imaginerait un texte sur le commerce ou l’économie se tromperait : «Dans le présent article sont exposés les résultats d’une étude sur la consommation de substances psychoactives au Nunavik» (p. 9).

Au moins une société distincte (celle qui emploie absolument consommation), peut-être deux (celle qui consomme trop).

 

[Complément du 10 octobre 2015]

Si consommation de drogue peut donner consommation, il va de soi que substances psychoactives peut donner substances. Exemple, tiré de la Presse+ du jour : «C’est une belle occasion de s’amuser ensemble, car oui, c’est possible d’avoir du plaisir sans substances !»