Mécaniques

Diderot dans la toponymie québécoise

Ce n’est pas pour se vanter, mais l’Oreille tendue, sur Twitter, a reçu hier un beau compliment : «Pour emprunter une expression de mon fils : tu flexes rare, là.»

Cela lui a rappelé cette phrase entendue en cours il y a deux ans : «Diderot, là, y flexe.»

Flexer ? Sous l’influence de l’anglais (to flex your muscles), rouler les mécaniques.

P.-S.—«Rare» ? (Vraiment) beaucoup, comme dans «J’étais rouge homard et brisé rare par l’univers» (Testament, p. 96).

 

Référence

Gendreau, Vickie, Testament. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 60, 2012, 156 p.

La clinique des phrases (iii)

La clinique des phrases, logo, 2020, Charles Malo Melançon

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit la phrase suivante :

Depuis Jean-Jacques Rousseau au moins, et à travers tant de penseurs de l’éducation à la petite enfance comme Froëbel, Pestalozzi, Montessori et jusqu’à Piaget et au-delà, une certaine conception de l’enfance, légitime, et pour laquelle on peut avancer de bons arguments, demande qu’on laisse la nature suivre son cours, qu’on ne précipite pas les choses, qu’on laisse le temps faire son œuvre bénéfique. Rousseau écrira : «Oserais-je exposer ici la plus grande, la plus importante, la plus utile règle de toute l’éducation ? Ce n’est pas de gagner du temps, c’est d’en perdre.»

D’une part, Jean-Jacques Rousseau est mort en 1778; il n’«écrira» plus jamais rien. D’autre part, qui sait ce qu’il écrirait s’il revenait à la vie.

Donc :

Rousseau a écrit : «Oserais-je exposer ici la plus grande, la plus importante, la plus utile règle de toute l’éducation ? Ce n’est pas de gagner du temps, c’est d’en perdre.»

À votre service.

Autopromotion 530

Benoît Melançon, «Faire son travail», la Presse+, 21 octobre 2020, illustration

Une chargée de cours de l’Université d’Ottawa, Verushka Lieutenant-Duval, est suspendue par son administration à cause d’un mot qu’elle a utilisé en classe. Elle est ensuite réintégrée, en quelque sorte, dans ses fonctions. L’affaire occupe beaucoup de monde au Canada ces jours-ci.

L’Oreille tendue aussi. Ça se lit ici, dans la Presse+ du jour.

 

[Complément du 22 octobre 2020]

Isabelle Maréchal, de la station de radio montréalaise 98,5, avait des questions sur ce texte. L’Oreille lui a répondu. C’est , à compter de la 33e minute.

Autopromotion 520

Photo de Benoît Melançon, Université du troisième âge, Belœil, mars 2020, photo de Marie-France Abastado, Radio-Canada

Depuis 2007, l’Oreille tendue donne des conférences à l’Université du troisième âge. Sur quels sujets ? Le théâtre de Marivaux, Maurice Richard — c’est du hockey —, la langue (au Québec), Voltaire, l’Encyclopédie et Wikipédia, l’histoire des bibliothèques, Ella Fitzgerald.

Ce matin, on a pu l’entendre, à l’émission Désautels le dimanche de la radio de Radio-Canada, répondre aux questions de Marie-France Abastado au sujet de l’UTA.

Ça s’écoute ici.

 

Photo : Radio-Canada / Marie-France Abastado

Alternative professionnelle de l’Oreille tendue, bis

Boileau-Narcejac, …Et mon tout est un homme, éd. 2009, couverture

«L’homme appartenait à cette race de chercheurs solitaires qui ne vivent que pour avoir raison et dont on ne sait jamais ce qui l’emportera en eux du génie ou du fanatisme.»

Boileau-Narcejac, …Et mon tout est un homme, Paris, Denoël, coll. «Folio policier», 188, 2009 (1965), 204 p., p. 28.

P.-S.—La première alternative professionnelle de l’Oreille ? Par ici.