Impressions de 2021

Autoportrait au crâne

Lire rend heureux. Quels sont les livres lus ou relus, parmi plusieurs autres, qui ont rendu l’Oreille tendue heureuse en 2021 ?

Par ordre alphabétique…

Bernard, Catherine, Laodamie, reine d’Épire (1689) et Brutus (1691), dans Aurore Evain, Perry Gethner et Henriette Goldwyn (édit.), Théâtre de femmes de l’Ancien Régime. 3. XVIIe-XVIIIe siècle, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. «La cité des dames», 8, 2011, p. 33-105 et p. 107-182.

Bouchard, Serge, Un café avec Marie, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 2021, 270 p.

Boudreault, Simon, Je suis un produit, Montréal, Dramaturges éditeurs, 2021, 157 p.

Brea, Antoine, l’Enfer de Dante mis en vulgaire parlure. Poème, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 160, 2021, 390 p.

Voir ici.

Echenoz, Jean, Un an. Roman, Paris, Éditions de Minuit, 1997, 110 p.

Farah, Alain, Mille secrets mille dangers. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 161, 2021, 497 p.

Grégoire, Julien, Jeux d’eau. Roman, Montréal, Del Busso éditeur, 2021, 212 p.

Grisé, François, Tout inclus. Tome 1, Montréal, Atelier 10, coll. «Pièces», 26, 2021, 122 p. Ill. Précédé d’un «Mot des dramaturges» et suivi de «Contrepoint. La ruée vers l’or gris : risques et rentabilité» par Anne Plourde.

Guèvremont, Germaine, le Survenant. Roman (1945), Paris, Plon, 1954, 246 p. Suivi d’un «Vocabulaire».

Hoedt, Arnaud et Jérôme Piron, Le français n’existe pas, Paris, Le Robert, 2020, 158 p. Préface d’Alex Vizorek. Illustrations de Xavier Gorce.

Voir .

Johnston, Wayne, The Divine Ryans. A Novel (1990), Londres, Anchor, 1999. Édition numérique.

Kern, Étienne, le Tu et le vous. L’art français de compliquer les choses, Paris, Flammarion, 2020, 204 p. Ill.

Voir de ce côté-ci.

Le Tellier, Hervé, Toutes les familles heureuses (2017), Paris, JC Lattès, coll. «Le livre de poche», 36181, 2021, 189 p. Ill.

Marivaux, la Fausse Suivante ou Le fourbe puni (1724), dans Théâtre complet. Tome premier, Paris, Bordas, coll. «Classiques Garnier», 1989, p. 395-471 et 1066-1073. Texte établi, avec introduction, chronologie, commentaire, index et glossaire par Frédéric Deloffre. Nouvelle édition, revue et mise à jour avec la collaboration de Françoise Rubellin.

Ravey, Yves, Adultère. Roman, Paris, Éditions de Minuit, 2021, 140 p.

De ce côté-là.

Raymond Bock, Maxime, Morel. Roman, Montréal, Le Cheval d’août, 2021, 325 p.

[Complément du 12 janvier 2022] Un compte rendu.

Saule, Tristan [pseudonyme de Grégoire Courtois], Mathilde ne dit rien. Roman. Chroniques de la place carrée. I, Montréal, Le Quartanier, coll. «Parallèle», 02, 2021, 280 p.

Thomas, Chantal, De sable et de neige, Paris, Mercure de France, coll. «Traits et portraits», 2021, 199 p. Avec des photos d’Allen S. Weiss.

Turgeon, David, l’Inexistence. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 156, 2021, 219 p.

Verne, Jules, le Pays des fourrures. Le Canada de Jules Verne — I (1872-1873), Paris, Classiques Garnier, coll. «Bibliothèque du XIXe siècle», 77, 2020, 549 p. Ill. Édition critique par Guillaume Pinson et Maxime Prévost.

Viel, Tanguy, La fille qu’on appelle. Roman, Paris, Éditions de Minuit, 2021, 173 p.

Voyer, Marie-Hélène, l’Habitude des ruines. Le sacre de l’oubli et de la laideur au Québec, Montréal, Lux éditeur, 2021, 211 p. Ill.

[Complément du 6 janvier 2022] Un compte rendu.

Pas pire année, bref.

 

[Complément du jour]

Palsambleu ! Un oubli :

Delisle, Michael, Dée, Montréal, BQ, 2007 (2002), 128 p.

Les zeugmes du dimanche matin et de Steven Jezo-Vannier

Steven Jezo-Vannier, Ella Fitzgerald. Il était une voix en Amérique, 2021, couverture

«Les jeunes filles partagent les plats de pâtes et les enseignements de l’école publique no 18, sur Park Hill avenue» (p. 29).

«Le 2 octobre, Ella avance péniblement sous les projecteurs du Music Hall Center de Détroit, soutenue par les applaudissements de la salle et le bras d’un assistant» (p. 351).

Steven Jezo-Vannier, Ella Fitzgerald. Il était une voix en Amérique, Marseille, Le mot et le reste, 2021, 367 p.

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte le 1er juillet 2021.

Divergences transatlantiques 065

Verre pour boire un(e) shot

Soit les deux phrases suivantes :

«L’amertume de la journée ne lui resterait pas longtemps en bouche, et elle s’arrangerait pour faire tenir les mois de claustration avec le mari dans une soirée, une seconde un peu gonflée, un dé à coudre de temps qu’elle avalerait comme un shot de mauvaise vodka» (la Ballade de Rikers Island, p. 266).

«un livre qui fait sautiller, danser de joie, un livre qui se fête et se gobe cul sec comme un shot de rhum Diplomático au bar Sirimiri de San Sebastián» (Bibliothèque de survie, p. 47).

Pour une oreille québécoise, le masculin de shot étonne. Autour d’elle, elle n’entend ce mot qu’au féminin.

Le Petit Robert, édition numérique de 2018, l’a bien vu : après une citation de… Frédéric Beigbeder («shots de vodka multicolores, […] avalés cul sec»), on lit «Le mot est féminin au Canada».

Pourtant, il n’a rien à voir avec l’univers de la locomotion

 

Références

Beigbeder, Frédéric, Bibliothèque de survie. Essai, Paris, Éditions de l’Observatoire, 2021, 160 p.

Jauffret, Régis, la Ballade de Rikers Island. Roman, Paris, Seuil, 2014, 425 p.

Frédéric Beigbeder est un mononc’

Frédéric Beigbeder, Bibliothèque de survie, 2021, couverture

Frédéric Beigbeder vient de publier sa Bibliothèque de survie. Il faut saluer la brièveté de ce «petit précis de littérature du nouveau siècle» (p. 13), de ce «panorama rapide» (p. 14), de ce «manuel de combat» (p. 15). L’auteur, qui serait critique littéraire, y propose, du dernier au premier, son «top 50 de 2021» (p. 27), en l’occurrence des œuvres qu’il aime, de 1673 à 2021, en expliquant malheureusement ses choix.

Bibliothèque de survie n’étant pas avare de marques de la première personne du singulier (je me moi), on pourrait facilement dresser l’autoportrait de son signataire. À chaque jour suffit sa peine : contentons-nous d’un seul aspect de cet autoportrait.

Pour le dire en français populaire du Québec, Frédéric Beigbeder est un mononc’. (Les lecteurs hexagonaux, pour ne pas être largués, pourraient remplacer mononc’ par beauf.) Comment reconnaît-on le mononc’ ?

Il regarde le monde par l’entrebâillement de sa braguette. Il est tout échauffé dès qu’il est question de prostitution (il est pour). Il se vante sans se vanter de ses conquêtes sexuelles : «Une amie commune a publié un roman sur leur vie sexuelle; j’ai béni le ciel qu’elle ne se souvienne plus de moi» (p. 96). Le féminisme, ce n’est pas tout à fait clair pour lui : «Colette est mieux que féministe : elle est féminine» (p. 161).

Il essaie de faire de l’humour avec la pandémie de 2020-2021 en se moquant des médecins (p. 145-146). Il déplore que, selon lui, les États-Unis en aient perdu le sens. «Faut-il vraiment américaniser les comportements culturels français ?» (p. 22) râle en effet le mononc’.

Littérairement, les clichés ne lui font pas peur. Le style, qui serait si important pour lui ? «Les portraits de Femmes [de Jacques Chardonne] sont fragiles et touchants comme des aquarelles» (p. 92). La géographie du roman contemporain ? «Quelle fabuleuse idée que d’avoir importé ce roman choral de notre jeune cousine d’outre-Atlantique» (p. 101), Marie-Ève Thuot.

Enfin, il aime les blagues idiotes. Exemples, tous autour du même thème :

«On reproche à Carmen de mettre en scène un féminicide mais que faire de Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès (1980) ? Faut-il rebaptiser cette pièce Combat de racisés et de canidés ?» (p. 18)

«Un poète le savait, c’est Baudelaire. Les Fleurs du mal est le titre qui résume tout. Ce n’est pas Les Rhododendrons du bien» (p. 21).

Dany Laferrière «est l’auteur de Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer, en 1985, dont il apparaît évident que ce titre sera bientôt remplacé par Comment obtenir le consentement d’une personne racisée» (p. 73).

Le mononc’ est bien des choses, mais pas un auteur dont la lecture est indispensable.

P.-S.—L’Oreille tendue a consacré, de façon bien tatillonne, quelques tweets à ce «panthéon littéraire» (quatrième de couverture) : sur Louis XIV, sur les météores, sur la vie, sur le marivaudage, sur Xavier de Maistre, sur les Parisiens, sur les Mémoires.

 

[Complément du jour]

L’Oreille tendue n’est pas seule. Dès 2018, Luc Jodoin associait Beigbeder et «mononcle». C’est .

 

Référence

Beigbeder, Frédéric, Bibliothèque de survie. Essai, Paris, Éditions de l’Observatoire, 2021, 160 p.