Nouveau trouble de l’Oreille

Une université offre une formation : «Depuis le début de la pandémie, les défis sont de taille pour les personnes professeures, professeurs et maîtres de langue. Les changements reliés à vos tâches, tels qu’enseigner en mode virtuel et soutenir vos étudiants à distance, sont nombreux et constituent une source de stress pour plusieurs.»

L’Oreille tendue a un peu de mal à s’y retrouver.

Les «professeures, professeurs et maîtres de langue», ce sont bien des êtres humains ? Pourquoi alors leur adjoindre «personnes» ? Ça va de soi, non ?

S’il y a des «maîtres de langue», pourquoi n’y a-t-il pas des «maîtresses» ?

S’il y a des «étudiants», pourquoi n’y a-t-il pas des «étudiantes», voire des «personnes étudiantes, étudiants» ?

Tant de questions, si peu d’heures.

Autopromotion 450

Actrice / Autrice

Entre 14 h et 15 h, l’Oreille tendue sera à la radio de Radio-Canada, à l’émission Plus on est de fous, plus on lit !, au micro de Marie-Louise Arsenault, avec Martine Delvaux, pour parler de changement linguistique et du mot autrice.

 

[Complément du jour]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.

Deux lectures :

Candea, Maria et Laélia Véron, Le français est à nous ! Petit manuel d’émancipation linguistique, Paris, La Découverte, coll. «Cahiers libres», 2019, 238 p.

Evain, Aurore, «Histoire d’autrice, de l’époque latine à nos jours», Sêméion, 6, 2008. URL : <http://siefar.org/wp-content/uploads/2015/09/Histoire-dautrice-A_-Evain.pdf>.

Une vidéo :

Autrice, Maria Candea

Un tweet :

Accouplements 23

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Soit le tweet suivant :

Était-il indispensable de savoir que l’auteure était la conjointe d’un autre auteur ?

En France, le Conseil supérieur de l’audiovisuel vient de nommer Delphine Ernotte-Cunci à la direction de France Télévisions. Au moment de sa nomination, il a souvent été question de son mari. (Voir, à ce sujet, l’analyse de Marie-Anne Paveau).

Était-il indispensable de savoir que la future dirigeante était la conjointe d’un comédien ?

Etc., ad infinitum.

Pronom du jour

On débat en France de la place à faire aux questions de genre (gender) à l’école. C’est le contexte du tweet suivant :

«Les anti-djendeur sont pathétiques avec leur “pas de djendeur à l’école”. Le genre est appris à l’école, ms pas ds le sens qu’illes croient» (@A_C_Husson)

L’Oreille tendue ignorait l’existence du pronom illes.

 

[Complément…]

…fourni par @revi_redac : «En 2000, Louise-L. Larivière proposait ce pronom inclusif. Voir Pour en finir avec la féminisation linguistique. Et Pour une grammaire non sexiste de Céline Labrosse, 1996 (!), p. 45-46. Précision : “Afin de combler cette absence d’un pronom pluriel commun, Françoise Marois (1987) a proposé la création de la forme illes, nommée ‘collectif mixte’” (Labrosse, p. 46)».

 

[Complément du 18 juillet 2015]

La même @revi_redac vient de voir passer «celleux» sur Facebook. (Merci.)

Celleux (vu sur Facebook)