Autopromotion 573

L’Oreille tendue ne comprend pas que l’on présente, avant les matchs des Canadiens de Montréal — c’est du hockey —, des images de bagarres. Elle s’en ouvre aujourd’hui au président de l’équipe, Geoff Molson, dans une lettre ouverte publiée dans la Presse+.

P.-S.—Non, vous ne rêvez pas : ce n’est pas la première fois que l’Oreille s’en prend à la violence au hockey. C’était ici.

Jeux de mains…

Mathias Brunet, «La force de la jeunesse», la Presse+, 29 mai 2017, premières lignes

Sauf rarissime exception, les joueurs de hockey ont tous leurs membres.

Comment expliquer alors ceci, tiré de la Presse+ du 29 mai 2021 ? «Qu’il était rafraîchissant de voir un jeune homme de 20 ans avec des mains repasser la rondelle à un autre jeune homme de 21 ans avec des mains pour le but gagnant en prolongation.» Pourquoi noter que Cole Caufield et Nick Suzuki, tous les deux des Canadiens de Montréal, ont «des mains» ?

C’est qu’il fallait entendre autre chose que le simple mot «mains». Certains athlètes ont beaucoup de dextérité manuelle, que ce soit au hockey (pour tirer) ou au football (pour attraper); ils ont «de bonnes mains». D’autres sont nuls, sur la glace ou sur le terrain; ils n’ont «pas de mains». Ceux-là sont à plaindre.

Oui, c’est de la langue de puck.

P.-S.—Citation, de mémoire, de John Irving : «I had great hands», se souvient Roberta Muldoon, un ancien joueur de football ayant changé de sexe (The World According to Garp, 1978).

 

Référence

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

Que faire de ses gants au hockey ?

Nick Downes, «Chistmas At The Ice Rink», The New Yorker, 16 décembre 2019, détail

Pour des raisons que l’Oreille tendue ne comprenait pas en 2014 et qu’elle ne comprend toujours pas, il est permis, voire encouragé, de de se battre au hockey. Cela touche les hercules de foire, mais pas seulement.

Comment cela se passe-t-il ?

Souvent, avant de passer à l’acte, les belligérants s’invitent à valser. Ils se débarrassent alors de leurs gants.

On entend alors les expressions laisser tomber les gants, jeter les gants ou encore, dans la langue de Dave «The Hammer» Schultz, dropper les gants, d’où, plus virilement, les dropper.

Exemple : «Jeudi soir dernier, Nick Foligno, en les droppant devant Corey Perry, a fait un fou de lui.»

P.-S.—On peut aussi dropper la rondelle. C’est autre chose.

P.-P.-S.—Oui, c’est de la langue de puck.

 

Illustration : Nick Downes, «Chistmas At The Ice Rink», The New Yorker, 16 décembre 2019, détail

 

Références

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Melançon, Benoît, «Seize mesures pour réformer le hockey et sa culture», Nouveau projet, 05, printemps-été 2014, p. 133-137. URL : <https://edition.atelier10.ca/nouveau-projet/magazine/nouveau-projet-05/seize-mesures-pour-reformer-le-hockey-et-sa-culture>.

 

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture