Denis Coderre et le lexique de l’imbibition

 

Denis Coderre à côté de la statue de Jean Drapeau, Montréal, 2 juin 2021Denis Coderre a déjà été maire de Montréal et il souhaite le redevenir. Dans le cadre de sa campagne électorale, il multiplie les déclarations, toutes plus réjouissantes les unes que les autres.

Nouvel exemple cet après-midi : s’il est élu, il voudrait interdire la consommation d’alcool après 20 h dans les parcs de la ville, histoire de «protéger les gens contre eux-mêmes».

Les réseaux sociaux se régalent depuis, en comparant l’aspirant omnimaire à des hommes politiques du passé, Pacifique Plante ou Jean Drapeau (celui de la statue ci-dessus). On a même évoqué la Ligue de tempérance.

C’est aussi vrai sur le plan du lexique. Que faut-il interdire ? Le fait de «prendre un coup» et, par voie de conséquence, la «boisson». Sur le plan du vocabulaire de l’imbibition, Denis Coderre est aussi un homme d’un autre âge.

Fleurs de corruption

Première page du Devoir du 20 novembre : «Commission Charbonneau. La collusion a fleuri au temps du maire Bourque.»

Ce «maire Bourque» est l’ex-maire de Montréal, Pierre Bourque, ci-devant directeur de son Jardin botanique et grand prêtre de la non-défusion.

Son sobriquet (éminemment horticole) était «Géranium Ier».

«Géranium Ier retrouve ses racines» (la Presse, 7 juin 2003).

«Appelez-le Géranium Ier» (le Devoir, 4 mai 2005, p. A5).

«De la publicité pour “Géranium premier”» (la Presse, 4 mai 2005, p. A20).

«Les lotus de Géranium Ier» (le Devoir, 27-28 janvier 2007, p. D3).

Il n’aurait pas été normal que rien ne «fleurisse» sous son règne.

La langue de l’ex-maire de Montréal

Gérald Tremblay annonçait tout à l’heure qu’il quittait la mairie de Montréal un an avant la fin de son mandat.

La dimension religieuse de son discours avait de quoi étonner : «passion» (au moins trois fois); «valeurs judéo-chrétiennes»; «paix»; «calvaire»; «pour toujours»; «vérité»; «ultime sacrifice». Pour @Hortensia68, sur Twitter, on devrait ajouter à la liste «trahison» et «amour». Autrement dit, voilà qui fleurait bon l’éducation religieuse québécoise d’antan. (Mauvaise langue, l’Oreille tendue, itou sur Twitter, a signalé l’absence de «veau d’or» dans la bouche d’un maire pourtant victime des «collusionnaires».)

Vérification faite, quand l’ex-maire parlait, dans son texte écrit, pas improvisé, de «moments et souvenirs intarissables», il ne faisait toutefois pas allusion à la Bible. (Mais à quoi donc ? La question est ouverte.)

 

[Complément du 6 novembre 2012]

Deux choses encore.

Twitter s’est beaucoup amusé de l’intertexte religieux de l’ex-maire. «J’ai cru qu’on allait voir apparaître la main de Dieu de Claude Ryan», a écrit @ChroniquesTrad, ce qui permettait de lier deux ex-membres du Parti libéral du Québec, un de ses anciens chefs, Claude Ryan, et un des anciens ministres, Gérald Tremblay. @Geneablogiste évoque «Moïse Tremblay et les sept plaies de Montréal !» C’est plutôt au verbe de la connaissance que l’on pense devant ceci : «C’est vrai que pendant l’acte d’amour il faut parfois savoir se retirer à temps» (@LeGrosRaTt).

Le lexique religieux de Gérald Tremblay est d’autant plus étonnant qu’il est mêlé au vocabulaire le plus actuel, celui du festif (le Quartier des spectacles), de la capitale («une ville UNESCO de design», «une métropole culturelle d’envergure internationale»), de l’ouverture sur le monde («un important rayonnement international»), du management («les processus et les mécanismes de contrôle»), du moderne à tout crin («le Technopole de la santé et celui de l’innovation»). L’ancien et le nouveau, bref.

Affliction de l’Oreille

Cités, no 23, 2005, «Le Québec, une autre Amérique», couverture

Lire ceci dans le Devoir du 26 septembre 2012 : «Québec ne se lancera pas dans les fusions-défusions» (p. A5). Et ressentir du chagrin.

Il faut savoir que «la saga des fusions-défusions» a beaucoup occupé les médias québécois il y a quelques années. En voici une définition tirée d’un texte publié par l’Oreille tendue en 2005 :

Psychodrame qui secoue la politique municipale à Montréal, dans la vieille capitale (Québec), dans le 450 et dans les régions. Il y avait des villes autonomes; on les fusionna, ce qui aurait dû entraîner un fort courant d’adhésion; devenues simples arrondissements ou secteurs de mégavilles, elles furent rapidement menacées de défusion, au grand désespoir des profusionnistes; quelqu’un proposa alors de parler de démembrement; on en arriva finalement à une consultation sur la réorganisation municipale, la décentralisation et la déconcentration; à la suite de référendums, quelques villes furent démembrées et d’autres restèrent fusionnées; il est possible qu’un jour toutes soient reconstituées en agglomérations. Ce n’est pas sans créer un brin de confusion.

On le voit : les fusions-défusions, à défaut de faire l’unanimité politique, faisaient le bonheur des observateurs de la langue. On aurait aimé en profiter encore. Il faudra plutôt en vivre le deuil.

P.-S. — Outre les mots énumérés ci-dessus, il y eut aussi, entre autres créations lexicales, défusionner, défusionniste, défusionnel, défusionnisme, dédéfusion.

 

Référence

Melançon, Benoît, «La glande grammaticale suivi d’un Petit lexique (surtout) montréalais», Cités. Philosophie. Politique. Histoire, 23, 2005, p. 233-241. URL : <http://www.cairn.info/revue-cites-2005-3-page-233.htm>; <http://www.cairn.info/article_p.php?ID_ARTICLE=CITE_023_0238>.