L’art du portrait, version télécommunication

Christian Gailly, les Évadés, 2010, couverture«Premier producteur de malentendus. Grand dispensateur de proximités fausses, d’illusoires présences. Un instrument de torture. De formes rondes ou longues. Une matière douce, caressante à l’oreille. De plus en plus léger.

Le principal intérêt du téléphone moderne, à vrai dire le seul, est de mettre immédiatement en rapport l’une avec l’autre deux personnes, à condition que la deuxième personne, celle qu’on appelle, réponde immédiatement.»

Christian Gailly, les Évadés, Paris, Éditions de Minuit, coll. «Double», 65, 2010 (1997), 234 p., p. 39.

Rodrigue, as-tu du cœur ?

L’Oreille est sans cesse tendue, même dans les salles d’attente. Il y a peu, elle surprenait l’étonnante conversation suivante :

Lui. — Vous venez passer un tapis ?
L’autre. — Non.

Passer un tapis ? Un anneau au doigt; la corde au cou; l’éponge; un savon; le café; une veste; les vitesses; le mot; la parole; un rhume; un coup de fil; un accord; une commande : passe encore. Mais un tapis ?

Explication sommaire : certains s’interrogent sur leur condition coronarienne; on leur demande de passer un examen; cet examen, un électrocardiogramme à l’effort (un effort, pour les intimes), nécessite un tapis (roulant). On passe donc un tapis.

Le ventre est-il à moitié plein ou à moitié vide ?

S’agissant de la même étude, deux points de vue, le même jour (hier), avec des photos semblables (un corps sans tête, au ventre bien rebondi).

Le Devoir : «L’obésité progresse toujours au Canada. Une personne sur quatre est maintenant considérée comme obèse au pays» (p. A2).

La Presse : «Les Canadiens sont moins gros que les Américains» (p. A10).

Quel est le proverbe déjà ? Quand on se regarde, on se désole; quand on se compare, on se console ?

Poussée de croissance

Une autre preuve que le sport aide au développement physique ? Cette déclaration de Marc Santos, l’entraîneur de l’équipe montréalaise de soccer, l’Impact : «Peu à peu, nous avons retrouvé notre confiance et nous avons grandi dans le match» (la Presse, 25 février 2011, cahier Sports, p. 4). Grandir en un seul match : que demander de mieux ?

Enfant de la balle

Pour comprendre certains romans, il faut avoir un vocabulaire sportif étendu.

Ainsi, il faut maîtriser l’idiome du baseball si l’on veut saisir ce qu’est l’«aura de neuvième manche» qui entoure Roger, un des personnages de la Ballade de Nicolas Jones de Parick Roy, ou si l’on veut se représenter «l’ambiance trois balles deux prises» dans laquelle il baigne (p. 144).

Traduction libre : Roger va mourir (la neuvième manche annonce la fin du match; à trois balles deux prises, on risque de tout perdre).

P.-S. — De même, une phrase comme «le gros 61 loge un boulet sous le biscuit du gardien» (p. 187) — il vient de marquer — et un passage sur la nécessité de «tourner le coin» (p. 190) — s’échapper — exigent une connaissance fine des lexiques du hockey et du football.

Référence

Roy, Patrick, la Ballade de Nicolas Jones, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 01, 2010, 220 p.