Histoire(s) de cheveu(x)

Ceci, dans la 37e livraison de la série (à lire et à suivre) «autobiographie des objets» de François Bon : «Dans la vitrine du coiffeur Barré, son propre instrument : l’accordéon. Il donnait aussi des cours, et participait à un orchestre de bal, deux vies qui nous étaient inconnues, hors de portée des clients du coiffeur aux gestes lents, aux favoris précis, à la calvitie lissée.»

Cette «calvitie lissée» — l’Oreille tendue n’est pas insensible aux histoires de cheveux, voire de cheveu — lui rappelle qu’elle a, dans les entrailles de son Mac (la majuscule est importante), un fichier de citations postchevelues.

Extraits (rubrique «Série noire»)

Kaminsky, Stuart M., Judy et ses nabots, Paris, Gallimard, coll. «Super noire», 121, 1978 (1977), 246 p. Traduction de Simone Hilling.

«La cinquantaine, un visage rond et une petite bouche un peu molle. Il a le nez droit et porte des lunettes rondes en écaille. Son crâne se déplume et ses cheveux sont clairsemés, mais il les ramène en avant sur la gauche, pour combattre le désert laissé par le temps» (p. 156-157).

Kaminsky, Stuart M., Chico, banco, bobo, Paris, Gallimard, coll. «Série noire», 1755, 1979 (1978), 213 p. Traduction de Simone Hilling.

«Costello avançait, courbé, les bras tendus comme un lutteur. L’Anglais avançait, très droit, bras droit tendu. Il s’écarta de la trajectoire de Costello et voulut le saisir aux cheveux. Mais Costello n’en avait pas» (p. 95).

Kaminsky, Stuart M., Dracula fait maigre, Paris, Gallimard, coll. «Série noire», 1831, 1981 (1980), 249 p. Traduction de Simone Hilling.

«Rouse avait dans les soixante ans, un ventre énorme, des dents et des cheveux en nombre à peu près égal, soit six. En salopette et chemise de finette, il mastiquait énergiquement» (p. 133).

Kaminsky, Stuart M., Un clown en cage, Paris, Gallimard, coll. «Série noire», 1894, 1982, 247 p. Traduction de Simone Hilling.

«Le sommet de son crâne était presque chauve, et j’eus l’impression de pouvoir y lire le passé, mais pas l’avenir» (p. 138).

Benjamin, Paul [pseudonyme de Paul Auster], Fausse balle, Paris, Gallimard, coll. «Série noire», 2295, 1992 (1982), 278 p. Traduction de Lili Sztajn.

«Le soleil ne s’engouffrait pas à flots à travers les deux fenêtres grillagées percées dans le mur est; elles n’avaient pas vu de chiffon depuis le jour où Monsieur propre était devenu chauve et je gardais le plafonnier allumé à toute heure» (p. 23).

Mon sex-appeal (et celui de Voltaire)

Ses lecteurs lui pardonneront, du moins elle l’espère, un bref élan d’immodestie : l’Oreille tendue a du succès auprès des dames. La preuve ?

Il y a quelques jours, elle publiait ici une réflexion sur la série télévisée Mad Men et Voltaire. Depuis, plusieurs personnes du sexe, certaines moins vêtues que d’autres, se sont abonnées à son compte Twitter.

Cela prouve, s’il en était besoin, que le nom de Voltaire fait encore vibrer les âmes bien nées.

De l’intellectuel et de l’expert — Complément visuel

L’Oreille tendue causait l’autre jour du statut de l’intellectuel et de l’expert médiatique au Québec. Elle avait oublié une catégorie : le «penseur médiatique». Elle en découvre l’existence au centre-ville de Montréal. Dont acte.

Terrasse de ville

Il y a un petit temps que l’Oreille tendue n’avait pas ajouté de nouveau matériel à la catégorie «Ville urbaine», là, en bas, à droite.

Le Devoir du 12 juillet lui en fournit l’occasion, qui parle d’«une terrasse urbaine et bruyante de Montréal» (p. A8). Que les terrasses de Montréal ne sont pas toutes «bruyantes», on ne saurait en disconvenir : la précision est utile. Mais qu’elles puissent ne pas être «urbaines» étonne un brin plus. Y aurait-il des «terrasses non urbaines» à Montréal ? On aimerait les connaître.