Diderot et Netflix

The Queen’s Gambit, 2020, épisode 5, détail

Comme tout le monde, l’Oreille tendue avait entendu parler de la série télévisée The Queen’s Gambit (2020, le Jeu de la dame). Elle l’avait mise sur sa liste de choses à voir un de ces jours. Puis, une de ses étudiantes — merci à elle — lui a annoncé qu’il était question de Diderot dans le cinquième épisode, «Fork» («Fourchette»). Elle y est donc allée tout de suite.

Beth Harmon, la jeune prodige des échecs qui est l’héroïne de la série, rentre à la maison, à Lexington (Kentucky), après la mort de sa mère adoptive. Elle y reprend contact avec Harry Beltik, un joueur qu’elle a écrasé dans un tournoi cinq ans plus tôt, alors qu’elle n’avait que 13 ans. Depuis, elle est devenue cochampionne des États-Unis. Beltik lui propose de devenir son entraîneur (il sera aussi son amant), lui apporte des livres et lui donne des conseils.

À la 19e minute de l’épisode, Harry et Beth font la vaisselle. «Je crois qu’il y a plus dans la vie que les échecs» («I think there’s more to life than chess»), avance Harry, qui entreprend de s’expliquer à partir de la vie d’un de ses «héros», François-André Danican Philidor (1726-1795). Il demande d’abord à Beth si elle connaît Diderot. «French Revolution», répond-elle. Harry ne la corrige que partiellement — «À peu près» («Close enough») — avant de lui citer de mémoire — lui aussi — un passage d’une lettre de Diderot où il est dit que Philidor jouait parfois les yeux bandés.

Il s’agit bien d’une lettre de Diderot, celle à Philidor du 10 avril 1782, mais la phrase que cite Harry — «Il y a de la folie à courir le hasard de devenir imbécile par vanité» (éd. de 1997, p. 1323) — n’est pas de Diderot. Elle est d’un autre joueur d’échecs du XVIIIe siècle, «M. de Légal» (1702-1792), que cite Diderot dans sa lettre.

Aux échecs, pareille double approximation aurait été lourde de conséquences.

P.-S.—Oui, il s’agit des joueurs d’échecs qu’évoque Diderot au début du Neveu de Rameau :

Si le tems est trop froid, ou trop pluvieux, je me refugie au caffé de la Regence; la je m’amuse a voir jouer aux echecs. Paris est l’endroit du monde, et le caffé de la Regence est l’endroit de Paris où l’on joue le mieux a ce jeu. C’est chez Rey que font assaut Legal le profond, Philidor le subtil, le solide Mayot; qu’on voit les coups les plus surprenants, et qu’on entend les plus mauvais propos; car si l’on peut etre homme d’esprit et grand joueur d’echecs, comme Legal; on peut être aussi un grand joueur d’echecs, et un sot, comme Foubert et Mayot (éd. 1977, p. 3-4).

P.-P.-S.—Les travaux sur Diderot et les échecs ne manquent pas. Voir des exemples ci-dessous.

 

Références

Diderot, Denis, le Neveu de Rameau, Genève, Droz, coll. «Textes littéraires français», 37, 1977 (1re édition : 1950), xcv/329 p. Édition critique avec notes et lexique par Jean Fabre.

Diderot, Denis, Œuvres. Tome V. Correspondance, Paris, Robert Laffont, coll. «Bouquins», 1997, xxi/1468 p. Édition établie par Laurent Versini.

Sumi, Yoichi, «Autour de l’image du jeu d’échecs chez l’auteur du Neveu de Rameau», dans Jacques Proust (édit.), Recherches nouvelles sur quelques écrivains des Lumières, Genève, Droz, coll. «Études de philologie et d’histoire», 25, 1972, p. 341-363.

Sumi, Yoichi, le Neveu de Rameau. Caprices et logique du jeu, Tokyo, France Tosho, 1975, 520 p. Préface de Jacques Proust.

Thomas, Ruth P., «Chess as Metaphor in le Neveu de Rameau», Forum for Modern Language Studies, 18, 1982, p. 63-74.

L’oreille tendue de… Sébastien Bailly

Sébastien Bailly, «15 – Les mots-croisés», 19 avril 2020, illustration

«Il sera plus fort que l’oppression. Il s’échappera. Il écrit sur sa chemise, au feutre, l’adresse de cet hôtel des Marquises qui l’a toujours fait rêver. Se colle un timbre sur le front. Plus qu’à se jeter dans la première boîte aux lettres venue, fermer les yeux et quand il les rouvrira il y sera, forcément. S’il tend l’oreille, il devine le clapotis de l’eau contre la coque des voiliers. L’homme se demande s’il ne perd pas un peu les pédales en refermant le dictionnaire.»

Sébastien Bailly, «15 – Les mots-croisés», 19 avril 2020.

 

P.-S.—Dans quelques mois, l’Oreille tendue publiera une chronique sur les lettres humaines.

Lettres chères

Sac de la société Sekrè, site Web de la société

Depuis bientôt sept lustres, l’Oreille tendue s’intéresse à l’épistolarité. Dans plusieurs publications, notamment dans deux livres de… 1996 (!), elle a abordé ce qu’elle appelle le fétichisme épistolaire : avant d’être des textes, les lettres sont des objets susceptibles d’investissements affectifs forts. (Ce n’est pas Emmanuel Macron qui la contredira.)

L’actualité donne un nouvel exemple de ce fétichisme. Sous le titre «Dickens Legacy Cannibalised for Fashion», dans le Times de Londres du 22 février, des dickensiens dénoncent une pratique commerciale qu’on imagine lucrative.

La société Sekrè vend depuis peu des sacs à main contenant des fragments épistolaires réputés authentiques. On peut y acheter un sac dans lequel est inséré un morceau d’une lettre d’une personnalité : outre Dickens, il y a(aurait) Casanova, Brigitte Bardot, Grace Kelly, la reine Victoria, Marlene Dietrich, Marie-Thérèse d’Autriche, Katharine Hepburn, le roi Frédéric-Guillaume III, Alexandre Dumas, le prince de Metternich-Winneburg-Beilstein, Charles Lindbergh, Elisabeth Alexejewna, Napoléon.

Les lettres sont découpées devant notaire, puis leurs fragments sont protégés des rayons ultraviolets par «an acrylic panel». Chaque fragment est inséré dans un sac à main, puis caché derrière une languette de cuir : «Every woman needs a secret», dit la publicité de Sekrè (comme dans secret, en Haïti). Les sacs ont leur identité propre : «Giacomo Grande Seduttore» (Casanova), «Belle Femme du Monde No. 1» ou «Un souvenir inoubliable» (Bardot), «Femme Fatale No. 1» ou «Mostly Vamp» (Dietrich), «Cool Blonde No. 1» (Kelly), etc. À l’achat d’un sac, sa propriétaire reçoit une photographie de la lettre complète d’où est tiré son fragment, histoire de le situer dans son ensemble, accompagnée d’informations sur sa provenance.

La logique mercantile à l’œuvre est transparente : les lettres retenues sont rares; les sacs, tous numérotés, aussi devant notaire, le seront donc aussi; ils ne peuvent pas être reproduits; leur valeur de revente sera élevée; c’est un bon investissement («Sekrè mystery bags are a value investment»). Il ne s’agit pas de produits de bas de gamme produits dans «the far east region». Que nenni ! Le cuir est celui des voitures de luxe britanniques, mais la confection est allemande. Voilà pourquoi il faut être prêt à sortir son chéquier, les prix variant pour l’instant de 1661 euros (pour le Dumas) à 6880 euros (pour le Reine Victoria, malheureusement épuisé).

Le site de Sekrè a une section de «Nouvelles» («News»). Un texte du 16 avril 2019 attirera l’attention des épistologues : «Why Do We Cut Precious Manuscripts into Pieces ?» (Pourquoi découpons-nous de précieux manuscrits ?) La réponse est simple : «Art historians are shocked and would very much like to ban the concept of mystery bags. However, a representative survey of 950 female consumers has shown that most women are enthusiastic about this idea.» Si les historiens de l’art sont horrifiés par les «mystery bags», les femmes, elles, ne le sont pas du tout, bien au contraire, selon un sondage auprès d’un échantillon «représentatif» de 950 femmes. (On peut supposer, cependant, que cet échantillon ne contient aucune historienne de l’art.) Le texte va même plus loin : acheter un sac de Sekrè serait un acte féministe, puisque, jusqu’à maintenant, «plus de 95 %» des collectionneurs de lettres autographes auraient été des hommes.

Qui a dit que la lettre était morte ?

P.-S.—Sur Twitter, @ChopelinP a rapproché cette façon de faire du culte des reliques.

 

Références

Melançon, Benoît, Diderot épistolier. Contribution à une poétique de la lettre familière au XVIIIe siècle, Montréal, Fides, 1996, viii/501 p. Préface de Roland Mortier.

Melançon, Benoît, Sevigne@Internet. Remarques sur le courrier électronique et la lettre, Montréal, Fides, coll. «Les grandes conférences», 1996, 57 p. Nouvelle édition : Épistol@rités, Saint-Cyr sur Loire, publie.net, coll. «Washing Machine», 2013.

Mise en délibéré

Dans le Devoir des 8-9 février 2020 :

«D’ailleurs, au risque de dire quelque chose qui semblera peut-être incongru, ce film, c’est aussi une lettre d’amour à Montréal» (le D magazine, p. 5).

«Cette série est une lettre d’amour au pouvoir de la télévision» (le D magazine, p. 37).

Déjà en 2015 :

«une vibrante lettre d’amour au cinéma» (24 décembre 2015, p. E4).

Dans la Presse+ :

«Leur auteur les décrit comme une “lettre d’amour à Montréal”, mais c’est surtout l’œuvre d’un érudit qui nous livre une très belle réflexion philosophique» (6 novembre 2019).

«Cet album est une lettre d’amour à l’amour, dans tout ce qu’il a de plus irritant, passionné, excitant, ravissant, horrible, tragique, magnifique, glorieux» (26 août 2019).

«Lettre d’amour à» : moratoire ou pas ? L’Oreille tendue se tâte.

Parler avec des timbres

Mlle L. Nitouche, l’Ami des salons, 1892, page de titre

Dans la Presse+ du jour, deux collègues de l’Oreille tendue, Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren, présentent le langage (amoureux) des mouchoirs et de l’éventail selon l’ouvrage l’Ami des salons de Mlle L. Nitouche.

Jeune, l’Oreille s’était penchée sur le langage des timbres-poste dans le même manuel de bienséance. C’est ici, en PDF.

P.-S.—On n’hésitera pas, par ailleurs, à citer cette excellente remarque conjugale de Mlle Nitouche.

 

Références

Melançon, Benoît, «Le cabinet des curiosités épistolaires», Bulletin de l’AIRE (Association interdisciplinaire de recherche sur l’épistolaire, Paris), 17-18, juin-septembre 1996, p. 58; repris sous le titre «Dites-le avec des timbres» dans Écrire au pape et au Père Noël. Cabinet de curiosités épistolaires, Montréal, Del Busso éditeur, 2011, p. 61-63.

Nitouche, Mlle L., l’Ami des salons, Montréal, Librairie Beauchemin limitée, 1892, 95 p.

Écrire au pape et au Père Noël, 2011, couverture