Fil de presse 025

L’Inconvénient, 70, automne 2017, couverture

Vos travaux récents, en matière de langue, vous les préférez comment ?

En atlas ?

Avanzi, Mathieu, Atlas du français de nos régions, Paris, Armand Colin, 2017, 160 p.

En dictionnaires ?

Cannone, Belinda et Christian Doumet (édit.), Dictionnaire des mots en trop, Vincennes, Éditions Thierry Marchaisse, 2017, 216 p.

Enckell, Pierre, Dictionnaire historique et philologique du français non conventionnel, Paris, Classiques Garnier, coll. «Travaux de lexicographie», 1, 2017, 1293 p.

Zaccour, Suzanne et Michaël Lessard (édit.), Dictionnaire critique du sexisme linguistique, Montréal, Somme toute, 2017, 264 p.

En histoires ?

Green, Jonathon, The Stories of Slang. Language at Its Most Human, Robinson, 2017, 320 p.

Stamper, Kory, Word by Word. The Secret Life of Dictionaries, New York, Pantheon, 2017, xiii/296 p.

Le compte rendu de l’Oreille tendue est .

En numéros de revues ?

L’Inconvénient, 70, automne 2017, p. 15-47. Dossier «Faudra-t-il toujours lutter pour le français ?»

Table des matières ici.

Allemagne d’aujourd’hui, 216, 2016, 232 p. Numéro «Minorités, écoles et politiques linguistiques. Études sur l’aire germanophone des Lumières à nos jours» sous la direction de Viviane Prest et Dirk Weissmann.

Argotica, 1(5), 2016, 259 p. Dossier «Les maîtres de l’argot». URL : <http://cis01.central.ucv.ro/litere/argotica/Argotica_Fr.html>.

Dialogues et cultures, 63, 2017, 187 p. Dossier «Le français, langue ardente. Florilège du XIVe Congrès mondial de la FIPF, Liège 2016».

Neologica, 11, 2017, 275 p. Dossier «La néologie en terminologie» sous la direction de John Humbley et Danielle Candel.

Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage, 33, 2017. Dossier «Discours en conflit et conflit en discours. Contextes institutionnels» sous la direction de Laura-Anca Parepa et Tsuyoshi Kida. URL : <https://tipa.revues.org/1709>.

En grammaires ?

Lessard, Michaël et Suzanne Zaccour (édit.), Grammaire non sexiste de la langue française. Le masculin ne l’emporte plus !, Montréal et Paris, M éditeur et Syllepse, 2017, 192 p.

En études ?

Bergeron, Gaston, Discours simple ! Mots du Saguenay, du Lac-Saint-Jean et de Charlevoix entendus, perdus et retrouvés, Québec, Presses de l’Université Laval, 2017, 254 p.

Berlan, Françoise et Maria Gabriella Adamo (édit.), P. J. Roubaud, l’insoumis, synonymiste novateur à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, coll. «Lexica Mots et dictionnaires», 2017, 380 p.

Bonhomme, Marc, Anne-Marie Paillet et Philippe Wahl (édit.), Métaphore et argumentation, Louvain-la-Neuve, Academia, coll. «Au cœur des textes», 2017, 375 p.

Castonguay, Charles, le Libre-choix au cégep. Un suicide linguistique, Montréal, Éditions du Renouveau québécois, 2017, 76 p. Préface de Pierre Dubuc.

Chepiga, Valentina et Estanislao Sofia (édit.), la Correspondance entre linguistes. Un espace de travail, Louvain-la-Neuve, Academia, coll. «Sciences du langage. Carrefour et points de vue», 2017, 197 p.

Dufiet, Jean-Paul et André Petitjean, Approches linguistiques des textes dramatiques, Paris, Classiques Garnier, coll. «Domaines linguistiques», 1, série «Formes discursives», 1, 2017, 663 p.

Lappin, Elena, Dans quelle langue est-ce que je rêve ?, Paris, Éditions de l’Olivier, 2017, 382 p. Traduction de Matthieu Dumont.

Mansion, Hubert, les Trésors cachés du français d’Amérique, Montréal, Éditions de l’Homme, 2017, 176 p.

Poirier, Éric, la Charte de la langue française. Ce qu’il reste de la loi 101 quarante ans après son adoption, Québec, Septentrion, coll. «Cahiers des Amériques», 2016, 254 p. Préface de Guy Rocher.

Pruvost, Jean, Nos ancêtres les Arabes, Paris, JC Lattès, 2017, 300 p.

Trampus, Antonio, la Naissance du langage politique moderne. L’héritage des Lumières de Filangieri à Constant, Paris, Classiques Garnier, coll. «L’Europe des Lumières», 47, 2017, 192 p.

Varvaro, Alberto, Première leçon de philologie, Paris, Classiques Garnier, coll. «Recherches littéraires médiévales», 24, 2017, 156 p. Traduction de Jean-Pierre Chambon et Yan Greub.

Histoire vague

La foule faisant la vague à la Coupe des confédérations à Francfort en 2005

Quiconque a déjà fréquenté un stade sait qu’y arrive souvent un moment où les spectateurs sont appelés à faire la vague (se mettre debout, une section après l’autre, en levant les bras, histoire de donner l’impression qu’une vague se déplace dans le stade).

L’origine de ce mouvement est obscure.

En anglais, Wikipédia donne ceci : «While there is general disagreement about the precise origin of the wave, most stories of the phenomenon’s origin suggest that the wave first started appearing at North American sporting events during the late 1970s and early 1980s.»

En français, c’est différent et pas plus probant : «Les avis divergent sur l’origine des olas. Elle semble être introduite à l’occasion d’un match universitaire de football américain au Michigan Stadium en 1983. L’année suivante, la première “vague” est signalée dans un stade de baseball de Ligue majeure à Détroit lors d’un match éliminatoire. / Le phénomène prend une notoriété planétaire lors de la Coupe du monde de football qui a lieu au Mexique en 1986. C’est d’ailleurs à cette occasion qu’elle prend son nom espagnol de ola, alors que les Américains la nomment the Wave (the Mexican wave en anglais britannique).»

Compliquons un peu les choses et allons au théâtre avec Françoise de Graffigny, au XVIIIe siècle. Que font les spectateurs au parterre ? Voici ce qu’elle écrit dans une lettre à François «Panpan» Devaux : «Ils ont fait des ondes tant qu’ils ont pu. Il y avoit de la place de reste; cependant ils avoient resolu d’aplatir ceux qui touchoient l’orquestre, mais ils n’ont pas reussit car ils etoient aussi fort — et les ondes d’aller» (Correspondance de Madame de Graffigny, vol. I, p. 369).

Charlotte Simonin, qui cite ce passage, le commente en ces termes : «les spectateurs imitent le mouvement de la mer en ondulant comme des vagues» (p. 106).

Aujourd’hui, une vague; jadis, des ondes.

À votre service.

 

Illustration : La foule faisant la vague à la Coupe des confédérations à Francfort en 2005. Photographie disponible sur Wikimedia Commons.

 

Référence

Simonin, Charlotte, «Le théâtre dans le théâtre ou le spectacle de la salle à travers la correspondance de Mme de Graffigny», Lumen. Travaux choisis de la Société canadienne d’étude du dix-huitième siècle. Selected Proceedings from the Canadian Society for Eighteenth-Century Studies, XXII, 2003, p. 103-116. URL : <https://www.erudit.org/fr/revues/lumen/2003-v22-lumen0271/1012261ar/>.

Faire dictionnaire

Kory Stamper, Word by Word, 2017, couverture

Ce n’est pas pour se vanter, mais l’Oreille tendue connaît des lexicographes. (Trois, pour être exacte.) Ce sont des gens parfaitement sociables. En cela, ils sont radicalement différents des spécimens dépeints par Kory Stamper dans Word by Word. The Secret Life of Dictionaries (2017), qui sont, eux, asociaux, dans le meilleur des cas. Ce portrait trop négatif est le seul reproche que l’Oreille adresserait à ce livre passionnant.

L’auteure nous rappelle que le dictionnaire — du moins celui auquel elle collabore, le Merriam-Webster — a d’abord pour mission de décrire la langue, pas de la régenter (p. 35-37). Elle montre que les langues ne sont pas des forteresses à défendre, mais des enfants avec leur indépendance vis-à-vis de leurs parents, quoi que ceux-ci veuillent leur imposer (citation ici). Elle met au jour une des difficultés majeures des lexicographes : définir les petits mots, en apparence banals («as», «but», «do», «for», «go», «how», «make», «take»). (Cela dit, «mariage», qui n’est pas un mot court, soulève des problèmes considérables.) Elle s’appuie sur l’histoire de l’anglais pour montrer comment évolue une langue et quelles difficultés cela pose au lexicographe. Les pages sur les dialectes (p. 60-67), par exemple ceux du Colorado, où elle a grandi, sont excellentes, commes celles sur la grammaire (p. 32-34), sur les dictionnaires et le numérique (p. 80-81) et sur l’autorité dictionnairique (p. 185-188). Elle donne enfin des conseils : «Go granular or go home» (p. 104).

Comment transmet-elle toute cette information ? L’approche est concrète, Stamper se réclamant de la «practical lexicography» (p. 256). Chacun des titres de chapitres comporte une description de son contenu et un mot : «Irregardless. On Wrong Words»; «Bitch. On Bad Words»; «Nuclear. On Pronunciation.» L’arsenal d’exemples est une merveille. Prenez celui-ci : dans le procès de l’assassin de Trayvon Martin, la transcription d’une conversation et les problèmes linguistiques qu’elle posait ont discrédité un témoin (p. 66-67). Il y en un autre pas mal sur l’utilisation du verbe «is» par l’ancien président états-unien Bill Clinton (p. 140). L’auteure aime parler dru : abondent sous sa plume les «turd», «damn» / «damned» / «godamn» / «goddam» / «goddamned» / «damnedest», «shit» / «bullshit», «half-assed» / «ass», «piss-poor» / «pissing contest», «fuck» / «fucking» / «Motherfucking» / «fuckers» / «motherfucker», «fart», «butt», «dickishness», «whore». (Rien là d’étonnant : «I can swear in a dozen languages», plastronne, à juste titre, l’auteure [p. 142].) Un chapitre complet, «Nude. On Correspondence», est consacré au courrier des lecteurs de Merriam-Webster (les gens écrivent beaucoup pour se plaindre et tous ont droit à une réponse circonstanciée), mais il est souvent évoqué dans d’autres passages du livre, ce qui a pour conséquence de mettre en relief ce que tout un chacun investit dans les mots et dans le dictionnaire. Le ton est fréquemment familier : «Good Lord, Cawdrey», répond ainsi Stamper à un collègue lexicographe… du XVIIe siècle (p. 70 n.). Horace ? «What a commie hippie liberal» (p. 36 n.).

Comment rendre brièvement l’expression «sens de la langue» («a feeling for language») ? Les Allemands ont un mot pour ça, que les Anglo-Saxons leur ont emprunté : «sprachgefühl» (p. 15). Kory Stamper n’en manque pas. Autrement dit, elle a l’oreille.

P.-S.—Qu’est-ce que la lexicographie ? Deux réponses de ce côté.

Référence

Stamper, Kory, Word by Word. The Secret Life of Dictionaries, New York, Pantheon, 2017, xiii/296 p.

Le zeugme du dimanche matin et de Fawzia Zouari

Lettres à Flaubert, 2017, couverture

«Quand je dis “nous”, je désigne une cinquantaine d’enfants de paysans, aux yeux mangés par les mouches et les rêves.»

Fawzia Zouari, «Te souviens-tu de notre première rencontre ?», dans Yvan Leclerc (édit.), Lettres à Flaubert, Vincennes, Éditions Thierry Marchaisse, coll. «Lettres à…», 2017, p. 23-27, p. 23.

Le niveau baisse ! (2017)

Lettres à Flaubert, 2017, couverture«Comme vous le voyez, cher Gustave Flaubert, en ce début de XXIe siècle, nous devons faire front. Notre langue se détraque, s’appauvrit, se gonfle d’anglicismes, perd ses repères… Les bourgeois qui se piquaient encore de votre temps de la bien parler et l’écrire se rendent aujourd’hui au théâtre en chandail : leur langage cadre avec leur débraillé. Ils ont pu élire en 2007 un président de la République qui était parfaitement incapable d’utiliser un ne dans la forme négative, à moins qu’il ne se fût échiné à parler “comme tout le monde”. Ce n’est pas dans ses discours qu’on ira cueillir du passé simple.

Vanter la préexcellence du français sur l’anglais ou toute autre langue vivante tiendrait d’un chauvinisme qui n’est plus de saison. Mais élever une digue et des étais contre l’inondation et le délabrement du français est une question de survie pour quiconque a appris à respirer dans la poussiéreuse mais suave odeur des librairies et des bibliothèques.»

Michel Winock, «Ah ! mon Dieu ! mon Dieu ! dans quel siècle…», dans Yvan Leclerc (édit.), Lettres à Flaubert, Vincennes, Éditions Thierry Marchaisse, coll. «Lettres à…», 2017, p. 75-79, p. 79.

Pour en savoir plus sur cette question :

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Ill.

Benoît Melançon, Le niveau baisse !, 2015, couverture