Archives pour la catégorie Épistolarité

Autopromotion 097

L’Oreille tendue se livre à une expérience aujourd’hui : l’ubiquité.

À 16 h 30, elle donne une conférence — «La lettre : un genre mort ?» — à l’Université de Montréal.

Au même moment, entre 17 h et 19 h, on devrait l’entendre à la télévision (réseau RDS) parler de son récent Langue de puck. Abécédaire du hockey. [Mise à jour. Cette diffusion est reportée. L’ubiquité attendra.]

P.S.—Que les lève-tôt se le disent : demain matin, le 11, vers 6 h 50, elle sera de nouveau dans le poste, à l’émission Ça commence bien, de V télé. [Mise à jour. On peut revoir son entrevue avec Andy Mailly-Pressoir et Lisa-Marie Blais ici.]

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014)

Autopromotion 092

Dans le cadre de la 11e Francofête de l’Université de Montréal, l’Oreille tendue présentera une conférence le 10 mars à 16 h 30.

Son titre ? «La lettre : un genre mort ?»

Son objet ? On annonce périodiquement la mort de la lettre. On l’a dit à l’arrivée du courriel, de Facebook, de Twitter. Pourtant, la lettre reste présente dans les sociétés contemporaines, sous toutes sortes de formes, anciennes et nouvelles. Il y a un imaginaire de la lettre, vieux de plusieurs siècles, qui nous semble naturel. Et il est là pour rester.

La conférence aura lieu dans la salle salle B-2325 du pavillon 3200, rue Jean-Brillant. (Plan ici.)

Entrée libre

Autopromotion 084

Revue Épistolaire, no 39, 2103, couverture

Depuis des temps immémoriaux, l’Oreille tendue collabore à Épistolaire, la revue de l’Association interdisciplinaire de recherche sur l’épistolaire. Elle y tient notamment la chronique des «Curiosités épistolaires». (Elle les a rassemblées en 2011 dans l’ouvrage Écrire au pape et au Père Noël. Cabinet de curiosités épistolaires.)

Le 39e numéro de la revue a paru à la fin de 2013. L’Oreille y parle lettres anonymes dans la bande dessinée, au cinéma, chez les écrivains.

Table des matières

Haroche-Bouzinac, Geneviève, «Avant-propos», p. 5.

Diaz, Brigitte et Françoise Simonet-Tenant, «Dossier. La lettre & l’histoire», p. 9-14.

Veyssière, Laurent, «Bougainville au Canada (1756-1760) : ambitions multiples et stratégies d’écriture», p. 15-25.

Coudreuse, Anne, «Présence de l’histoire dans la correspondance de Marie-Antoinette», p. 27-37.

Meier, Franziska, «L’histoire politique dans la correspondance de Benjamin Constant de 1788 à 1795», p. 39-48.

Hennequin-Lecomte, Laure, «Le “cœur français” d’Octavie de Stein», p. 49-58.

Doria, Corinne, «La correspondance politique de Pierre Paul Royer-Collard (1763-1845)», p. 59-67.

Grossir, Claudine, «La révolution de 1848 au miroir de la correspondance de George Sand», p. 69-81.

Poitrenaud-Lamesi, Brigitte, «Lettres de guerre d’un conteur : Carlo Lorenzini (1826-1890)», p. 83-97.

Genevray, Françoise, «Correspondre par temps d’orage : Herzen épistolier (1847-1852)», p. 99-108.

Manin, Lise, «De la lettre à l’histoire, parcours d’une femme auteur : Amélie Bosquet», p. 109-118.

Brodziak, Sylvie, «Fin d’empire et débuts de république : l’histoire scandée par la correspondance de Georges Clemenceau», p. 119-129.

Ceugnart, Camille, «La lettre de Simone Weil à Georges Bernanos ou l’impact d’un témoignage historique», p. 131-141.

Giovaninetti, Marc, «Courriers personnels entre dirigeants et cadres du Parti communiste français», p. 143-153.

Gretchanaïa, Elena, «“Je fuis le grand monde, et suis toujours mondain” : lettres inédites du comte Grigori Tchernychev», p. 157-168.

Allorant, Pierre, «La lettre, la femme et l’ingénieur. Les tribulations d’une correspondance familiale bourgeoise au XIXe siècle», p. 169-183.

Klein, Élisabeth, «“La lyre et l’encre”, une correspondance de Paul-Jean Toulet et d’Augustine Bulteau (1901-1904)», p. 185-193.

Hontebeyrie, Micheline, «État de la question. La correspondance de Paul Valéry», p. 197-217.

Melançon, Benoît, «Le cabinet des curiosités épistolaires», p. 219-221.

Charrier-Vozel, Marianne, «Vie de l’épistolaire», p. 223-228.

«Comptes rendus», p. 231-288.

Tricentenaire de Diderot

Denis Diderot, boul. Saint-Germain, Paris

Denis Diderot a, façon de parler, trois cents ans aujourd’hui.

L’Oreille tendue a beaucoup publié, à une époque, en papier, sur lui. (Exemples ici.)

Dans ce blogue aussi, bien sûr.

Au sujet du sexe de Don Draper et féminin.

Dans un quasi-otoflorilège.

Pour les «idiotismes de métier» des pharmaciens et de Christian Gailly.

S’agissant de langue à soi.

Au moment de la parution de la biographie de l’écrivain par Jacques Attali, ici et .

Afin d’illustrer des propos sur Steve Jobs et Malcolm Gladwell.

À cause d’une de ses lettres.

Comme exemple de symploque et d’antimétabole.

Sur l’excellence.

Merci à François Bon pour la photo ci-dessus.

diderot_06