Autopromotion (en quelque épistolaire sorte) 241

En 1991, l’Oreille tendue a commencé à collaborer au Bulletin de l’AIRE (Association interdisciplinaire de recherche sur l’épistolaire, Paris), devenue depuis Épistolaire. Revue de l’AIRE.

Elle y tient, depuis 1996, la chronique des «Curiosités épistolaires», dont elle a fait paraître un recueil en 2011.

Geneviève Haroche-Bouzinac dirige la revue. Elle la présente ici.

Référence

Melançon, Benoît, Écrire au pape et au Père Noël. Cabinet de curiosités épistolaires, Montréal, Del Busso éditeur, 2011, 165 p.

Cendres à la mer

Une bouteille à la mer, 2016«Ceux qui se sont aimés pendant leur vie
et qui se font inhumer l’un à côté de l’autre
ne sont peut-être pas si fous qu’on pense.
Peut-être leurs cendres se pressent,
se mêlent et s’unissent. Que sais-je ?»
Diderot à Sophie Volland, lettre du 15 octobre 1759

À ses heures, l’Oreille tendue est épistologue, suivant le mot créé par son collègue Michel Pierssens. Elle a, en effet, beaucoup écrit sur la lettre. Il lui est même arrivé d’écrire un petit texte sur les bouteilles à la mer.

Voilà pourquoi son œil a été attiré par un article d’Aly Thomson paru le 29 avril sur le site de CBC News en Nouvelle-Écosse, «Bottle found on Nova Scotia beach has a message, human ashes, and money for a drink».

On y apprend que Norman MacDonald a trouvé, sur la plage de West Mabou, une bouteille de 375 millilitres de tequila Sauza Gold contenant une lettre (c’est banal), des billets de banque (ce l’est beaucoup moins) et des cendres humaines (ce ne l’est pas du tout).

Le texte de la lettre est le suivant :

Hello, this is my Father Gary Robert Dupuis, Born July 1, 1954. Gary lived a very fast and reckless life in his younger years but slowed down and dreamed of travelling the world in his golden years. His favorite drink was a shot of Tequila, straight up, (no groceries). If you find him please take this money, buy yourself and Gary a drink and release him back in the ocean. My wish is that he gets his dream of seeing the world and finally finds some peace. We love you Dad, have a great trip. [Dessin de cœur]

please write on back of letter

where you found him and

where you released him

                                             Thank you.

[passage biffé]

En quelques lignes, on découvre des éléments d’une vie — «Born July 1, 1954. Gary lived a very fast and reckless life in his younger years but slowed down […] in his golden years» —, des goûts en matière d’alcool — «His favorite drink was a shot of Tequila, straight up, (no groceries)» — un rêve, celui du père — «[He] dreamed of travelling the world in his golden years» —, et un souhait, celui de l’enfant — «My wish is that he gets his dream of seeing the world and finally finds some peace».

La lettre est matérialiste sans la moindre hésitation : «If you find him please take this money, buy yourself and Gary a drink and release him back in the ocean»; «please write on back of letter / where you found him and / where you released him». Ces cendres, c’est lui : «this is my Father Gary Robert Dupuis». Libérez-le («release him»).

Cette lettre appelle deux gestes. Boire à la mémoire de Gary Robert Dupuis, avec les 25 dollars que contient la bouteille. Remettre la bouteille à la mer, en devenant soi-même épistolier («please write on back of letter»), voire contributeur à une chaîne épistolaire à venir (pour l’instant, il n’y a rien au verso de la lettre). On ne sait cependant pas de qui vient la lettre (elle est parfois au je, parfois au nous) ni d’où.

Son découvreur — qui est devenu son destinataire sans l’avoir cherché — s’est engagé à respecter le double vœu du signataire. Il est vrai qu’il a de l’expérience : c’est la troisième bouteille à la mer qu’il trouve.

P.-S. — Un commentateur du site de CBC News note que l’étiquette de la bouteille est en bon état et que les billets de banque sont récents. Le voyage ne fait que commencer.

Référence

Diderot, lettre à Sophie Volland du 17 octobre 1759, éditée par Jacques Chouillet dans Denis Diderot – Sophie Volland. Un dialogue à une voix, Paris, Librairie Honoré Champion, coll. «Unichamp», 14, 1986, p. 169-173.

Melançon, Benoît, «Le cabinet des curiosités épistolaires», Revue de l’AIRE (Association interdisciplinaire de recherche sur l’épistolaire, Paris), 31, hiver 2005, p. 227-231; repris dans Écrire au pape et au Père Noël. Cabinet de curiosités épistolaires, Montréal, Del Busso éditeur, 2011, p. 21-30.

Le niveau baisse ! (1689)

«Pauline [la fille de madame de Grignan] est trop heureuse d’être votre secrétaire; elle apprend, comme je vous ai dit, à penser, à tourner ses pensées, en voyant comme vous lui faites tourner les vôtres; elle apprend la langue française, que la plupart des femmes ne savent pas […].»

Madame de Sévigné, lettre à madame de Grignan, 1er juin 1689.

Source : Maurais, Jacques (édit.), la Crise des langues, Québec et Paris, Gouvernement du Québec / Conseil de la langue française et Le Robert, coll. «L’ordre des mots», 1985, 490 p.

Pour en savoir plus sur cette question :

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Illustré.

Benoît Melançon, Le niveau baisse !, 2015, couverture

 

 

Le principe de Dallas

Logo de la série House of Cards[Ô toi, lecteur obsessionnel du rapport de la commission Warren, tu peux passer ton chemin.]

Il y avait ce que l’on peut appeler le principe de Montgomery. On en trouve une définition dans une lettre du romancier Raymond Chandler à Alex Barris du 16 avril 1949 au sujet d’un film de Robert Montgomery :

…La technique œil-de-caméra dans Lady in the Lake, c’est un vieux truc à Hollywood. Tous les jeunes scénaristes et les jeunes metteurs en scène s’y sont essayés. «Faisons de la caméra un personnage»; à un moment ou à un autre, on a entendu ça à toutes les tables de Hollywood. J’ai connu un type qui voulait que la caméra soit l’assassin; et ça ne pourrait marcher qu’à condition de tricher énormément. La caméra est trop honnête (éd. française de 1970, p. 145).

Traduction par l’Oreille tendue : voilà un truc de scénariste en mal d’inspiration.

Il y a l’équivalent à la télévision : appelons cela le principe de Dallas.

Souvenez-vous. Le comédien Patrick Duffy, qui y tenait le rôle de Bobby Ewing, souhaite quitter la série Dallas au terme de la huitième saison (1984-1985); on fait donc mourir son personnage. On décide toutefois de le faire revenir quelques mois plus tard. Ça pose un problème de vraisemblance ? Si peu. Victoria Principal (qui joue Pamela Barnes Ewing) a rêvé tout cela. Bobby n’est jamais mort.

Traduction par l’Oreille tendue : un scénariste en mal d’inspiration peut toujours se rabattre sur l’onirisme.

On avait vu cela dans Six Feet Under, quand David James Fisher, joué par Michael C. Hall, s’était mis à délirer à la suite d’une agression. C’était grand-guignolesque.

On vient de le voir dans les premiers épisodes de la quatrième saison de la série House of Cards : inconscient, le personnage de Frank Underwood (Kevin Spacey) se met à imaginer une réalité parallèle, ou plusieurs.

Quand le principe de Dallas se manifeste, c’est généralement mauvais signe pour une série.

Référence

Chandler, Raymond, Lettres, Paris, Union générale d’éditions, coll. «10/18», 794, 1970, 309 p. Traduction de Michel Doury. Préface de Philippe Labro.