Poésie(s) sur glace

Yvon d’Anjou, Quelques arpents de ruines, 2016, couvertureTout le monde sait ça : l’Oreille tendue collectionne les occurrences, surtout québécoises, de l’expression «quelques arpents de». Elles renvoient à un passage du début du vingt-troisième chapitre du conte Candide (1759), de Voltaire, «Candide et Martin vont sur les côtes d’Angleterre; ce qu’ils y voient». Candide discute avec Martin sur le pont d’un navire hollandais : «Vous connaissez l’Angleterre; y est-on aussi fou qu’en France ? — C’est une autre espèce de folie, dit Martin. Vous savez que ces deux nations sont en guerre pour quelques arpents de neige vers le Canada, et qu’elles dépensent pour cette belle guerre beaucoup plus que tout le Canada ne vaut.» (Pour une vidéo explicative, c’est ici. Pour un florilège, .)

L’Oreille s’intéresse aussi à la poésie hockeyistique; on ne l’ignore pas non plus, comme l’attestent ceci et cela, par exemple.

Découvrant le recueil de poèmes Quelques arpents de ruines (2016), signé Yvon d’Anjou, elle est allée le lire pour voir ce qu’il pouvait bien dire de Voltaire.

Sur ce plan, la récolte n’a pas été fructueuse. Le nom de Voltaire n’apparaît pas dans le livre — contrairement à ceux de William Blake (p. 41, p. 123), de Joseph de Maistre (p. 66) et de Sade (p. 72), pour ne parler que du XVIIIe siècle. En matière d’«arpents», Yvon d’Anjou parle, en plus des «ruines» du titre, de «nuits» (p. 31) et de «neige» (p. 96), mais il ne sent pas le besoin de lier cette expression figée à son auteur. Cela va de soi : tout Québécois devrait faire le lien tout seul et spontanément. (L’Oreille tendue a souvent abordé cet automatisme dans des notes de lecture publiées dans les Cahiers Voltaire.)

En revanche, l’amatrice de hockey qu’est l’Oreille est tombée sur trois poèmes évoquant ce sport.

(Les poèmes de Quelques arpents de ruines ne sont pas titrés. Ils sont tous faits de vers libres, centrés sur la page, et vont d’une majuscule à un point. Autrement, ils ne sont pas ponctués.)

Le premier comporte une strophe sur la patinoire et la surfaceuse :

blanc comme une glace
la zamboni lustre son charcutage
dans les aléas de la trajectoire
puis les bandes s’annoncent
affichant du coup cascade de pub
le fruit de ses couleurs de marque (p. 53)

Le troisième se termine sur le nom du plus célèbre joueur de la plus célèbre équipe de hockey, les Canadiens de Montréal, le «tricolore» :

une lettre de Sand datant de cette époque [1839]
le monde après le déluge
fléché disparate tricolore
le monde avant les rockets
le roman du tout autre célèbre grand monde
avant Maurice Richard (p. 115).

Le deuxième est le plus intéressant (façon de parler) des trois. Citons-le au complet :

Tout le monde sait ça
que si Jack Kerouac
avait été élevé
au Québec
il aurait écrit
sur la glace comme un rocket
et qu’après avoir gagné la coupe Stanley
pendant une couple d’années
il aurait été un grand tribun felquiste
aurait fait sauter pas mal de concepts
surtout les clichés
de la poésie religieuse
prise aux arpents la neige du sérac formatif
dans les girouettes de clochers
un peuple sans soleil n’a que la spontanéité
de son triste spasme de givre
accroché au dortoir de la folie (p. 96)

Passons sur le «Tout le monde sait ça» initial; celui-là est abusif. Signalons plutôt l’association entre l’écrivain franco-américain Jack Kerouac et l’ailier droit des Canadiens Maurice «Le Rocket» Richard; ce dernier a remporté huit fois, lui, la coupe Stanley, l’emblème du championnat de la Ligue nationale de hockey. S’il «avait été élevé / au Québec», Kerouac aurait aussi été, écrit le poète, «un grand tribun felquiste», autrement dit un porte-parole du Front de libération du Québec, et il s’en serait pris à «poésie religieuse», aux «girouettes de clochers», aux «clichés» et aux «concepts». Le cadre du poème est nordique : «neige» (comme chez Voltaire), «sérac» («Dans un glacier, Bloc de glace qui se forme, aux ruptures de pente, quand se produisent des crevasses transversales élargies par la fusion», dixit le Petit Robert, édition numérique de 2014), «givre» — ce dernier mot, dans «triste spasme de givre», renvoyant directement au poème «Soir d’hiver» d’Émile Nelligan.

L’amalgame Kerouac-Richard-Voltaire-Nelligan peut étonner.

P.-S.—Maurice Richard a lui aussi été rapproché du FLQ, au moins indirectement, en couverture du magazine Nous, en février 1977, par Hélène Racicot. On y voit Le Rocket revêtu du costume des Patriotes, ce costume faisant partie d’une iconographie revendiquée notamment par les felquistes. L’image est reprise en couverture de l’ouvrage Maurice Richard. Le mythe québécois aux 626 rondelles (2006), de Paul Daoust. (Avis aux intéressés : l’Oreille tendue essaie depuis des années de mettre la main sur ce numéro de Nous, sans succès).

 

Hélène Racicot, couverture du magazine Nous, février 1977

P.-P.-S.—La poésie d’Yvon d’Anjou ? Prévisible : la rue, l’anglais, la musique (jazz, rock), Rimbaud / Verlaine, les États-Unis, l’allitération et le jeu sur les sonorités. Ce n’est pas pour rien que le recueil est dédié à «l’incomparable / Lucien Francœur» et que ledit Francœur en signe la préface.

Références

Anjou, Yvon d’, Quelques arpents de ruines. Poésie, Montréal, Les Éditions de l’Étoile de mer, 2016, 136 p. Préface de Lucien Francœur.

Daoust, Paul, Maurice Richard. Le mythe québécois aux 626 rondelles, Paroisse Notre-Dame-des-Neiges, Éditions Trois-Pistoles, 2006, 301 p. Ill.

Les Yeux de Maurice Richard, édition de 2012, couverture

Accouplements 111

Daniel Carr et Denis Diderot, collage

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Bouchard, Olivier, «Le match d’hier revu et colligé #82», Athlétique, 8 avril 2018.

«On ne saura probablement jamais pourquoi Daniel Carr a passé tout ce temps dans la Ligue américaine. Le gars a 30 points à forces égales en 94 matchs d’expérience dans la LNH, ce qui ne ressemble à rien en surface, mais sachant qu’il joue 10, 11 minutes par matchs sur une quatrième ligne, ça revient à, oh, 25 ou 26 points par saison ? J’ai toujours un peu de misère à croire que ce genre de contribution est purement fongible.»

Melançon, Benoît, Diderot épistolier. Contribution à une poétique de la lettre familière au XVIIIe siècle, Montréal, Fides, 1996, viii/501 p. Préface de Roland Mortier.

«Si la lettre peut troubler le destinataire au moment même qu’il la reçoit, cela ne revient pas à dire que son pouvoir disparaît pour autant par la suite : ni consomptible ni fongible, elle reste chargée de sens, on peut y revenir, la relire, la toucher de nouveau, lui donner un nouveau sens — ou le même —, comme texte et comme objet» (p. 209).

Dans la vie, on n’utilise pas assez le mot fongible.

Penser à Paris

Jean Lacoste, Paris philosophe, 2018, couverture

«We’ll always have Paris.»
Humphrey Bogart, Casablanca, 1942

D’abord pour la Nouvelle Quinzaine littéraire, puis pour la publication numérique En attendant Nadeau, le philosophe Jean Lacoste a rédigé de courts textes sur le Paris des philosophes. Quelle est cette ville pour les philosophes de métier ? Où vivent-ils ? Quels endroits fréquentent-ils ? Comment cette ville influence-t-elle leur façon de penser ?

Paris philosophe rassemble vingt-cinq de ces «déambulations», diversement caractérisées : «petites déambulations philosophiques» (p. 9), «déambulations sentimentalo-philosophiques» (p. 39), «déambulation méditative» (p. 51), «petites déambulations […] péripatéticiennes» (p. 93), «brèves déambulations historiques» (p. 191). Deux traits les définissent : «format court de rigueur» (p. 8); «lieux à forte teneur philosophique» (p. 45).

Cela commence près de la tour Saint-Jacques, avec Pascal, pour se terminer à Vincennes (disparue), autour de Deleuze. Entre les deux, on suit à la trace, loin de l’ordre chronologique, des philosophes de toutes les époques : Abélard, Descartes, Voltaire, Rousseau, qui incarne la «pure philosophie de la déambulation» (p. 172), Auguste Comte et Derrida, Alain et Sartre, Bergson et Foucault, Ricœur et Althusser (dans un texte bien décevant malgré sa place centrale dans le livre), beaucoup d’autres encore.

Le ton est léger. Dans ces «divertissements» (p. 8), Jean Lacoste se laisse guider «par le seul hasard de l’humeur» (p. 9). Il pratique avec délectation «une sorte d’appropriation anecdotique et géographique de la philosophie» (p. 13). Il superpose les adresses d’aujourd’hui à celles d’hier et multiplie les itinéraires. La petite histoire, celle des anecdotes, dialogue avec la grande, celle des institutions (la Sorbonne, l’École normale supérieure, etc.), beaucoup des philosophes retenus ayant été «profs de philo» (p. 187). Plusieurs des abrégés d’histoire intellectuelle proposés sont des cours de philosophie, par exemple autour des Déracinés, le roman de Barrès qui met en scène Taine.

Cela devrait se lire avec plaisir.

L’Oreille tendue aurait aimé partager le bonheur de l’auteur, mais cela n’a pas été tout à fait le cas. La ponctuation est fantaisiste, voire fautive. Toutes les références des citations ne sont pas données et, quand elles le sont, la forme des adresses bibliographiques varie d’une page à l’autre (l’Oreille est bibliographe). Il y a des coquilles, certaines arithmétiques : au premier paragraphe de la p. 128, il est question de la «semaine sainte 1746»; au deuxième, on évoque un événement survenu «Six ans plus tard», en juillet… «1749». Le souhait de faire une place aux femmes dans l’histoire de la philosophie est louable (p. 8, p. 28, p. 39, p. 93), mais peu suivi d’effets, à l’exception des portraits de Mme Helvétius, de Simone Weil et de Simone de Beauvoir. Tel «comme on sait» (p. 72) sent (un peu trop) le professeur. Si l’on tique devant les répétitions de mots — tous ne tiquent pas —, quelques passages peuvent agacer (p. 78, p. 164, p. 186).

Pareil parcours suppose une large érudition. On peut malheureusement la prendre en défaut. Voyons ce qui concerne Diderot, déjà victime de l’erreur de calcul ci-dessus. L’Encyclopédie, qu’il a codirigée, ne compte pas «25 volumes au total» (p. 129), mais 28 (17 de discours, 11 de planches). Les lettres conservées de Diderot à Sophie Volland ne vont pas de 1759 à 1775 (p. 129), mais de 1759 à 1774. Lacoste affirme, sans l’ombre d’une hésitation, que Diderot a rendu visite à Voltaire lors du retour de celui-ci à Paris en 1778 (p. 141). Tous les exégètes ne partagent pas cette assurance s’agissant de la supposée rencontre entre les deux hommes : «il est étonnant qu’il existe très peu de preuves formelles attestant qu’elle ait vraiment eu lieu», écrit Arthur M. Wilson (p. 574); pour sa part, José-Michel Moureaux indique que l’«historicité» de cette rencontre «a été contestée» (p. 169 n. 4).

S’il en est ainsi de celles qui concernent Diderot, qu’en est-il des autres informations rapportées dans l’ouvrage ? Le doute est une vertu philosophique, mais on aurait aimé ne pas avoir à l’exercer ici.

P.-S.—C’est vrai : ce n’est pas la première fois que l’Oreille cite la phrase d’Humphrey Bogart en épigraphe (voir ).

Références

Lacoste, Jean, Paris philosophe, Paris, Bartillat, 2018, 210 p. Ill.

Moureaux, José-Michel, «La place de Diderot dans la correspondance de Voltaire : une présence d’absence», Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 242, 1986, p. 169-217.

Wilson, Arthur M., Diderot. Sa vie et son œuvre, Paris, Laffont-Ramsay, coll. «Bouquins», 1985 (1957 et 1972), 810 p. Traduction de Gilles Chahine, Annette Lorenceau et Anne Villelaur.

Trente-cinquième article d’un dictionnaire personnel de rhétorique

Antilogie

Définition

«Contradiction d’idées, dans un discours, un écrit» (le Petit Robert, édition numérique de 2014).

Exemples

«Il est certain que je ne pouvais tomber dans de meilleures, ni de plus mauvaises mains» (John Cleland, Fanny Hill, éd. de 1993, p. 69).

«Voilà comment votre Majesté, par un secret qui lui apartient exclusivement, fait toujours le bien qu’elle fait et celui qu’elle ne fait pas» (lettre de Grimm à Catherine II, [1784], Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, p. 47-48).

«Oh ! je m’y tiendrai absolument, ou je ne pourrai» (La Popelinière, Tableaux des mœurs du temps dans les différents âges de la vie, éd. de 1996, p. 180).

«Eh ! nous ne différons que du oui et du non, ce n’est qu’une bagatelle» (Marivaux, la Double Inconstance, acte I, scène VIII, éd. de 1989, p. 271).

Références

Cleland, John, Fanny Hill. La fille de joie. Récit quintessencié de l’anglais par Fougeret de Montbron, France, Belgique et Suisse, Actes Sud, Labor et l’AIRE, coll. «Babel», 61, 1993, 122 p. Lecture d’Elsa Grasso et Guillaume Badoual. Édition de 1751.

Karp, Sergueï et Sergueï Iskul, avec la collaboration de Georges Dulac et de Nadejda Plavinskaya, «Les lettres inédites de Grimm à Catherine II», Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 10, avril 1991, p. 41-55. URL : <http://www.persee.fr/doc/rde_0769-0886_1991_num_10_1_1099>.

La Popelinière, Alexandre Joseph de, Tableaux des mœurs du temps dans les différents âges de la vie, Paris, Union générale d’éditions, coll. «10/18», 2794, série «Domaine français», 1996, 285 p. Préface de Roger Vailland. Postfaces de Pierre Josserand et Jacques Haumont.

Marivaux, Théâtre complet. Tome premier, Paris, Bordas, coll. «Classiques Garnier», 1989, xxx/1125 p. Ill. Texte établi, avec introduction, chronologie, commentaire, index et glossaire par Frédéric Deloffre. Nouvelle édition, revue et mise à jour avec la collaboration de Françoise Rubellin.