P.Q.

L’histoire de la littérature raffole des périphrases. Bossuet est «L’aigle de Meaux», Voltaire, «Le patriarche de Ferney», George Sand, «La bonne dame de Nohant».

Existe-t-il des périphrases québécoises (P.Q.) ? Bien sûr, avec la même contrainte qu’ailleurs : il faut minimiser le risque de confusion. «Le poète de Natashquan» (Gilles Vigneault), oui; pas «Le poète de Montréal». «L’athlète de Ripon» (Stéphane Richer), d’accord; «L’athlète de Québec», non.

Il y a des «p’tits gars», souvent d’anciens premiers ministres, au fédéral comme au provincial : les «p’tits gars» de Shawinigan (Jean Chrétien), de Baie-Comeau (Brian Mulroney), de Chandler (René Lévesque). Il y a «Le père de la loi 101» (Camille Laurin), qu’on ne confondra pas avec «Le père de Youppi» (Roger D. Landry). Il fut même un temps où «Le prince des annonceurs» (Roger Baulu) pouvait interviewer «Le prince des lépreux» (le cardinal Paul-Émile Léger).

Certaines P.Q. peuvent désigner deux personnes, ce qui nuit à leur efficacité. «Le beu de Matane» («Le bœuf de Matane») est aussi bien l’ex-ministre Marc-Yvan Côté que l’ex-hockeyeur Alain Côté.

Inversement, il est des cas où une seule a droit à plusieurs P.Q. : Céline Dion est «La p’tite fille de Charlemagne», «La diva de Charlemagne», voire «La diva de la chanson».

On ne prête qu’aux riches.

 

[Complément du 27 mars 2012]

Thomas Mulcair vient d’être élu chef du Nouveau parti démocratique du Canada. Michel David, qui lui consacre un texte dans le Devoir d’aujourd’hui, l’appelle le «pitbull de Chomedey» (p. 3). Ouch.

 

[Complément du 27 avril 2015]

Si l’on en croit @PrintempsM (Les Printemps meurtriers de Knowlton / Festival international de littérature noire de langue française), Chrystine Brouillet serait «la reine du polar québécois». Merci de nous l’apprendre

 

[Complément du 21 décembre 2015]

Dans le Devoir du jour, sous la plume de Jean-François Nadeau : le «barde de l’île d’Orléans», Félix Leclerc (p. A3).

À tu et à vous et à toi et à vous et à tu

Jeudi soir dernier, dans un centre commercial de l’île de Montréal :

EB Games, Carrefour Angrignon, 23 juillet 2009
Carrefour Angrignon, 23 juillet 2009

Pourquoi ce passage du tu au vous dans la publicité ?

Si l’on était dans un roman épistolaire classique, on y verrait un effet d’insistance amoureuse, comme dans l’incipit de la lettre CXLVIII des Liaisons dangereuses de Laclos, quand le chevalier Danceny écrit à la marquise de Merteuil : «Ô vous, que j’aime ! ô toi, que j’adore ! ô vous, qui avez commencé mon bonheur ! ô toi, qui l’as comblé» (éd. de 1964, p. 333).

Dans une chanson, ce pourrait être un exercice de style, comme dans «Rendez-vous courtois» de Jérôme Kisling, sur l’album le Ours en 2006. Tous les vers y mêlent tutoiement et vouvoiement. Cela donne lieu à des phrases déjantées : «Allez viens vous asseoir, il faut pas que vous te barre / Sous mon toit, vous serez à ton aise / Donne-moi votre main, couchez-moi contre ton sein / Je t’avoue que je vous aime bien.»

Les intentions des propriétaires de la boutique de jeux électroniques EBGames sont un peu moins claires.

(L’absence de s à «usagé» fait désordre.)

Référence

Laclos, Pierre Choderlos de, les Liaisons dangereuses, Paris, Garnier-Flammarion, coll. «G-F», 13, 1964, 379 p. Chronologie et préface par René Pomeau.

La langue de Voltaire ?

Le passage, célèbre, se trouve au début de «Candide et Martin vont sur les côtes d’Angleterre; ce qu’ils y voient», le vingt-troisième chapitre de Candide, le conte de Voltaire (1759). Candide discute avec Martin sur le pont du navire hollandais qui les conduit à Venise. «Vous connaissez l’Angleterre; y est-on aussi fou qu’en France ? — C’est une autre espèce de folie, dit Martin. Vous savez que ces deux nations sont en guerre pour quelques arpents de neige vers le Canada, et qu’elles dépensent pour cette belle guerre beaucoup plus que tout le Canada ne vaut.»

Depuis, la formule «quelques arpents de neige» connaît au Québec une vitalité qui ne se dément pas.

Trois exemples.

Jean-Marie Gustave Le Clézio s’en prenait récemment, dans les pages du Monde, au projet de développement hydroélectrique de la rivière Romaine. Il fallait s’attendre à ce que Jean Charest, premier ministre du Québec et défenseur du projet, ne soit pas d’accord. C’est l’objet de la caricature de Garnotte, du Devoir, le 3 juillet : on y voit un Charest emperruqué, mouchoir à la main, déclarer «Comme le disait un illustre prédécesseur du sieur Le Clézio… il ne s’agit que “de quelques arpents de neige” !» (p. A8).

Quatre jours plus tard, dans le même journal, c’est le premier ministre du Canada, Stephen Harper, qui est la cible de l’écrivain Yves Beauchemin. Celui-ci ne croit pas au «fédéralisme d’ouverture» de celui-là. Il l’affirme à l’occasion de la cession annoncée, par le gouvernement fédéral au gouvernement provincial, de terrains proches du parlement de Québec. Son titre ? «Pour quelques arpents de gazon» (p. A8).

Enfin — surtout ? —, il existait à Oka, près de Montréal, en septembre 2007, un verger nommé Quelques arpents de pommes.

On dit souvent du français que c’est la langue de Molière. Et si, au Québec, c’était celle de Voltaire ?

Ne quittez pas, ter

Le 18 juin, l’Oreille tendue notait qu’à l’Université de Montréal elle n’était pas la seule à regretter l’emploi intransitif du verbe quitter. Un usager de la Bibliothèque des lettres et sciences humaines — ce n’est pas l’Oreille, elle le jure — avait écrit «faute !» sur une affichette qui comportait les mots «quitter pour l’été».

L’Oreille repasse hier devant la même affichette. Celle-ci porte les traces d’un dialogue :

Université de Montréal, 6 juillet 2009
Université de Montréal, 6 juillet 2009

À côté de «faute !», quelqu’un a ajouté «Non !», puis quelqu’un d’autre a mis son grain de sel, mais avec pédagogie : «Oui. Quitter est un verbe transitif (demande COD)».

La guerre fait rage. Pour d’autres informations du front, ne quittez pas.

Le français de Michael Ignatieff

Le Parti conservateur du Canada, dont le chef, Stephen Harper, dirige actuellement le pays, a récemment lancé des campagnes publicitaires contre le chef du Parti libéral, Michael Ignatieff, qui veut lui succéder. L’argument central est clair : on reproche à Ignatieff sa différence — et plus particulièrement sa différence linguistique.

Les Conservateurs attaquent Michael Ignatieff (vidéo)

Le texte de la publicité est limpide : «[Voix d’homme, accent neutre] Qui suis-je ? Le premier a quitté le Canada en 1969. Le deuxième appelle la Grande-Bretagne sa terre d’adoption et les États-Unis son pays. Le troisième dit qu’à part les panneaux routiers il n’y aucune différence entre le Minnesota et le Québec. Il s’agit de : Michael Ignatieff, Michael Ignatieff et Michael Ignatieff — qui se vante de parler le français “de France” [prononcé à l’anglaise], et non pas le québécois. Connaissez-vous vraiment cet homme ? [Voix de femme, accent anglo] Un message des Conservateurs.»

Qu’est-ce que ça veut dire «ne pas parler le québécois» ? (L’Oreille tendueje laisse de côté le fait qu’il n’existe aucune langue qui s’appelle le québécois; c’est un autre débat.) Essentiellement, une chose : parler avec un accent français, soit «parler le français “de France”».

Par cette attaque, les Conservateurs ont voulu jouer sur une vieille corde sensible des Québécois, la nature de leur langue, sa force et ses faiblesses, et, en dernière instance, sur le rapport difficile du Québec à la France. Il est vrai que la question linguistique est une des plus anciennes marottes québécoises. Dès les récits de voyage des XVIIe et XVIIIe siècles, il est sans cesse fait allusion à la langue parlée dans la colonie. À l’époque, on vante sa qualité, et particulièrement la prononciation des colons; depuis le début du XIXe siècle, comme l’a montré Jean-Denis Gendron, c’est le contraire (ce serait la cata).

Malgré l’importance historique des débats sur l’accent et la prononciation au Québec, les Conservateurs se sont trompés, et doublement.

Il n’est pas du tout sûr, d’une part, que les électeurs soient très sensibles, en matière de choix électoral, à cet aspect-là de la langue. C’est ce que semblent d’ailleurs révéler les premiers sondages sur l’efficacité, ou non, de ces publicités négatives. Selon Jean-Denis Bellavance, de la Presse, «Les pubs contre Ignatieff n’ont pas fait mouche» (7 juin 2009). On verra si l’avenir confirme ces premiers sondages.

D’autre part, il y a des choses bien plus intéressantes dans le français de Michael Ignatieff que son accent. Écoutez son discours du 4 juin à Montréal :

Collecte de fonds annuelle du Québec de Liberal sur Vimeo

Contrairement à la langue de bois municipalo-provincialo-fédérale, il ne dit pas les Montréalais et les Montréalaises, les Québécois et les Québécoises, les Canadiens et les Canadiennes; il paraît avoir la bizarre conviction que les Canadiens, c’est assez clair et que ça suffit. Il est même capable de vouvoyer sa femme !

On peut déjà s’attendre à ce que les faiseurs d’images essaient de le faire changer — d’accent, de vocabulaire, de pronom personnel. Ce serait la pire stratégie. Michael Ignatieff ne semble pas avoir d’état d’âme à jouer la carte de l’indépendance d’esprit : il ne parle pas comme Sheila Copps, il lit des livres — pire, il en écrit —, il vouvoie sa femme. Pourquoi voudrait-il rentrer dans le rang ? Pour parler français comme Stephen Harper ?

(C’est ce que l’Oreille raconte, pour l’essentiel, dans un reportage de Janic Tremblay diffusé à l’émission Dimanche magazine le 14 juin 2009.)

Référence

Gendron, Jean-Denis, D’où vient l’accent des Québécois ? Et celui des Parisiens ? Essai sur l’origine des accents. Contribution à l’histoire de la prononciation du français moderne, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. «Langue française en Amérique du Nord», 2007, xiv/287 p.