Le Québec de François Legault en trois dates

École de rang de la région de Granby (début XXe siècle)

Le 11 décembre 2019, le premier ministre du Québec, François Legault, rend visite au gouverneur de la Californie, Gavin Newsom. «Vous êtes catholique, n’est-ce pas ? Moi aussi. Tous les Canadiens français le sont», déclare-t-il alors. Ce portrait ethnicoreligieux ne correspond pas à celui du Québec d’aujourd’hui, pour le dire avec retenue.

Le 24 mars 2020, durant sa conférence de presse quotidienne au sujet de la pandémie, s’agissant des enfants de parents séparés, le premier ministre a affirmé ceci : «Le parent qui est le plus sévère, c’est peut-être celui qui devrait garder les enfants. Il faut que, idéalement, l’enfant reste avec le même parent.» Les spécialistes du droit de la famille, pour ne parler que d’eux, ont mal réagi à ces propos témoignant d’une conception datée des relations familiales.

Hier, le 10 avril, François Legault, contre toute attente, a évoqué la possibilité que les écoles et les services de garde de la province rouvrent avant la date prévue du 4 mai. Cela a semé la consternation chez beaucoup. Il y a dans cette annonce le modèle implicite de l’école de quartier ou de village, celle à laquelle on se rend à pied; dans pareils cas, les risques de contamination seraient peut-être moins grands qu’ailleurs (encore que cela reste à démontrer). Or quiconque a pris le métro à Montréal en début de matinée et en après-midi sait que ce modèle de l’école de proximité n’a plus cours : les enfants et adolescents sont partout. Faut-il le rappeler ? C’est à Montréal que la crise sanitaire actuelle frappe le plus durement.

Il y a, dans certaines prises de position publiques du premier ministre, l’image d’un Québec révolu.

Illustration : Wikipédia

Sauver le mononc’ ?

T-shirt d’Horacio Arruda, Mercerie Roger, Montréal, 2020

Malgré les valeureux efforts de Fabien Cloutier, le mononcle n’a pas bonne presse au Québec. Il en a été question longuement ici.

Nouvel exemple, dans la Presse+ du jour, de la dépréciation de cette figure au Québec : «Le hockey, c’est un sport de mononcles.»

Comme à beaucoup de règles, il existe des exceptions à celle-là. Soit la citation suivante, tirée de la Voix de l’Est : «Si François Legault est notre père de famille collectif en ces temps difficiles, le Dr Arruda, lui, est notre “mononcle funky”.»

Le directeur national de la Santé publique du Québec serait un «mononcle» — ce qui n’est généralement pas un compliment —, mais «funky». Sauvé par un adjectif !

P.-S.—Merci à Hugues Bélanger pour le tuyau.

Illustration : Mercerie Roger

La saveur du jour

«Budget à saveur de transport collectif»

À l’occasion (2009, 2010, 2011, 2013, 2014, 2015, 2017, 2017), l’Oreille tendue pratique un tri sélectif dans sa corbeille de à saveur, ce fléau québécois.

Histoire de varier les plaisirs — façon de parler —, regroupons aujourd’hui les à saveur selon leur syntaxe.

Avec un adjectif

«film à saveur médiévale» (le Devoir, le D magazine, 21-22 mars 2020, p. 5)

«à saveur sanitaire» (Twitter)

«texte à saveur techno-environnementale» (Twitter)

«à saveur internationale» (la Presse+, 10 mars 2020)

«Gourmandises à saveur musicale» (la Presse+, 7 août 2019)

«une comédie romantique costumée à saveur féministe» (le Devoir, D le magazine, 30 juin-1er juillet 2018, p. 13)

«un hamburger à saveur montréalaise» (la Presse+, 28 novembre 2017)

«des œuvres d’art à saveur sportive» (le Devoir, 24 novembre 2017, p. B2)

«Le Parti libéral a tenu un Conseil général à saveur préélectorale, ce week-end» (le Devoir, 5 juin 2017, p. A3).

«discours à saveur électorale» (le Devoir, 17 janvier 2011, p. B1)

Avec complément introduit par de

«Cabrera était venu à Montréal pour prendre la relève de Rémi Garde, congédié quelques jours après un match nul de 3-3 à saveur de défaite, le 17 août contre le FC Dallas au stade Saputo» (la Presse+, 25 octobre 2019).

«Le programme du Parti québécois. Maintenant à saveur de gouvernance souverainiste» (le Devoir, 1er novembre 2011, p. A8, caricature de Garnotte).

La clinique des phrases (vv)

Polyclinique de l’Oreille, publicité, Laval, Québec, juin 2019

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Pas plus tard que la semaine dernière, un quotidien montréalais publiait cette sibylline parenthèse : «ex-femme décédée de Bouchard». Faudrait-il imaginer deux cas de figure : la «femme décédée» et l’«ex-femme décédée» ? Cela trouble.

Proposons ceci, à défaut de mieux : «ex-femme de Bouchard, décédée aujourd’hui».

À votre service.

P.-S.—Ce «Bouchard» est Lucien Bouchard, ci-devant premier ministre du Québec.

La clinique des phrases (rr)

Polyclinique de l’Oreille, publicité, Laval, Québec, juin 2019

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit les deux phrase suivantes, tirées d’un quotidien montréalais :

Même si tout a été fait dans les règles, préciser que Charles Sirois est un ami personnel de M. Legault et le cofondateur de la CAQ pouvait sans doute faire croire à certains qu’Investissement Québec lui avait accordé un traitement de faveur en injectant 5 millions dans une entreprise dont il est le principal actionnaire, mais on aurait crié à la complaisance si cette information avait été omise.

À l’époque où elle était dans l’opposition, la CAQ aurait déchiré sa chemise si l’entreprise avait appartenu à un ami personnel de Jean Charest ou de Philippe Couillard.

L’Oreille a beau se tâter, en tout bien tout honneur, elle ne voit pas comment un ami pourrait ne pas être personnel.

Suggestions :

Même si tout a été fait dans les règles, préciser que Charles Sirois est [au choix : un ami, un proche, un intime, un ami proche, un ami intime] de M. Legault et le cofondateur de la CAQ pouvait sans doute faire croire à certains qu’Investissement Québec lui avait accordé un traitement de faveur en injectant 5 millions dans une entreprise dont il est le principal actionnaire, mais on aurait crié à la complaisance si cette information avait été omise.

À l’époque où elle était dans l’opposition, la CAQ aurait déchiré sa chemise si l’entreprise avait appartenu à [au choix : un ami, un proche, un intime, un ami proche, un ami intime] de Jean Charest ou de Philippe Couillard.

À votre service.

P.-S.—En effet, ce n’est pas la première fois que l’Oreille tape sur ce clou.

P.-P.-S.—L’article s’ouvre sur une citation de Voltaire.