Dictionnaire des séries 41

Maurice Richard en novembre 1952

«Si un joueur du Canadien compte trois buts,
tu pourras lancer mon chapeau sur la glace […].»
(Claude Dionne, Sainte Flanelle, gagnez pour nous !)

Quand on marque trois buts dans un match, cela s’appelle un tour du chapeau.

Il lance et compte de nouveau
Et Jean Béliveau fait l’tour du chapeau
(Denise Émond, «La chanson des étoiles du hockey», 1956)

En troisième Maurice Richard
A fait le tour du chapeau
(Georges Langford, «L’hiver en personne», chanson, 2003).

On peut compléter un tour du chapeau ou inscrire un tour du chapeau.

Explication du Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française :

Tout comme le terme anglais hat trick, les termes truc du chapeau et tour du chapeau véhiculent ainsi [?] un rapprochement entre l’habileté quasi magique du sportif qui réalise un exploit de ce genre et celle d’un prestidigitateur qui sort un lapin de son chapeau.

L’expression viendrait toutefois du cricket.

En effet, on offrait un chapeau à tout lanceur réussissant à frapper le guichet sur trois lancers consécutifs. Par la suite, la tradition s’est transportée en Amérique du Nord, où les vendeurs locaux donnaient un chapeau à tout joueur de hockey de l’équipe hôtesse qui avait réussi à marquer trois buts lors d’une partie.

P.-S. — L’OQLF, qui parle aussi de coup du chapeau, expression inconnue de l’Oreille tendue, considère «acceptable» le terme truc du chapeau. Les puristes pourraient le lui reprocher

 

[Complément du 10 juin 2016]

Il existe une variante, dite «à la Gordie Howe», du tour du chapeau : dans un même match, un but, une passe, une bagarre.

 

[Complément du 14 octobre 2016]

La Presse+ du jour mêle sport et chapellerie.

«Le (re)tour du chapeau», la Presse+, 14 octobre 2016

 

[Complément du 3 mars 2018]

Les Canadiens de Montréal font maintenant dans l’immobilier. Ils ont lancé récemment la troisième phase de leur construction de tours d’habitation à proximité du Centre Bell. Titre de leur publicité dans le quotidien le Devoir du jour : «Célébrez le tour du chapeau» (p. A11).

 

[Complément du 28 janvier 2019]

Voici ce que Ben Schott, dans ses Miscellanées sportives (2018), a à dire de la question :

À l’origine, le hat-trick était une expression de cricket désignant l’exploit qui consiste à prendre trois wickets (à mettre trois batsmen out) en trois lancers successifs. L’origine de l’expression est sujette à controverse. Certains affirment que le bowler se voyait offrir un nouveau chapeau par les membres de son équipe, d’autres prétendent que les membres de l’équipe faisaient «passer le chapeau» au bénéfice du bowler. En tout cas, cette expression s’est répandue au-delà des terrains de cricket pour désigner un triple score dans n’importe quelle discipline sportive (p. 108).

 

[Complément du 24 octobre 2021]

Jean-Patrice Martel est historien du hockey. Sur Twitter, il est dubitatif quant à l’appellation «tour du chapeau à la Gordie Howe», qu’il trouve «bien mal nommé» : «Ce joueur n’en a obtenu qu’un, peut-être deux (dans un cas on n’a pas pu déterminer si une punition majeure avait été infligée pour une bagarre ou pour autre chose) dans sa carrière.»

 

[Complément du 25 juillet 2022]

Explication locale, sous la plume de Léandre Normand. dans sa biographie d’Hector «Toe» Blake :

Et, à l’instar de la plupart des hommes de cette époque, [Toe Blake] fréquentait le réputé chapelier Henri Henri, rue Sainte-Catherine à Montréal. Rappelons que cette boutique, fondée en 1932 et toujours aussi populaire, est à l’origine de la fameuse expression “tour du chapeau”. Ses premiers propriétaires, Honorius Henri et Jean-Maurice Lefebvre, avaient pris l’initiative, dès le milieu des années 1940, de remettre un chapeau à tout joueur du Canadien ou d’une équipe adverse qui marquait trois buts lors d’un match disputé au Forum. En contrepartie, le populaire chapelier faisait imprimer de petits calendriers des matchs du Canadien que l’on pouvait se procurer dans les postes d’essence de la pétrolière Esso et qu’il insérait derrière le ruban de ses chapeaux. Une habitude qui s’est perpétuée tout au long de l’époque des six équipes originales de la [Ligne nationale de hockey] (p. 179-180).

Tout le monde n’a pas à partager cette hypothèse.

 

[Complément du 5 février 2014]

Les 57 textes du «Dictionnaire des séries» — repris et réorganisés —, auxquels s’ajoutent des inédits et quelques autres textes tirés de l’Oreille tendue, ont été rassemblés dans le livre Langue de puck. Abécédaire du hockey (Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p., illustrations de Julien Del Busso, préface de Jean Dion, 978-2-923792-42-2, 16,95 $).

En librairie le 5 mars 2014.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014)

 

Références

Dionne, Claude, Sainte Flanelle, gagnez pour nous ! Roman, Montréal, VLB éditeur, 2012, 271 p.

Normand, Léandre, avec la collaboration de Vincent Couture, Hector «Toe» Blake. L’ours au cœur tendre, Montréal, Éditions de l’Homme, 2022, 248 p. Ill. Préface de Serge Savard.

Schott, Ben, les Miscellanées sportives de Mr. Schott, Paris, Éditions du sous-sol, 2018 (2004), 159 p. Ill. Traduit par Élie Robert-Nicoud. Adapté et mis à jour par Charles Giol.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Une réponse sur “Dictionnaire des séries 41”

Laissez un commentaire svp