Capitale(s)

Le Québec aime tellement les capitales qu’il en compte plusieurs.

Il y a d’abord la Vieille Capitale, Québec : la capitale nationale de la province de Québec n’est en effet pas sa capitale économique ou culturelle. (Rien là d’étonnant : cela se voit ailleurs.) Il lui arrive de se faire «capitale mondiale de la planche à neige» (le Devoir, 16 mars 2007, p. B1) ou capitale gastronomique, selon le titre du livre d’Anne L. Desjardins (Montréal, Éditions La Presse, 2008). Son équipe de baseball s’appelle Les capitales.

Il y a aussi Drummondville, «capitale du monde» (la Presse, 17 juin 2005, cahier Arts et spectacles, p. 7). Cela a probablement quelque chose à voir avec son Mondial des cultures.

Trois-Rivières n’est pas en reste. Festival international de la poésie oblige, la ville serait la «capitale de la poésie».

Et Montréal ? La question de son statut, et notamment de sa place au palmarès géographique mondial, est récurrente et pourrait se formuler ainsi : «Montréal, destination de calibre international ?» (la Presse, 23 mars 2005, cahier Actuel, p. 4).

Par certains aspects, la ville ne s’en tire pas trop mal. Elle est la «capitale nord-américaine du papier journal» (la Presse, 30 janvier 2007, cahier Affaires, p. 1), «une capitale mondiale pour la danse» (la Presse, 17 décembre 2003, cahier Arts et spectacles, p. 3), une «grande capitale mondiale de la gastronomie» (la Presse, 3 juillet 2004, p. A1), la «capitale de l’animation numérique» (la Presse, 21 août 2006, cahier Affaires, p. 1), la «capitale mondiale de la gestion de projets» (le Devoir, 24 juillet 2006, p. A6), la «capitale mondiale du livre» (la Presse, 21 novembre 2004, p. A9), la «capitale des festivals» (la Presse, 22 juin 2005, cahier Arts et spectacles, p. 10). Tout ça n’est pas rien; du moins, on l’espère.

Parfois, c’est moins glorieux : «Montréal capitale du faible revenu» (la Presse, 25 octobre 2007, p. A13).

Surtout, la ville doute. «Montréal, la capitale du jeu électronique ?» (le Devoir, 7 février 2005, p. B7). «Montréal, capitale culturelle ? » (la Presse, 3 janvier 2004). «Pour que Montréal devienne une capitale mondiale de la culture» (le Devoir, 10-11 novembre 2007, p. H1).

Il arrive que cette interrogation prenne des formes assez alambiquées, s’agissant pourtant d’une même discipline. D’un côté, affirmations : «Montréal, capitale mondiale du design» (la Presse, 13 août 2004, p. A6); «Montréal est la capitale mondiale du design» (le Devoir, 21-22 mai 2005, p. H1). De l’autre, question : «Montréal, capitale du design mondial ?» (le Devoir, 22-23 mai 2004, p. I5). Il est vrai que l’on est passé de la capitale mondiale du design à la capital du design mondial. Ce n’est pas tout à fait la même chose.

La Fontaine ? La fable «La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf» ? Vous croyez ?

L’art d’être belle-mère

Il existe dorénavant, dans le personnel politique québécois, une nouvelle espèce : la belle-mère.

La belle-mère est un ancien membre du gouvernement qui aime bien / trop se mêler des affaires de ses successeurs et ne pas leur épargner ses conseils.

Elle est surtout audible au Parti québécois, du moins pour l’instant, mais on peut se demander si l’étiquette ne pourrait pas aussi coller à quelques représentants fédéraux.

Principales belles-mères de l’heure : les anciens premiers ministres Jacques Parizeau et Bernard Landry.

L’emploi est péjoratif : traiter quelqu’un de belle-mère ne doit pas être interprété, la plupart du temps, comme une marque d’affection.

Une exception, néanmoins, dans le Devoir du 20 juillet, sous la rubrique «Libre opinion» : une lettre ouverte d’André Ségal, «Amenez-en des belles-mères !», dans laquelle on peut lire «C’est pourquoi nous avons besoin de toutes les “belles-mères” qui veulent bien parler» (p. A6). Suit une liste de onze noms de belles-mères potentielles.

Cette exception confirme la règle.

 

[Complément du 19 mars 2012]

Extension du domaine de la belle-mère, du PQ au Nouveau parti démocratique du Canada : «Ainsi donc, Ed Broadbent, ancien chef du NPD de 1975 à 1989, décrit comme la “conscience” du parti de gauche, s’est déguisé en Bernard Landry pour jouer à la belle-mère» (la Presse, 17 mars 2012, p. A12).

 

[Complément du 2 octobre 2015]

Il existe aussi des belles-mères dans le domaine culturel. À l’émission de télévision les Francs-tireurs, l’ancien animateur de l’émission de radio matinale de Radio-Canada, René Homier-Roy, critiquait cette semaine celle qui l’a remplacé un temps, Marie-France Bazzo. Réaction de l’intéressée :

 

[Complément du 8 novembre 2017]

On craindrait sa variante municipale :

 

[Complément du 22 novembre 2017]

Existerait en version hockeyistique :

Serge Savard, belle-mère de Marc Bergevin ?

(Via @OursMathieu.)

Citation de la paroisse Saint-Louis-de-France / du jour

Marc Robitaille, Un été sans point ni coup sûr. Récit, 2004, couverture«Quand on est arrivés au terrain, il y avait un gars qui attendait derrière le back-stop avec sa mitte et un monsieur.

“C’est toi le coach ?” a demandé le monsieur à mon père.

Mon père a dit oui, en faisant semblant de ne pas être trop énervé par le tutoiement même si je sais qu’il trouve ça excessivement malpoli de tutoyer les inconnus, à moins d’avoir déjà trait des vaches avec eux. Ou quelque chose comme ça.»

Marc Robitaille, Un été sans point ni coup sûr. Récit, Montréal, les 400 coups, 2004, 139 p., p. 76.

Ami ami

Déclaration de Michel Therrien sur Jacques Demers, la Presse+, 19 octobre 2016

Être l’ami de quelqu’un, c’est bien; être son ami personnel, ce serait mieux.

Vraiment ?

La Presse du 15 octobre 2007 parlait «des amis personnels de l’ancien premier ministre» Jean Chrétien (p. A10). Ce type de superamitié paraît particulièrement actif dans le milieu politique, mais ça ne semble pas y être un avantage dans toutes les occasions. On se méfie, dirait-on, de l’ami personnel, surtout de l’ami personnel du régime, toujours suspect de vouloir abuser de sa position.

Question, en passant : est-il des amis impersonnels ? Si oui, ils ne doivent pas être très amusants.

 

[Complément du 11 novembre 2014]

Moment d’illumination de l’Oreille tendue ce matin : et si l’ami personnel était en fait l’ami intime ? Voilà qui expliquerait tout (ou presque).

 

[Complément du 22 décembre 2014]

Faisons plus simple encore : ami proche.

 

[Complément du 25 mai 2015]

Dans un manuel célèbre aux États-Unis, On Writing Well, William Zinsser s’en prend au «clutter», ce qui alourdit la prose. Vous pouvez enlever des mots d’une phrase ? Enlevez-les : «Writing improves in direct ratio to the number of things we can keep out of it that shouldn’t be there. […] Examine every word you put on paper. You’ll find a surprising number that don’t serve any purpose.» Un exemple ? «The personal friend has come into language to distinguish him or her from the business friend, thereby debasing both language and friendship.» Ne dévalorisons ni le langage ni l’amitié; ne parlons plus d’ami personnel.

 

Référence

Zinsser, William, On Writing Well. 30th Anniversary Edition. The Classic Guide to Writing Nonfiction, New York, Collins, 2006. Livre numérique.

Trouvaille

Le lecteur de Townships. Récits d’origine de William S. Messier (2009) ne peut qu’être frappé par la dimension états-unienne de ce recueil de nouvelles : décor, musique, sport, langue. Beaucoup de mots anglais (tearjerkers) y sont en italiques. La plus grande création linguistique de Messier, elle, n’est pas mise en relief : «vomir jusqu’à se fouler une amygdale» (p. 46). Elle mérite pourtant d’être soulignée.

 

[Complément du 13 mai 2015]

C’est confirmé. Il se passe des choses violentes dans la bouche des personnages de Messier. Autre exemple, tiré de Dixie, paru en 2013 : «Ses cordes vocales lui fouettent les dents, tellement elle hurle […]» (p. 137).

 

Références

Messier, William S., Townships. Récits d’origine, Montréal, Marchands de feuilles, 2009, 111 p.

Messier, William S., Dixie, Montréal, Marchand de feuilles, 2013, 157 p. Ill.