Le zeugme du dimanche matin

Chantal Thomas, le Testament d’Olympe, 2010, couverture«À chaque fois que j’y pensais, je remerciais Dieu et mon ange gardien d’être vivante et baptisée, et d’être capable de marcher des lieues sans avoir trop mal aux pieds.»

Chantal Thomas, le Testament d’Olympe, Paris, Seuil, coll. «Fiction & cie», 2010, 302 p., p. 12-13.