C’est compliqué

Étienne Kern, le Tu et le vous, 2020, couverture

«Ô vous, que j’aime !
ô toi, que j’adore !
ô vous, qui avez commencé mon bonheur !
ô toi, qui l’as comblé»
(Laclos, les Liaisons dangereuses, lettre CXLVIII).

Tu ou vous ? Quiconque a déjà parlé français a eu un jour à se poser cette question. Il n’est pas facile d’y répondre pour un francophone; imaginez la difficulté pour qui souhaite apprendre une langue qui n’est pas la sienne. Le sous-titre du petit livre que consacrait l’an dernier Étienne Kern au tu et au vous, L’art français de compliquer les choses, est parfaitement approprié.

Les pratiques d’interlocution décrites par Kern changent selon les langues (le français n’est pas seule à posséder des «pronoms d’adresse» avec des fonctions spécifiques), les milieux sociaux (on ne se parle pas de la même façon dans les familles de la vieille bourgeoisie française et dans la classe moyenne) et les espaces (on tutoie plus facilement au Québec que dans l’Hexagone). C’est la même chose dans le temps : certains présidents de la République favorisaient la deuxième personne du pluriel (de Gaulle, Mitterrand), alors que Nicolas Sarkozy est un «hypertutoyeur» (p. 80).

La principale conclusion du livre est incontestable : essayer de déterminer les règles de l’emploi de tu / vous est voué à l’échec. «En fait de tu et de vous, existe-t-il autre chose que des cas particuliers ? Il n’y a de tutoiement ou de vouvoiement qu’au sein d’une situation d’énonciation donnée et, à ce titre, éminemment singulière» (p. 16).

Comment Étienne Kern procède-t-il pour exposer la multiplicité de ces «situations d’énonciation» ? Il chasse les citations et les exemples, souvent inattendus : dans Notre-Dame-de-Paris, de Victor Hugo, Esméralda vouvoie sa chèvre (p. 14). Les anecdotes personnelles qu’il rapporte sont toujours pertinentes, de même que ses statistiques. Citant un article d’Alex Alber paru en 2019, il rappelle «qu’en entreprise, 70 % des hommes tutoient leur chef, contre 49 % des femmes» (p. 21). Autrement dit : «Il n’y a décidément pas d’égalité des sexes devant les tu et les vous» (p. 40).

Le point de vue de l’auteur n’est pas celui du spécialiste, même si sa réflexion est nourrie scientifiquement : «Ce petit livre, ami lecteur, n’est […] l’œuvre ni d’un linguiste, ni d’un sociologue» (p. 23). L’auteur compare le français à d’autres langues, modernes ou anciennes. Il se penche aussi bien sur les échanges amoureux et socioéconomiques que sur le BSDM et la religion («Notre Père qui es / êtes aux cieux»). Il rappelle des entreprises de transformation de la langue promulguées, sans succès durable, par des autorités politiques, en France durant la Révolution, en Italie sous Mussolini.

Étienne Kern clôt ses réflexions sur un «Éloge du vacillement» :

Oui, nous y perdons notre latin, nous hésitons, nous faisons des faux pas; oui, nous pouvons envier le minimalisme d’un you. Mais ce que nous offrent le tu et le vous dépasse ce qu’ils nous coûtent. Et parmi tout ce qu’ils nous offrent, outre la nuance, outre la liberté, il y a aussi, tout simplement, la joie. Qui n’en a pas fait l’expérience ? Telle personne que vous aimez ou que vous admirez profondément vous propose, un jour, de la tutoyer : vous vous sentez alors grandis, adoubés, désirés (p. 192).

Oui, en effet.

P.-S.—Vous ne rêvez pas : l’Oreille tendue parlait de ce sujet hier à la radio.

 

Références

Alber, Alex, «Tutoyer son chef. Entre rapports sociaux et logiques managériales», article électronique, Sociologie du travail, 61, 1, janvier-mars 2019. URL : <https://journals.openedition.org/sdt/14517>.

Kern, Étienne, le Tu et le vous. L’art français de compliquer les choses, Paris, Flammarion, 2020, 204 p. Ill.

Autopromotion 566

Le tu ou le vous ? Un schéma

Aujourd’hui, vers 17 h 45, l’Oreille tendue sera au micro d’Annie Desrochers, à l’émission le 15-18 de la radio de Radio-Canada, pour parler de tutoiement, à l’occasion de la parution de l’ouvrage suivant :

Kern, Étienne, le Tu et le vous. L’art français de compliquer les choses, Paris, Flammarion, 2020, 204 p. Ill.

L’Oreille pourra aussi prendre des exemples dans sa rubrique «À tu & à toi»; elle est bien fournie.

 

Source de l’illustration : Quora

 

[Complément du jour]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.

Nous ?

David Turgeon, À propos du style de Genette, 2018, couvertureRobert Vigneault a consacré nombre de travaux à essayer de définir l’essai littéraire. Dans la revue Voix et images, en 1983, il publiait un article intitulé «L’essai québécois : préalables théoriques». On pouvait y lire ceci : «Un signe qui ne trompe pas : chaque fois qu’un auteur se cache derrière l’autorité d’un Nous impersonnel et envahissant (“à notre femme”, portait la dédicace de telle thèse), c’est qu’il est monté dans la chaire de vérité et qu’il préside à l’avancement de la science» (p. 312). Il est vrai que ce «à notre femme» ouvre la porte à des interprétations potentiellement troublantes.

Dans un essai récemment paru, David Turgeon — comme l’Oreille tendue le signalait l’autre jour — analyse le style du théoricien Gérard Genette et aborde à son tour, deux fois, la question du pronom de la première personne du pluriel dans l’écriture savante.

Quand il écrit «Le nous de modestie […] est la forme qu’encore aujourd’hui l’université préconise à ses étudiants d’employer dans leurs travaux» (p. 67), il étonne : cela ne correspond plus guère à la pratique quotidienne des étudiants en lettres que lit massivement l’Oreille pour des raisons professionnelles. Le nous n’est certes pas disparu, mais il est de plus en plus souvent remplacé par le je.

Dans le développement qui suit cette affirmation, Turgeon cite les Éléments de littérature de Marmontel : «À propos de l’usage qui, dans notre langue, veut qu’on mette le pluriel à la place du singulier, je demande pourquoi, dans un écrit qui est l’ouvrage d’un seul homme, l’auteur, en parlant de lui-même, se croit obligé de dire nous ?» (cité p. 68) Ce n’est pas lui qui aurait dédié un ouvrage «à notre femme».

P.-S.—L’Oreille tendue n’a pas réussi à trouver la thèse à laquelle Robert Vigneault fait allusion en 1983, mais elle en a repéré d’autres, soutenues depuis et destinées, elles aussi, «à notre femme» (voir ici et ).

 

Références

Turgeon, David, À propos du style de Genette. Essai, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 122, 2018, 223 p.

Vigneault, Robert, «L’essai québécois : préalables théoriques», Voix et images, 8, 3, hiver 1983, p. 311-329. URL : <https://id.erudit.org/iderudit/200385ar>.

Du bon usage du tutoiement conjugal

Mémoires de madame de Genlis, éd. de 2004, couverture«Cette remarque sur le tutoiement rappelle un mot très plaisant de madame de Bussy, femme du gouverneur de Saint-Domingue, étant seule avec son mari qu’elle n’aimait pas. M. de Bussy la conjurait, ce qui était fort simple, étant tête à tête, de le tutoyer, ce qu’elle n’avait jamais fait. Après beaucoup d’insistances passionnées, elle y consentit enfin, et lui dit : Eh bien ! va-t’en» (p. 332 n. **).

Mémoires de madame de Genlis, édition présentée et annotée par Didier Masseau, Paris, Mercure de France, coll. «Le temps retrouvé», 2004, 390 p.