Trois petites choses sur Gérard Genette

Le théoricien français Gérard Genette vient de mourir à 87 ans.

Il était apparu chez l’Oreille tendue pour deux néologismes : «palimpsestueux» et «anarchiviste».

Rappelons encore ces quelques lignes à la fin de Palimpsestes (1982, p. 455) :

Gérard Genette, Palimpsestes, 1982, p. 455Il avait l’oreille.

Référence

Genette, Gérard, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil, coll. «Poétique», 1982, 467 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Une pensée sur “Trois petites choses sur Gérard Genette”

  1. Gérard Genette, dont on regrette la disparition, peu de temps après celles de Tzvetan Todorov et Umberto Eco, créa des néologismes si pertinents que l’on pense qu’ils ont toujours existé. Dans ses tableaux à doubles entrées, il demeure quelques cases blanches. On les remplira un jour en découvrant l’omnitexte, le monomimétique ou le pluridiégétique, le transtexte ou le pandiégétique (ces derniers pourraient peut-être se rapporter aux «fictions transfuges»).
    Une émission de Radio-Canada discutait ce soir le terme «pansexuel».
    L’effet des préfixes «hétéro», «homo», «bi», «trans», «a» sur thème morphologique est évident. Cependant, «pansexuel» ouvre de nouvelles perspectives, si l’on songe à comment Genette aurait défini «métasexuel», «perisexuel», «parasexuel», «hyposexuel», «hypersexuel» (ces deux-là vont d’eux-mêmes, ainsi que «mono», «pluri» et «auto»). Mais «quid» de «allo», «hémi», «ambi», «extra» et «archeo»?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*