Accouplements 153

Dinu Bumbaru, Carnet d’un promeneur dans Montréal, 2020, couverture

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

On ne le reconnaît pas volontiers dans tous les cercles éclairés, mais l’Oreille tendue n’est plus de la première jeunesse.

Le seul commerce qu’elle a fréquenté religieusement pendant les derniers mois est la Société des alcools du Québec. Elle la désigne souvent en parlant de la Régie (des alcools), voire de Commission des liqueurs. Cette régie et cette commission sont les ancêtres de l’actuelle société. C’est dire l’âge canonique de l’Oreille.

Elle se réjouit donc de voir qu’elle n’est pas tout à fait seule : Luc Jodoin et Dinu Bumbaru lui ont fait plaisir récemment.

Jodoin, Luc, «Je suis un covidanxieux de la lecture», entrée de blogue, BiblioBabil, 1er juillet 2020.

Pour ceux qui ne le savent pas, il est maintenant possible de réserver un document dans les bibliothèques de Montréal et d’aller le cueillir sur place. Bon, ça fait un peu bunker, genre Commission des liqueurs, on ne peut pas voir les produits.

Bumbaru, Dinu, Carnet d’un promeneur dans Montréal, Montréal, La Presse, 2020, 198 p. Ill.

Le pont Jacques-Cartier «encadre l’ancienne prison de Montréal, ouverte en 1836 et lieu de mémoire des Patriotes, qui logea successivement, de 1921 à 2017, la Commission des Liqueurs de Québec, la Régie des alcools du Québec, puis la Société des alcools du Québec» (p. 25).

Merci.

Créativité linguistico-commerciale

L’Assemblée nationale du Québec n’aime pas le «Bonjour / Hi», cette entrée en matière que l’on entend beaucoup dans les commerces montréalais. Les 29 et 30 novembre 2017, une motion proposée par le Parti québécois portait sur cette question.

Comment respecter le souhait de l’Assemblée nationale de ne pas utiliser cette formule et continuer à pratiquer le bilinguisme d’accueil commercial ?

Des sources conjugales proches de l’Oreille tendue lui font découvrir le «Hi / Bonjour». C’est la même chose, mais ce n’est pas pareil.

Alimentation linguistique

Les produits de la fromagerie La ChaudièreLa fromagerie La Chaudière (Lac-Mégantic, Québec) — slogan : «Un produit aux accents bien de chez nous» — aime les expressions populaires québécoises. Elle en a choisi quelques-unes comme marques de commerce.

L’Oreille tendue a déjà abordé Tiguidou, Ayoye, Rightrou, Tabarouette (juron mou).

Il faudra, un jour, qu’elle se penche sur Déguédine (injonction de mouvement).

Youpelaï ? Fou raide ? Mamamia ? Bingo ? Skouik skouik ? Menoum ? Ce ne devrait par être nécessaire.

Ben d’adon ? On verra.

P.-S. — Merci à Marie-Hélène Voyer et à René Audet pour le filon.

Il n’est point de sot métier

Noël approche : l’Oreille tendue devra magasiner. Ce n’est guère son genre. Elle n’entre chez le chausseur qu’en dernier recours et elle ne va jamais dans les ventes de garage.

S’il n’en tenait qu’à elle, elle ne fréquenterait que les grandes surfaces de construction / bricolage / rénovation et elle ne consulterait que leurs associés. (Pour les associées, l’Oreille s’interroge toujours.)

Les bijouteries, elle ne connaît donc guère. Heureusement qu’elle a ses lecteurs pour ça.

C’est grâce à l’un d’eux — appelons-le Colibrius — qu’elle apprend que le vendeur de bijoux, du moins dans certains arrondissements montréalais, est out. Il a été remplacé par l’«ambassadeur de marque».

On ne le dira jamais assez : on n’arrête pas le progrès.

 

[Complément du 12 décembre 2012]

Pile-poil au moment où l’Oreille tendue mettait ce texte en ligne, elle recevait la publicité ci-dessous par courriel. Pile-poil. Big Brother serait donc un lecteur de l’Oreille ?

Publicité de bijouterie

Force de caractère entrepreneuriale

Il est beaucoup question ces jours-ci, dans les médias québécois, de résilience. On applique ce terme surtout à Pauline Marois, la chef du Parti québécois et sa nouvelle «dame de béton», qui traverse la tête haute une zone de turbulence causée par divers membres de sa famille politique, dont au moins une belle-mère.

En effet, résilience, mot venu du vocabulaire de la physique, désigne maintenant la «Capacité à vivre, à se développer, en surmontant les chocs traumatiques, l’adversité» (le Petit Robert, édition numérique de 2010). Il relève donc de la psychologie.

Voilà pourquoi on peut s’étonner devant pareille publicité :

«Vers l’entreprise résiliente», publicité, 2012

Mais doit-on s’étonner ? La capacité de récupération de la langue vivante par la publicité est infinie.