Divergences transatlantiques 064

Confiture, vin, bois

Steven Jezo-Vannier a publié récemment Ella Fitzgerald. Il était une voix en Amérique. En bonne fan de la chanteuse, l’Oreille tendue est en train de lire ce livre.

Étonnement, page 161 : «En plus de lui dédier un set au cœur du spectacle, Norman [Granz] l’intègre aux jams survoltées qui concluent chaque programme.» Il est question de la participation de Fitzgerald aux concerts rassemblés sous le nom de Jazz at the Philharmonic.

Le Petit Robert (édition numérique de 2018) confirme : jam (de jam-session) est un mot féminin. Au Québec, l’Oreille ne l’a jamais entendu qu’au masculin.

Une recherche rapide dans la base de données médiatiques Eureka («jams» + 2 ans + corpus canadien en français) semble lui donner raison.

Pourtant, le mot n’a rien à voir avec l’univers de la locomotion

 

[Complément du 1er juillet 2021]

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte le 1er juillet 2021.

 

Référence

Jezo-Vannier, Steven, Ella Fitzgerald. Il était une voix en Amérique, Marseille, Le mot et le reste, 2021, 367 p. Ill.

Les zeugmes du dimanche matin et de Québec Redneck Bluegrass Project

Québec Redneck Bluegrass Project, J’ai bu, 2020, couverture

«Ce pseudonyme lui fut attribué après une brosse mémorable au bar du village durant laquelle il perdit sa guitare et sa dignité, en plus de faire l’une de ses multiples commotions» (p. 115).

«Nous avons eu une fois de plus une tournée de bonheur et d’ibuprofène au quotidien […]» (p. 169).

«C’est fou ce qu’une bonne dose d’alcool et de bonne volonté peut parfois accomplir !» (p. 204)

«Quand tes amis reviennent avec un band, un Irlandais et une soif digne d’un vacancier bien rodé, t’as pas le choix de suivre !» (p. 219)

Québec Redneck Bluegrass Project, J’ai bu, Spectacles Bonzaï et Québec Redneck Bluegrass Project, 2020, 239 p. Avec un cédérom audio.

Les «mots en»

Depuis quelques semaines, il est beaucoup question, au Québec, du mot en n-. Cette forme d’euphémisation commence à fleurir dans d’autres domaines.

Le mot en a- : austérité (le Devoir, 14-15 novembre 2020, p. B5).

Le mot en s-: systémique, comme dans racisme systémique (le Devoir, 12 novembre 2020, p. A3).

Le mot en t- : torchon (le Québec maintenant, 98,5, 16 novembre 2020).

Le mot en t- : tramway (le Soleil, 10 novembre 2020).

À suivre. Tendons l’oreille.

 

[Complément du 28 novembre 2020]

Le mot en c- : curling («Estaben et son papa», épisode 131, 26 novembre 2020)

 

[Complément du 29 janvier 2021]

Le mot en s- : sauvageLes mots tabous, encore», la Presse+, 29 janvier 2021).

 

[Complément du 2 avril 2021]

Le mot en f- : frog (selon Jagmeet Singh, le chef du parti du Nouveau Parti démocratique du Canada, à l’émission de télévision Tout le monde en parle le 28 mars 2021).

 

[Complément du 17 avril 2021]

Le mot en b- : Bitche, ce village français dont Facebook n’aime pas le nom.

 

[Complément du 3 mai 2021]

Le nom en m- : Mozart (la Presse+, 3 mai 2021).

Le mot en o- (en anglais) : objective (The Conversation, 18 avril 2021).

 

[Complément du 11 mai 2021]

Le mot en c- : crise (le Devoir, 11 mai 2021).

 

[Complément du 14 mai 2021]

Le mot en m- : mongol (Twitter, 14 mai 2021)

 

[Complément du 17 mai 2021]

Le mot en i- : Indien (la Presse+, 15 mai 2021)

 

[Complément du 27 mai 2021]

Le mot en a- : AstraZeneca (Twitter, 27 mai 2021)

 

[Complément du 28 mai 2021]

Le mot en a- : apartheid (Twitter, 27 mai 2021)

 

[Complément du 31 mai 2021]

Le mot en r- : respect (Avenues.ca, 28 mai 2021)

Le mot en K- : knife (le Devoir, 29-30 mai 2021)

 

[Complément du 9 juin 2021]

Le mot en t- : terrorisme (la Presse+, 9 juin 2021)

Le mot en i- : islamophobie (la Presse+, 9 juin 2021)

 

[Complément du 16 septembre 2021]

Le mot en H- : Hachey (Twitter, 14 septembre 2021)

Le mot en i- : inflation (la Presse+, 16 septembre 2021)

 

[Complément du 17 septembre 2021]

Le mot en w- : woke (la Presse+, 17 septembre 2021)

 

[Complément du 19 octobre 2021]

Le mot en a- : aliens (Twitter, 12 octobre 2021)

Le mot en r- : racisme (Twitter, 10 octobre 2021)

 

[Complément du 23 novembre 2021]

Le mot en f- : fuck (le Devoir, le D magazine, 16-17 octobre 2021, p. 3)

Le mot en f- : fif (le Devoir, le D magazine, 16-17 octobre 2021, p. 18)

Le mot en t- : tapette (le Devoir, le D magazine, 16-17 octobre 2021, p. 18)

Le mot en w- : woke (Twitter, 5 novembre 2021)

Le mot en n- : naïveté (Twitter, 22 novembre 2021)

Le mot en d- : décroissance (le Journal de Montréal, 23 novembre 2021)

 

[Complément du 30 novembre 2021]

Le mot en p- : pénurie (la Presse+, 26 novembre 2021 et 30 novembre 2021)

 

[Complément du 5 avril 2022]

Le mot en g- : génocide (la Presse+, 5 avril 2022)

Le mot en n- : nucléaire (la Presse+, 28 février 2022)

Le mot en p- : Palestine (la Presse+, 28 janvier 2022)

Le mot en f- : fucking (RDS, 15 décembre 2021)

Le mot en r- : reconstruction / rééquipement (retool) / réinitialisation (la Presse+, 20 janvier 2022)

Le mot en t- : tablette (la Presse+, 17 février 2022)

Le mot en p- : poutine (Twitter, 12 mars 2022)

 

[Complément du 21 juin 2022]

Le mot en f- : fuck (la Presse+, 9 juin 2002)

Le mot en s- : souverainiste (le Devoir, 11 juin 2022)

Le mot en d- : dynastie (la Presse+, 12 juin 2022)

Le mot en g- : génocide (la Presse+, 27 mai 2022)

Le mot en r- : racisme (le Devoir, 3 mai 2022)

Le mot en s- : séparatisme (le Devoir, 16-17 avril 2022)

Le mot en c- : cage à poule (Radio-Canada, 20 avril 2022)

Yé-yé ? Yé !

Jukebox, documentaire, 2020, affiche

L’Oreille tendue, même si elle arrive de moins en moins à le croire, a déjà été jeune. Grandissant au cours des années 60 — des années 1960 —, elle a été exposée à la culture yé-yé du Québec. Elle a retrouvé cette culture avec ravissement dans le documentaire Jukebox (2020) de Guylaine Maroist et Éric Ruel, avec la collaboration de Sylvain Cormier au scénario. Ses sources conjugales avaient raison de le lui recommander.

Le film met en lumière le rôle central du producteur Denis Pantis dans cette culture, en recueillant ses souvenirs et en faisant défiler autour de lui quelques-uns de ses collaborateurs et des artistes qu’il a propulsés au sommet des palmarès (en leur laissant bien peu de marge de manœuvre et bien peu de temps pour réfléchir : tout devait aller vite pour lui). Jusqu’à aujourd’hui, Pantis n’était guère connu que des spécialistes de la musique des années 1960 et 1970; ce film va changer les choses.

Outre Pantis, on entend chanter Les Classels («Ton amour a changé ma vie»), Les Baronets («Est-ce que tu m’aimes ?»), Les Miladys («Sugar Town»), Les Bel Cantos («Découragé»), Robert Demontigny («Un baiser de toi»), d’autres encore. L’Oreille avoue avoir découvert l’existence de Goliath et les Philistins et d’Ali Baba et les 4 voleurs, mais elle n’avait pas oublié César et les Romains («Splish Splash»).

Les témoignages sont nombreux : Michel Constantineau, Ginette Laterreur, Pierre Trudel, Renée Martel («Liverpool»), Bruce Huard (celui des Sultans), Michèle Richard (qui fait un assez étonnant numéro, y compris quand elle refuse d’aborder certaines questions), etc. On voit combien la culture yé-yé québécoise était marquée par son rapport aux États-Unis : Pantis y trouvait la plupart des chansons qu’il adaptait aux goûts supposés de son public pour les transformer en succès éphémères; c’est là-dessus que son industrie — et c’en était une — était fondée.

Le montage marie admirablement des images d’actualité et d’autres venues des productions de l’Office national du film du Canada. Jukebox est un bonheur pour les yeux comme pour les oreilles.

Disons-le tout net : l’Oreille a chanté.

P.-S.—S’il fallait adresser un reproche au documentaire, c’est sa fin abrupte : on aurait aimé en savoir plus sur Pantis après l’arrivée du cédérom (1985) et la disparition du 45-tours. On ne boudera pas son plaisir pour autant.

P.-P.-S.—Allez voir le site du film : il y a à boire et à manger.