De la responsabilité (linguistique)

Les écoliers québécois ne connaissent plus la punition. S’ils font une bêtise quelconque, s’ils sont les auteurs d’un méfait plus ou moins grave, s’ils contreviennent au règlement, ils sont passibles d’une conséquence. Ça s’expose ainsi : Les amis, t’auras une conséquence si tu fais pas ton devoir.

En voulant faire comprendre aux petits qu’ils sont responsables de leurs gestes et de leurs suites, on leur fait parler une langue parfaitement artificielle.

 

[Complément du 7 juin 2015]

Exemple romanesque : «Du point de vue comportement revenait toujours plus que place à l’amélioration et j’accumulais les conséquences mineures liées à mes agissements dits problématiques» (la Bête à sa mère, p. 22).

 

[Complément du 9 septembre 2015]

En bon père de famille qu’elle est, l’Oreille tendue a assisté hier soir à la réunion de parents de l’école de son fils cadet. Elle a été rassurée d’y entendre le responsable de la «gestion des conséquences».

 

Référence

Goudreault, David, la Bête à sa mère, Montréal, Stanké, 2015, 231 p.

Aimer être

Croisés l’autre jour, plusieurs camions d’un couvreur montréalais. Slogan : «L’étanchéité demeure notre priorité.» L’étonnement de l’Oreille tendue, toujours, devant le refus d’employer le verbe le plus simple et le mieux approprié : être.

Oreille malheureusement tendue

La compagnie créole, Ça faire rire les oiseaux, pochette

Ver sonore, ver d’oreille, chanson poison : à cette nomenclature déjà évoquée, ajoutons chanson obsédante.

Et rassurons-nous : suivant le journal Forum, une doctorante en psychologie à l’Université de Montréal, Andréane McNally-Gagnon, sous la direction de Sylvie Hébert, enquête afin de savoir pourquoi certains airs (musicaux) nous empoisonnent la vie.

Première conclusion : le pire ver d’oreille est «Ça fait rire les oiseaux» de La compagnie créole. (Classement complet ici, avec juste assez d’écoute pour être contaminé.)

Progrès ?

«Menthez pas ça», conseillent les panneaux de McDonald à Montréal.

Un journaliste de la Presse n’en peut plus des publicités télévisées mettant en vedette Élyse Marquis (Swiffer) et François Massicotte (Sponge Towel). Dans quelle catégorie ranger icelles si on les trouve pénibles ? Le «malaisant» (22 mai 2010, cahier Arts et spectacles, p. 8).

Qu’une langue évolue, rien de plus naturel. On a cependant le droit de grincer des dents à l’occasion — d’autant que ça ne change rien à l’affaire : on n’arrête pas le progrès.

Locomotion Québec 101

L’usage du genre féminin est parfois troublant au Québec. Pour des raisons que l’Oreille tendue s’explique mal, c’est particulièrement le cas pour les moyens de locomotion.

On entend (trop) souvent une ascenseur, une escalier roulante, une avion. On ne s’étonnera pas, dans la mesure où quelqu’un dit une autobus, de le savoir prendre la 165 ou la 801. (Alexis Lefrançois l’avait bien vu, en 1971, dans son recueil de poésie 36 petites choses pour la 51.)

Comme toute bonne règle, celle-ci souffre néanmoins une exception : un ambulance.

 

[Complément du 29 septembre 2020]

Ajoutons au dossier cette pièce, diffusée sur Twitter :

«Valideurs à l’essai sur la 139», Twitter, 29 septembre 2020