La clinique des phrases (uu)

La clinique des phrases, logo, 2020, Charles Malo Melançon

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit le tweet suivant :

La biologiste, Alice Lebreton, ouvre la porte de son laboratoire. Selon elle, «une grande partie de la société a une vision utilitariste de la science. Alors que le versant de la science, qui est de comprendre, n’est pas forcément directement d’innover.»

Commençons par la première phrase. On peut croire qu’il reste plus d’un biologiste sur la planète. Donc :

La biologiste Alice Lebreton ouvre la porte de son laboratoire. Selon elle, «une grande partie de la société a une vision utilitariste de la science. Alors que le versant de la science, qui est de comprendre, n’est pas forcément directement d’innover.»

La troisième phrase pose un problème qui n’est pas, lui, de ponctuation (encore que). La biologiste a-t-elle bien dit ce qu’on rapporte entre guillemets ? Si oui, souffrons en silence. Sinon, essayons, dans une «vision utilitariste», de clarifier un peu les choses :

La biologiste Alice Lebreton ouvre la porte de son laboratoire. Selon elle, «une grande partie de la société a une vision utilitariste de la science. La science doit comprendre, ce qui ne veut pas forcément dire innover.»

À votre service.

Autopromotion 333

Dérapages poétiques. Volume 1, 2017, couvertureCe soir, vers 17 h 40, au micro d’Annie Desrochers, à l’émission le 15-18 de la radio de Radio-Canada à Montréal, l’Oreille tendue ira causer de l’ouvrage Dérapages poétiques. Volume 1, dont elle signe la préface.

Sur le projet Dérapages poétiques, on peut lire le Devoir ou Métro.

La réception de l’ouvrage ? Voyez ici ou . Elle est bonne.

 

[Complément du jour]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.

L’ouvrage vient d’être recommandé par Émilie Perreault.

 

Référence

Dérapages poétiques. Volume 1, Montréal, Atelier 10, 2017, 222 p. Préface de Benoît Melançon.

Autopromotion 329

Dérapages poétiques. Volume 1, 2017, couverture

Cela a commencé, anonymement, sur Facebook, en 2013. Puis ce fut Twitter. Dérapages poétiques était né. C’est aujourd’hui un livre, publié par Atelier 10, sous une belle couverture rigide, toujours sans signature.

À la page des «Remerciements», à la dernière ligne du livre, on peut lire ceci : «Nous sommes tous Dérapages poétiques.» C’est d’autant plus vrai pour l’Oreille tendue qu’elle en signe la préface.

 

Référence

Dérapages poétiques. Volume 1, Montréal, Atelier 10, 2017, 222 p. Préface de Benoît Melançon.

Les zeugmes du dimanche matin et de Twitter

Ce ne sont pas les zeugmes qui manquent sur Twitter. Démonstration.

@24car : «Primevère : Place au plaisir, pas au cholestérol.»

@20car : «L’oubli règle bien des choses, mais pas les factures.»

@iericksen : «J’exagérais un peu. Montréal a son lot de stationnement et de béton, elle aussi.»

@ledevoir : «Les Penguins perdent Crosby… et le match.»

@28car : «Les Parisiens ont perdu leurs nerfs et sans doute le championnat de France.»

@alain__farah : «J’apprends en écoutant @plusonlit que Johanne Bertrand, réalisatrice extraterrestre adorée prend le large et sa retraite !»

@ledevoir : «Vache sacrée… et à lait.»

@quitusais : «J’y suis entré sans chien et sans fardeau mais avec deux femmes mal élevées à souhait.»

@sbailly : «Avoir un café et 3 heures 30 de calme devant soi. #zeugme studieux.»

@lheureuxdaniel : «Sur Netflix, une série policière exceptionnelle : Trapped. Un village islandais pris dans la tempête et dans le drame.»

Accouplements 74

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Plus tôt aujourd’hui, l’excellente @LIndeprimeuse twittait ceci : «Je n’ai pas encore écrit de livre mais j’ai déjà écrit ma dédicace.» La voici.

L’Indéprimeuse et Twitter, 31 octobre 2016

Le plus récent livre de l’Oreille tendue arrive en librairie aujourd’hui. Twitter n’y est pas en dédicace, mais dans les remerciements.

L’Oreille tendue, remerciements, 2016

 

Référence

Melançon, Benoît, l’Oreille tendue, Montréal, Del Busso éditeur, 2016, 411 p.