En direct de la cour d’école 004

Vous racontez une blague, dont vous pensez qu’elle est drôle. Vos interlocuteurs ne partagent pas votre avis. Suit un silence, plus ou moins gêné. La situation est banale.

Transposez-la dans une école montréalaise. À la suite de votre blague, vous riez. Au lieu d’un silence gêné, vous entendez, en signe de dérision, deux mots : «Tout seul !» (prononcé avec lenteur). Votre sens de l’humour n’est manifestement pas partagé.

Cruel.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “En direct de la cour d’école 004”

  1. Après avoir rencontré la panoplie de ces réactions dans ma parentèle et mon cercle d’ami, j’en ai conclu que je suis le seul à considérer que Woody Allen et Pierre Desproges sont les plus grands humoristes de notre siècle.
    Ou alors, j’ai un très sérieux problème de prononciation.

  2. Une histoire aura beau être passionnante, une blague, très drôle, le conteur doit captiver son auditoire.
    La forme étant parfois aussi importante (si ce n’est plus) que le fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*