Le monde à l’envers

S’il faut en croire Masha Bell, l’auteure de Learning to Read et Rules and Exceptions of English Spelling, les enfants britanniques auraient du mal à apprendre… l’anglais, à cause de sa graphie incohérente. Le Telegraph rapporte ses propos dans son édition du 8 juillet 2010 : «She [says] that English employs 185 “unreliable” spellings for just 44 speech sounds. Words such as too, true, who, flew, shoe and you all employ different letters to represent the same sound […].» (Elle n’est pas la première à s’aviser de pareilles incohérences.) Voilà la cause de la faiblesse scolaire («educational underachievement») et professionnelle des sujets d’Élisabeth II, et de leur forte fréquentation de la… prison.

On dit pourtant à l’Oreille tendue depuis toute petite que l’anglais domine le monde à cause de la facilité de son apprentissage. Aurait-elle été mal informée ?

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*