À saveur : nouvelle récolte

L’Oreille tendue l’a déjà noté : l’expression à saveur fait florès au Québec. Aux exemples cueillis, quelques ajouts.

Un de ses quotidiens évoque la possible interdiction de la corrida en Catalogne et parle d’«une riposte politique à saveur autonomiste» (la Presse, 28 juillet 2010, p. A15).

Le 20 septembre 2010, le Journal de Québec prête des intentions extraterritoriales à un chanteur populaire : «Claude Dubois n’écarte pas l’idée de profiter de l’occasion de côtoyer tous ces noms de la chanson française pour produire un nouvel album de duos à saveur européenne.»

La cuisine est bien sûr sensible aux saveurs, mais pas toujours où on les attend : «Des sorbets à saveur d’exportation» (la Presse, 17 mai 2010, cahier Affaires, p. 3); «des textes à saveur culinaire» (la Presse, 11 mai 2010, cahier «Arts et spectacles», p. 6).

La littérature n’est pas en reste. Bernard Gilbert aurait écrit «Un polar à saveur historique» (le Devoir, 10-11 avril 2010, p. F3). Dans Humains aigres-doux, Suzanne Myre, elle, évoque des «textes à saveur ethnique» (p. 63).

Il est plus étonnant de voir les défilés afficher leur saveur : «Un défilé à saveur olympique à Montréal» (la Presse, 1er avril 2010, p. A13); «Un défilé à saveur historique et multiculturelle» (la Presse, 25 juin 2009, p. A2).

C’est toutefois en politique que les saveurs sont les plus prononcées : «cette disparition à saveur politique» (le Devoir, 16 juillet 2010, p. B2); «Un soulèvement à saveur politique» (Société Radio-Canada, 17 mars 2005); «Une comédie à saveur politique» (le Devoir, 13-14 mars 2004, p. E3); «Une brochure à saveur politique» (le Devoir, 30 octobre 2006, p. A4); «Un bilan à saveur adéquiste» (la Presse, 25 mars 2007, p. A15); «Bouffonnerie parlementaire à saveur électorale» (le Devoir, 30 octobre 2008, p. B10).

On peut donc avoir beaucoup de saveur sans avoir de goût.

 

[Complément du 31 janvier 2014]

Les années (politiques) se suivent et se ressemblent.

Le Devoir, 31 janvier 2014, p. A1

Source : le Devoir, 31 janvier 2014, p. A1.

 

Référence

Myre, Suzanne, Humains aigres-doux, Montréal, Marchand de feuilles, 2004, 157 p.

Scène de la vie familiale

L’Oreille tendue a des enfants. À table, l’autre soir, elle discutait avec son fils aîné de sa façon, à lui, d’apprêter les cornichons. Avait-il vraiment besoin de «gosser son cornichon» ?

Gosser ?

Le verbe a au moins deux sens.

1. Emmerder par épuisement. «Gosser les gens n’est déjà pas très gentil, le faire pour rien tient de l’acharnement» (la Presse, 7 juin 2001). C’est de là que vient le mot gossant, qui se dit des personnes comme des comportements. Exemples : René est gossant. Les manies de Céline sont gossantes.

2. Sculpter, notamment un bout de bois. C’est en ce sens qu’on peut dire d’un personnage du recueil de nouvelles le Sort de Fille, de Michael Delisle, qu’il «gosse» des canards de bois (p. 80).

Cette deuxième acception a donné gosser les poils de grenouille, pour signifier fendre les cheveux en quatre. Cette expression, popularisée par l’ex-premier ministre du Québec Jacques Parizeau et son ministre Guy Chevrette, a enfanté gosseux et gossage : «Son mandat est une affaire de “gosseux de poil de grenouille”» (le Quotidien, 6 novembre 2002); «Le gossage de poils de grenouille» (le Soleil, 22 avril 1999).

Il est donc légitime de parler de gossage de cornichon, même si c’est gossant.

 

[Complément du 29 avril 2018]

Sur le site Correspondance du Centre collégial de développement de matériel didactique, Louise Desforges propose plusieurs autres sens de gosser. C’est ici.

 

Référence

Delisle, Michael, le Sort de Fille. Nouvelles, Montréal, Leméac, 2005, 120 p.

Causons bruxellois

La revue Études françaises vient de faire paraître un dossier intitulé «Hergé reporter. Tintin en contexte.» Rainier Grutman (R.G.) s’y penche sur le contact des langues chez Georges Remi (G.R., Hergé), plus particulièrement dans le Sceptre d’Ottokar, la huitième des «Aventures de Tintin» (1939, en noir et blanc; 1947, en couleurs). R.G. s’est donné pour objectif de repérer et d’interpréter le «substrat linguistique bruxellois» (p. 84) dans cet album, où Hergé met en scène un pays imaginaire, la Syldavie.

Qu’est-ce que le bruxellois ? Un dialecte, «flamand au sens large, brabançon au sens restreint», «contaminé par le français» (p. 94). De «nature germanique» (p. 96), il est essentiellement parlé.

À quoi sert-il dans le Sceptre ? La «langue mystérieuse attribuée aux Syldaves par Hergé» est «le dialecte germanique employé jusqu’il n’y a guère dans la capitale belge» (p. 85). R.G. montre cependant comment, loin d’être rendu de façon strictement réaliste, le «bruxellois travesti» (p. 97) fait partie des «idiomes pseudo-imaginaires» d’Hergé (p. 95).

La démonstration est faite, et bien faite : Hergé était beaucoup plus subtil linguistiquement que ses «adaptateurs» québécois.

Référence

Grutman, Rainier, «“Eih bennek, eih blavek” : l’inscription du bruxellois dans le Sceptre d’Ottokar», Études françaises, vol. 46, no 2, 2010, p. 84-99. URL : <http://www.erudit.org/revue/etudfr/2010/v46/n2/044536ar.pdf>.

Paradoxale pudeur

Il y a quelques jours, l’Oreille tendue a reconnu — avoué aurait été trop fort — qu’elle aimait sacrer. Le chanteur Claude Dubois se trouve aujourd’hui dans une position partiellement semblable : il ne cache pas qu’il jure, mais il ne veut pas qu’on l’entende.

Contexte. Dubois et sa famille sont les héros (?) d’une téléréalité diffusée par le réseau québécois V. Mieux encore, le «docu-feuilleton» Dubois en réalité serait destiné à la famille (??). Voilà le nœud du problème.

Le personnage éponyme sacre dans la vie de tous les jours, ce que révèle la téléréalité, mais il exige qu’on masque ses jurons au moment de la diffusion, histoire de ne pas blesser les chastes (???) oreilles que lui tendent ses téléspectateurs. Exemple hypothétique : «Je m’en [bip], ma [bip].»

Cela l’oppose à ses producteurs et à son diffuseur : «On parle de quelques sacres, ce qui n’est rien en télévision, estime Tim Ringuette», le porte-parole de V. «Il y a des enfants à l’écoute», rétorque l’avocate de Dubois; «Et des blasphèmes, ce n’est pas acceptable dans une émission familiale.» Car l’affaire s’est retrouvée devant les tribunaux.

Pour récapituler : Claude Dubois accepte de vivre sous l’œil des caméras, mais il voudrait contrôler les micros. On a déjà vu des pudeurs plus convaincantes.

Trop extrême

[Lecteur, si tu aimes les textes brefs, passe ton chemin.]

«plusieurs ont écrit
que le Boxing Day est devenu
un phénomène trop extrême»
(la Presse, 31 décembre 2000).

En 2004, préparant le Dictionnaire québécois instantané, nous avions décidé, Pierre Popovic et l’Oreille tendue, d’octroyer des prix aux mots à succès au Québec, les «Perroquets» (d’or, d’argent, de bronze). Sans la moindre hésitation, nous avions choisi en première place le mot extrême.

Nous écrivions alors ceci : «Beaucoup, voire trop. Comme dans sport ~ (tennis ~, ski ~, golf ~, vélo ~, frisbee ~, marathon ~), mais pas seulement. […] Tout, en effet, est devenu extrême […]. […] Ce mot n’est pas nécessairement nouveau. Il reste cependant résolument à la mode.» Six ans plus tard, nous pourrions tenir exactement les mêmes propos : extrême est encore et toujours partout.

Le mot le plus fréquemment associé à extrême paraît être transformation : «Transformation extrême» (la Presse, 4 octobre 2005, p. S10); «Transformation extrême d’un modèle T.» (la Presse, 9 octobre 2005, Cahier L’auto, p. 4); «La transformation extrême de Gérald Tremblay» (la Presse, 5 novembre 2005, p. A34); «MusiquePlus : Transformation extrême» (la Presse, 19 mars 2008, cahier Arts et spectacles, p. 1); «Vous pourriez gagner la transformation extrême de votre garage !» (publicité par courriel de Bélairdirect, juillet 2005).

Des personnes peuvent être extrêmes : les pères (ou papas), les collectionneurs, les esthètes, les cow-boys, les patineurs, une biologiste (Pascale Otis).

La culture est extrêmement extrême : la télé-réalité, les saxophones, la radio, le patrimoine, un album trash, un documentaire, le cinéma, la littérature, un réalisateur, des courts métrages, la peinture, la chanson et des chansons. Claude Gauvreau était un «poète extrême» et Thomas Bernhard, un «Autrichien extrême»; il y aurait une «expérience extrême de Salvador Dali». Le cirque et l’humour, dont certains disent qu’ils sont des formes d’art, pourraient être extrêmes.

En matière de «culture de l’extrême», la palme revient cependant au «théâtre extrême». Il en est question dans la Presse du 25 mai 2006 (cahier Arts et spectacles, p. 6) et du 20 juin 2007 (cahier Arts et spectacles, p. 7), et dans le Devoir du 14 février 2008 (p. B7) et du 19 janvier 2009 (p. B7).

Le corps et l’âme sont l’objet d’attentions extrêmes. C’est vrai du piercing, de la chirurgie esthétique, du lifting, de la frustration, du yoga, de la modestie, du trouble narcissique, de la colère, de l’allaitement, du régime, de l’empathie, des nausées de grossesse, du bronzage. Les «crèmes extrêmes» (la Presse, 10 octobre 2005, cahier Actuel, p. 5) masquent ce que d’autres produits révèlent : «Commode turquoise prématurément vieillie grâce à une patine “extrême” chez Hanjel» (la Presse, 15 septembre 2007, cahier Mon toit, p. 1).

Quand on parle de «sexe extrême» — et on en parle —, cela concerne le plus souvent les humains. La «fornication extrême» dont parle la Presse du 24 mai 2006 occupe un cheval, Barbaro, qui reçoit 150 000 $ par saillie (p. S6).

Le mot a beaucoup été utilisé pour caractériser des activités physiques, notamment dans le monde du sport : patinage, performance et endurance, yoyo, pêche, baignade, shuffleboard, partisans, tennis, jonglerie. On ne s’étonnera donc pas de lire des choses comme les suivantes : «La gestion obligataire devient un sport extrême» (la Presse, 9 août 2004, cahier Affaires, p. 5); «Noël, sport extrême ?» (la Presse, 9 novembre 2006, p. A12); «Prêts pour le “sport cérébral extrême” de Télé-Québec ?» (la Presse, 6 décembre 2006, cahier Arts et spectacles, p. 4); «Faire un bébé, c’est grave, ne cessait-il de répéter sans être nécessairement convaincu que ce sport extrême était le chemin à suivre» (la Presse, 10 mai 2001).

S’il y a «pollution extrême», il y a nécessairement «écologie extrême», «vert extrême» et «écotourisme extrême».

Cela va de soi : il existerait une «langue “québécoise extrême”» (la Presse, 25 mars 2009). Elle aimerait, on peut le craindre, le trop extrême.

Trois citations, pour conclure.

De Jean Dion, dans le Devoir du 3-4 avril 2004 :

Ça n’a sans doute rien à voir, mais pour mesurer combien l’extrême est dans l’air, il existe un petit jeu pour toute la famille permettant de meubler les moments creux sans briser de matériel ni courir le risque de se faire mal. Vous allez dans l’annuaire téléphonique […] et vous trouvez le nom de tous les commerces qui ont le mot «extrême» dans leur nom. Fascination garantie. Il y en a des aisés à comprendre : chez Plaisirs extrêmes, on s’ennuie probablement assez peu. Plus mystérieux sont en revanche Location d’auto Extrême, Dépanneur Extrême, Déjeuners Extrême, Bronzage Extrême, L’Extrême Pita et Remorquage Extrême. Quant au salon de coiffure Studio Extrême Plus, j’imagine que si vous voulez changer considérablement de tête, vous n’avez pas à chercher plus loin.

De Jean-François Chassay, dans son roman Sous pression :

«Extrême», comme aiment dire ses étudiants dès qu’ils sortent du laboratoire et vont prendre un verre. Tout devient prétexte à être extrême. On se demande pourquoi. La Voie lactée est «extrême» : deux cents milliards d’étoiles. À côté de ça, on voit mal comment un film pour handicapés mentaux racontant les avatars d’un tueur psychotique qui découpe des femmes à la scie électrique peut être qualifié d’«extrême»» (p. 172-173).

De Nicolas Lévesque, dans son essai (…) Teen Spirit, s’agissant de l’adolescent :

Sports extrêmes, sexe extrême, blagues extrêmes, musique extrême, films extrêmes, n’importe quoi dont le beat bat plus fort que son propre cœur affolé. Le rythe fou de nos vies modernes est le rythme cardiaque d’un adolescent en colère ou en amour (p. 17).

P.-S. — Croix de bois, croix de fer (si l’Oreille ment, elle va en enfer) : tous les exemples sont réels.

Références

Chassay, Jean-François, Sous pression, Montréal, Boréal, 2010, 224 p.

Dion, Jean, «Extrêmement», le Devoir, 3-4 avril 2004, p. B2.

Lévesque, Nicolas, (…) Teen Spirit. Essai sur notre époque, Québec, Nota bene, coll. «Nouveaux essais Spirale», 2009, 147 p.

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantanté, 2004, couverture