Les sons de la famille Boulay

Le compositeur Pierre Boulez vient de mourir. Annonçant la nouvelle, le quotidien la Presse+ du jour commet toute une boulette.

«Boulay» pour «Boulez», la Presse+, 7 janvier 2015La boulette est évidemment orthographique : Boulay pour Boulez.

Elle est cependant intéressante, en quelque déprimante sorte, sur le plan phonétique. Selon la Presse+, on ne dirait pas Boulaize, mais Boulai, voire Boulé.

Comme pour Les sœurs Boulay, auteures-compositrices-interprètes québécoises de leur état.

P.-S. — L’Oreille tendue s’en veut de ne pas avoir pensé à boulette quand elle a annoncé icelle sur Twitter. Sa collègue @LucieBourassa a eu l’oreille plus fine. Il est vrai qu’elle est mélomane, elle.

 

[Complément du 8 janvier 2015]

«Précision» parue dans la Presse+ du 8 janvier 2015Cette «Précision», publiée dans la Presse+ du jour, devrait être, évidemment, un «Rectificatif».

Es-tu game ?

Soit les deux phrases suivantes, tirées du roman les Maisons de Fanny Britt (2015) :

Ce rituel remontait à loin, à l’époque où Sophie s’évadait sur des coups de tête, en autobus ou sur le pouce, pour des fins de semaine d’aventure, tantôt avec un garçon d’intérêt, tantôt avec une amie plus game que moi, me demandant de couvrir ses arrières auprès de ses parents (p. 177).

«Mehdi et Paul ont dit que j’étais pas game de sauter du troisième tremplin, et c’était peut-être vrai mais comment on fait quand on n’est pas game de faire quelque chose, je pensais que j’avais pas le choix, je me suis cogné le genou sur le tremplin, je sais même pas quand j’ai touché l’eau, je m’excuse, je m’excuse vraiment» (p. 215).

Donc, l’expression être game (à prononcer guém’). Son sens ? Est game celui qui est prêt à faire une chose (souvent) présentée comme un défi (c’est particulièrement clair dans la deuxième citation).

«Prêt. Disposé», écrit le Dictionnaire de la langue québécoise de Léandre Bergeron (p. 242). «Se sentir de taille (à faire qqch)», propose le Trésor des expressions québécoises (p. 163).

Venue de l’anglais, cette expression n’est par particulièrement récente. On la trouve à la fin du XIXe siècle dans les Mystères de Montréal d’Hector Berthelot : «Merci, monsieur, dit le Petit Pite. Vous êtes la pratique la plus “game” que j’aie rencontrée aujourd’hui» (p. 123).

Références

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB éditeur, 1980, 574 p.

Berthelot, Hector, les Mystères de Montréal par M. Ladébauche. Roman de mœurs, Québec, Nota bene, coll. «Poche», 34, 2013, 292 p. Ill. Texte établi et annoté par Micheline Cambron. Préface de Gilles Marcotte.

Britt, Fanny, les Maisons, Montréal, Le Cheval d’août, 2015, 221 p.

DesRuisseaux, Pierre, Trésor des expressions populaires. Petit dictionnaire de la langue imagée dans la littérature et les écrits québécois, Montréal, Fides, coll. «Biblio • Fides», 2015 (nouvelle édition revue et augmentée), 380 p.

L’avoir à terre

En 2009, un député français, Pierre Lasbordes, accueille le premier ministre québécois de l’époque, Jean Charest, en lui disant que celui-ci doit avoir «la plotte à terre». Il pensait alors utiliser une expression équivalente «en québécois» à «être très fatigué». Il se trompait. (Récit ici.) Recevoir un homme politique en français, langue pourtant parlée quotidiennement par lui et par son interlocuteur, lui paraissait donc si compliqué ?

Quand on entend la pub que vient de mettre en ligne la société française Orange et son portrait ridicule de l’accent québécois, sous-titres à l’appui, on se prend pourtant à se dire à soi-même qu’on a, en effet, parfois, la plotte à terre devant ce que certains Français imaginent être la langue parlée au Québec.

Du mononc’

Étymologie simple : mon oncle => mononcle => mononc’. C’est affaire de prononciation.

Parmi les mononc’, il y a celui qui est réputé lent. Il doit lasser sa place aux plus pressés : «Tasse-toi mononcle, viens-t-en le jeune !» (la Presse, 12 mars 2001)

Ce fut à une époque une publicité télévisée de Volkswagen. Sur Twitter, Marie-France Bazzo s’en est souvenue quand le président de la firme automobile a récemment (été) démissionné.

Il y a aussi, chez les mononc’, le libidineux. On lui doit des jokes de mononc’. Le terme a beaucoup été utilisé pour parler de Marcel Aubut, ci-devant président du Comité olympique canadien, qui vient d’abandonner son poste à la suite de plaintes pour harcèlement sexuel. Dans le Journal de Montréal d’hier, son vieil ami le journaliste Réjean Tremblay a écrit un texte sur l’affaire Aubut. Il n’a pas été très bien reçu. Marie-France Bazzo, encore, sur Twitter, encore :

On connaît encore celui qui n’est plus à la mode, le ringard : «Mononcles et matantes s’abstenir» (la Presse, 10 février 2002).

Ces catégories ne s’excluent pas l’une l’autre : on peut être lent, libidineux et vieux.

P.-S. — Toujours sur Twitter, le chroniqueur politique Vincent Marissal a proposé le néologisme mononclatisation à la suite de sa lecture du texte de Réjean Tremblay. (L’Oreille tendue ne parierait pas sur le succès de celui-ci.) Pour sa part, @revi_redac le traite de «TurboMononcle».

P.-P.-S. — Il faut être pas mal mononc’ pour publier un communiqué de presse dans lequel, au lieu du mot femmes, on parle «de certaines personnes de la gent féminine».

P.-P.-P.-S. — Plus banalement, mononc’ est un hypocoristique : «Heye, mononc’, raconte-moi l’histoire du Rocket.»

P.-P.-P.-P.-S. — Il a déjà été question du mononc’ ici.

Non disponible à la grainothèque

Soit le tweet suivant :

(Un mot d’explication : Marcel Aubut, le président du Comité olympique canadien, fait aujourd’hui l’objet d’une enquête pour harcèlement sexuel. Or il avait été prévenu épistolairement, il y a plusieurs années, de changer de comportement envers les femmes.)

Graine, donc : mot québécois. Synonyme hexagonal : bite. Le chanteur québécois Mononc’ Serge emploie l’un et l’autre dans la même chanson, «Charlie Hebdo» (2015).

P.-S. — Dans un texte sur la prononciation publié le 11 février 2012, il a déjà été question d’une «graine d’ours».

P.-P.-S. — Crisser ? Par ici.

P.-P.-P.-S. — Grainothèque ? Par .

 

[Complément]

En des termes légèrement différents, Yves Boisvert, dans la Presse+ du jour, souligne à son tour les limites de l’épistolarité en cette matière.

Yves Boisvert, la Presse+, 3 octobre 2015

 

[Complément]

Aubut a finalement démissionné de son poste. Dans le communiqué qu’il a publié ce matin, il parle «de certaines personnes de la gent féminine». S’agirait-il de femmes ?