Notes californiennes

Aéroport de Santa Barbara, Californie, façade, février 2017

Le douanier états-unien : «A conference ? About what ?»
L’Oreille tendue : «Eighteenth-century French literature
Lui : «No kidding !?»
Elle, intérieurement : «No kidding

Apprendre à Santa Barbara la mort de l’homme de radio Stuart McLean. Tristesse.

Le silence n’est plus ce qu’il était. Il n’est plus.

Un hôtel qui fait jouer du Ella Fitzgerald au petit déjeuner ne peut pas être un mauvais hôtel.

Visite guidée de la ville en bus. Le cicérone donne des dates; cela n’étonne pas. Il donne aussi le prix de plusieurs propriétés, à vendre ou pas; cela étonne. Pourtant ce sont des nombres dans les deux cas.

Comment dire ? Il reste encore quelques Français qui ont du mal avec la langue anglaise, et particulièrement avec la façon de la prononcer. Si, si.

Vous avez entendu parler d’un déluge qui aurait frappé le sud de la Californie à la mi-février? C’est vrai. L’Oreille est encore trempée.

Dans un profond petit livre, Montréal-Mirabel. Lignes de séparation (2017), Marie-Pascale Huglo, une collègue de l’Oreille, parle longuement d’un aéroport aujourd’hui disparu, celui de Mirabel. Elle le compare à l’occasion à un autre aéroport montréalais, Montréal-Trudeau, toujours au détriment de celui-ci : «Montréal-Trudeau a évacué toute ambition architecturale; la médiocrité du petit a bénéficié des ratages du gros, l’efficacité a pris le dessus, c’est comme ça» (p. 134). L’Oreille a lu, avec bonheur, ce livre dans l’avion qui la menait vers Montréal-Trudeau. Elle ne contestera pas l’interprétation de son auteure.

Message d’accueil à bord du vol AC 798, Montréal => Los Angeles : «Bon matin.» Un puriste aurait pu se plaindre.

P.-S. — Pourquoi la Californie ? Pour Jean-Jacques Rousseau, bien sûr.

Référence

Huglo, Marie-Pascale, Montréal-Mirabel. Lignes de séparation, Montréal, Leméac, 2017, 152 p.

Le français conservateur

Annonce du débat du Parti conservateur du 17 janvier 2017

 

Le Parti conservateur du Canada, à la suite du départ de Stephen Harper, se cherche un nouveau chef. Hier soir, treize (!) candidats à ce poste ont été réunis à Québec pour présenter leurs positions en français. (Il aurait pu y en avoir quatorze si l’unilingue anglophone Kevin O’Leary n’avait pas été aussi «chicken», dixit le journaliste Yves Boisvert dans la Presse+.)

À la demande du Journal de Québec, l’Oreille tendue était devant son ordinateur pour suivre cette activité et offrir ses réflexions sur la qualité du français des candidats. (Merci de l’invitation. L’article est ici. Non, bien sûr, l’Oreille n’est pas linguiste.)

Ci-dessous, quelques ajouts à ce qui a paru dans le journal.

La formule

On ne peut pas parler de débat. À tour de rôle, les participants répondaient, en cinquante secondes, à des questions soumises par la direction du parti ou par des membres; pour plusieurs, il s’agissait de lire, approximativement, un court texte. (Une personne citée hier par le quotidien le Devoir laissait entendre que les candidats connaissaient les questions à l’avance.) Ils pouvaient également réagir brièvement à une déclaration d’un de leurs opposants. Il n’y avait donc aucune interaction réelle entre les candidats. On peut, sans risque de se tromper, avancer que la majorité des intervenants aurait été incapable de pareille interaction. La formule retenue, cette succession de monologues, les a donc protégés.

Le palmarès

Maxime Bernier et Steven Blainey sont francophones; ils étaient clairement avantagés hier soir. Le premier, qui aime l’anglicisme «vocal», a livré le pléonasme de la soirée : il faut «se lever debout».

Parmi les anglophones, Chris Alexander, Michael Chong et Rick Peterson ont été les seuls à faire la démonstration qu’ils sont bilingues. Alexander, qui a dit avoir déjà habité près de Québec, s’est permis un québécisme : «en pleine face». Chong hésitait entre «le job» et «la job». Le léger accent de Peterson et deux de ses choix lexicaux («sympa», «messieurs-dames») laissaient entendre qu’il avait appris son français dans l’Hexagone : en effet, selon son site Web, il a joué au hockey en France et il est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris. Les trois faisaient des fautes, mais cela ne les empêchait pas de s’exprimer.

Aucun autre candidat n’a fait la démonstration de sa maîtrise du français. Deepak Obhrai était incompréhensible; sa présence était parfaitement inutile et souvent risible. Les problèmes de prononciation de Kellie Leitch («J’aurai besoin de vous pour pratiquer» mon français, a-t-elle avoué d’entrée de jeu), Brad Trost et Lisa Raitt étaient considérables. Pierre Lemieux ne paraît pas avoir compris qu’on lui posait une question sur les Premières nations; il a répondu sur un tout autre sujet. Erin O’Toole et Andrew Saxton avaient (un peu) mieux travaillé que les autres, mais pas au point de faire la preuve qu’ils sont capables de converser en français. (Lisa Raitt a-t-elle bien dit qu’il y a «60 milliards» de Canadiens qui travaillent dans la forêt ? Ça fait beaucoup de monde.)

Andrew Scheer est probablement le plus grand perdant de la soirée. La semaine dernière, à la surprise de plusieurs, il a annoncé qu’il avait l’appui de quatre députés québécois francophones de son parti dans la course à la chefferie. La soirée a plutôt bien commencé pour lui, mais ça s’est détérioré par la suite. Il n’était à l’aise ni quand il lisait ses réponses préparées ni quand il improvisait. Son poste de président de la Chambre des communes, à Ottawa, à partir de 2011, ne supposait-il pas une connaissance correcte du français ?

Ni le Parti conservateur ni le français ne sortent grandis de cette affaire.

P.-S. — Les choses n’avaient pas très bien commencé, la modératrice, Pascale Déry, ayant ouvert le bal en confondant le conditionnel et le futur («Je serais la modératrice») et en utilisant un anglicisme (il allait y avoir des «questions articulées autour de […] deux termes»).

Faire entendre des voix

Laurent Binet, la Septième Fonction du langage, 2016, couverture«Épistémè, mon cul.»

Dire de la Septième Fonction du langage, le roman de Laurent Binet (2015), qu’il est irrévérencieux relève de la litote. Peu des personnalités françaises des années 1970-1980 y survivent (littéralement et dans tous les sens). François Mitterrand, Michel Foucault, Roland Barthes, Jacques Derrida, Louis Althusser, Philippe Sollers (aïe !), Julia Kristeva (ouille !) : tout le monde en prend pour son grade. Et il n’y a pas qu’eux.

Dire de la Septième Fonction du langage qu’il s’agit d’un roman policier sans rebondissements relèverait de la plus mauvaise foi. Prenons ce résumé partiel (il reste alors 150 pages à lire) :

À Bologne, [Simon Herzog] couche avec Bianca dans un amphithéâtre du XVIIe et il échappe à un attentat à la bombe. Ici [à Ithaca, New York], il manque de se faire poignarder dans une bibliothèque de nuit par un philosophe du langage [John Searle] et il assiste à une scène de levrette plus ou moins mythologique sur une photocopieuse. Il a rencontré Giscard à l’Élysée, a croisé Foucault dans un sauna gay, a participé à une poursuite en voiture à l’issue de laquelle il a été victime d’une tentative d’assassinat, a vu un homme en tuer un autre avec un parapluie empoisonné, a découvert une société secrète [le Logos Club] où l’on coupe les doigts des perdants, a traversé l’Atlantique pour récupérer un mystérieux document. Il a vécu en quelques mois plus d’événements extraordinaires qu’il n’aurait pensé en vivre durant toute son existence. Simon sait reconnaître du romanesque quand il en rencontre. Il repense aux surnuméraires d’Umberto Eco. Il tire sur le joint (éd. de 2016, p. 329).

Dire de la Septième Fonction du langage qu’il est insensible à la diversité linguistique serait mentir. Voilà un roman où l’on parle bien sûr français, mais aussi russe, italien et anglais. Surtout, le romancier ne cesse de tendre l’oreille aux accents et à la prononciation des uns et des autres («D’où vient cet accent ?», p. 16).

On reconnaît les Bulgares — surtout les Bulgares — à leur façon de rouler les r, mais c’est aussi vrai des Russes; bref, attention aux slaves (p. 16-17, p. 56). Jean-Edern Hallier a «l’accent typique des aristocrates ou des grands bourgeois qui confine au défaut de prononciation» (p. 58). Aux Bains Diderot (p. 56-65), Simon Herzog a beaucoup de mal à retrouver un des amants de Michel Foucault, dont il ne connaît que l’accent, mais il va y arriver, quand il entendra : «Tu es gentil, Michel, et tu as uneu belleu queue, con !» (p. 64) Roland Barthes a une «voix de basse», à la Philippe Noiret (p. 68, p. 99). Valéry Giscard d’Estaing est l’homme «au parler chuintant» (p. 81), mais «Personne n’a, à ma connaissance, relevé que le fameux chuintement de Giscard s’accentuait dans les situations de gêne ou de plaisir» (p. 144-145). (Précision, plus loin : «chuintement de hobereau de province», p. 439-440.) Foucault a une voix «nasillarde comme les voix de l’ancien temps» (p. 92). Il suffit de prêter l’oreille pour savoir qu’un tel est de New York (p. 156), tel autre des Pouilles (p. 229), une dernière du Midwest (p. 352). À un moment, on «croit distinguer un accent anglais» (p. 176). Umberto Eco a un accent italien quand il parle anglais (p. 251).

Inversement, bien sûr, certain personnage «intervient, en français, sans accent» (p. 218). Ou encore : Simon «ne détecte aucun accent» (p. 345).

Tout cela, ce sont des signes.

Dans ce roman sur la sémiologie — «La sémiologie est un truc étrange» (p. 14) —, l’attention aux sons et le souci de les interpréter sont omniprésents. Ce n’est pas la seule raison pourquoi il faut le lire.

P.-S. — La «septième fonction du langage» ? L’arme rhétorique par excellence.

Référence

Binet, Laurent, la Septième Fonction du langage, Paris, Librairie générale française, coll. «Le Livre de poche», 34256, 2016 (2015), 477 p.

Blessure de l’oreille

Symbole de l’euro

Chacun le sait, l’oreille est un organe qui saigne facilement. En France, récemment, celle de l’Oreille a ainsi souffert à l’occasion.

Pourquoi ?

Il lui est arrivé trop souvent d’entendre des gens s’appliquer à ne pas faire la liaison entre le numéral et le mot euro au pluriel : vin euros pour vinteuros; deu euros pour deuzeuros. Ces mêmes personnes disaient pourtant uneuro et pas un euro.

La pratique est incorrecte — une fois n’est pas coutume, citons le site de l’Académie française —, ancienne — l’euro existe depuis 1999 — et fréquente — Google est formel là-dessus.

Elle n’en étonne pas moins.