L’oreille tendue de… Pierre Roberge

Pierre Roberge, le Dernier Rayon sur la gauche, 2024, couverture

«La bibliothèque est à peu près vide en ce début d’après-midi. L’animation reprendra de plus belle à la fin des classes. C’est sans doute la raison pour laquelle, dans ce silence relatif, l’ouverture de la porte principale attire notre attention. Sa fermeture feutrée est suivie d’un bruit lancinant de roues mal huilées et d’un amas de ferraille qui s’approche. Winnie et Tigrou tendent immédiatement l’oreille. J’ai l’impression qu’ils blêmissent tous les deux.»

«Le conseiller Landry plisse les yeux et tend l’oreille pour tenter de capter au moins quelques mots, mais c’est peine perdue. J’essaie de faire cesser la prestation de l’harmonie, mais le maître de musique n’a manifestement pas l’intention de s’interrompre avant la fin de la pièce et, comme il reste encore plusieurs pages à la partition devant lui, j’en déduis que nous devrons passer à l’intérieur de la bibliothèque si nous voulons nous entendre. En revenant vers le conseiller, je remarque que son garde du corps et lui ont levé les yeux au ciel et semblent observer attentivement quelque chose. Le drone du directeur !»

Pierre Roberge, le Dernier Rayon sur la gauche, Lanoraie, Les Éditions de l’Apothéose, 2024, 196 p. Édition numérique.

 

On trouve un compte rendu du roman ici.

L’oreille tendue de… François Hébert

François Hébert, Holyoke, 1978, couverture

«Avouez qu’il n’est pas facile pour un homme respectable qui se souvient d’avoir été un curé respectable d’avouer en public, un public il est vrai restreint à quatre personnes, mais tout de même : Qa pianote des doigts sur le comptoir, Aq tend une oreille distraite aux propos de Couillard, Luc Larivière se cache derrière les grandes feuilles du journal, qu’il lit à l’envers / Marie Dupont pensait aux bras de Pierre qui l’avait enlacée la veille / d’avouer que l’église, ç’avait commencé dans le presbytère et c’était sans doute venu de la boulangerie voisine, que l’église était infestée de blattes […].»

François Hébert, Holyoke. Les ongles noirs de Pierre. Roman, Montréal, Quinze, coll. «Prose entière», 1978, 300 p., p. 125.

Autopromotion 763

André Belleau, «Plans — Notes —Ébauches», 1969-1984, couverture, Service des archives et de gestion des documents, Université du Québec à Montréal, cote 119P-025/2 T-5

Depuis des lustres, l’Oreille tendue lit et commente André Belleau.

Elle vient de publier son plus récent texte sur lui, «André Belleau nouvelliste». Merci à la revue Sens public de l’accueillir.

Melançon, Benoît, «André Belleau nouvelliste. Notes insatisfaisantes», Sens public, revue numérique, rubrique «Chroniques», 21 mai 2024. URL : https://www.sens-public.org/articles/1758/ (HTML); https://www.sens-public.org/static/git-articles/SP1758/SP1758.pdf (PDF); https://doi.org/1866/33268 (PDF).

Accouplements 241

François Hébert, Si affinités, 2023, couverture

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Ducharme, Réjean, l’Océantume (1968), dans Romans, Paris, Quarto Gallimard, 2022, 1951 p., p. 165-423. Édition établie et présentée par Élisabeth Nardout-Lafarge. Vie & œuvre par Monique Bertrand et Monique Jean.

«Nous y sommes. Soyons-y !» (p. 312)

Hébert, François, Holyoke. Les ongles noirs de Pierre. Roman, Montréal, Quinze, coll. «Prose entière», 1978, 300 p.

«nous y sommes / n’y soyons pas !» (p. 162)

Hébert, François, le Rendez-vous. Roman, Montréal, Quinze, coll. «Prose entière», 1980, 234 p.

«Ben oui, mon vieux, que veux-tu ? Comme dit Ducharme, “nous y sommes, soyons-y”. Le Québec, et puis merde» (p. 114).

Hébert, François, Histoire de l’impossible pays. Nommé Kzergptatl, de son roi Kztatzk premier et dernier et de l’ennemi de celui-ci le sinistre Hiccope 13 empereur du Hiccopiland. Roman, Montréal, Primeur, coll. «L’échiquier», 1984, 187 p.

«Nous y sommes, dans le cosmos; soyons-y» (p. 144).

 

[Complément du 12 juin 2024]

Labelle, François-Simon, «Édition critique de la correspondance de Jacques Ferron et François Hébert», Montréal, Université de Montréal, mémoire de maîtrise, 1998, vii/338 p. Dir. : Ginette Michaud. https://hdl.handle.net/1866/30017

«Nous y sommes, soyons-y, comme dirait ce cher Ducharme» (lettre de François Hébert à Jacques Ferron, 26 novembre 1980, p. 82).

Hébert, François, Pour orienter les flèches. Notes sur la guerre, la langue et la forêt, Montréal, Trait d’union, coll. «Échappées», 2002, 221 p.

Philippe Avro «est venu nous parler comme à des vieux amis, nous dire en toute franchise et simplicité tout le mal qu’il pensait du monde moderne et des importants de ce monde, et l’importance d’être là où l’on est, le temps qu’on y est» (p. 32).

Hébert, François, Dans le noir du poème. Les aléas de la transcendance, Montréal, Fides, coll. «Nouvelles études québécoises», hors série, 2007, 214 p.

«Dans cet esprit, aucune distance ne me sépare du monde et d’autrui, ne m’en distingue, protège, isole, ne permet d’en parler froidement, en connaissance de cause. C’est le noir. Nous y sommes, et comme disait l’autre : soyons-y !» (p. 9-10)

 

Illustration : François Hébert, «Ducharme à bicyclette», collage, 2023