Charabia dominical (ou, Exemple à ne pas suivre, ter)

«[On] voit bien qu’entre le poids démolinguistique objectif, les représentations de la complexité d’un système et les caractères d’une dénomination, ce qui compte, ce sont les locuteurs, c’est-à-dire la diffusion sur sol (monde des territoires) et hors sol (cybermonde). Si le discours est un acteur du Monde et si on peut en littérature inventer le monde en racontant une journée de la terre, sur tous les continents, et faire parler des centaines de personnages en des centaines de lieux, l’acte de nommer est à la fois éphémère, chargé de mémoire et parfois inflationniste. Il en va ainsi de la circulation extrême de termes qui “affaissent” la notion, comme ceux qui tendent à remplacer l’objet qu’ils sont censés représenter.»

Le Français à l’université, 15, 3, troisième trimestre 2010, p. 1.

P.-S. — L’Oreille tendue attend toujours avec impatience la plus récente livraison de cette publication. Elle l’a déjà montré ici ou .

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

4 thoughts on “Charabia dominical (ou, Exemple à ne pas suivre, ter)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*