Agriculture orthopédique

Ceci, tiré du Chinois (2011), le roman récent d’Henning Mankell : «On le transféra aussitôt dans une des cellules où les condamnés à mort étaient gardés sous haute surveillance, avant d’être emmenés seuls ou en groupe dans un champ à genoux, mains attachées dans le dos, pour recevoir une balle dans la nuque» (p. 405).

Ce «champ à genoux» donne-t-il de bonnes récoltes ?

Référence

Mankell, Henning, le Chinois, Paris, Seuil, coll. «Policiers», 2011 (2008), 554 p. Traduction de Rémi Cassaigne.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Agriculture orthopédique”

  1. Le ratissage capillotracté donne toujours d’excellents résultats dans ce genre de cultures. Il suffit pourtant parfois de semer quelques virgules ici ou là et tout rentre dans l’ordre. (ndt)

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*