Subtil distinguo, ter

Quand le Devoir se trompe, le journal publie un «Rectificatif» : «Une erreur s’est glissée le vendredi 1er février en page B 9 dans la légende la photo accompagnant le texte sur Israël. La photo montrait la statue d’un soldat israélien (et non un véritable militaire) sur le terrain d’un poste de l’armée israélienne du mont Bental, sur le plateau du Golan» (4 février 2013, p. A8).

Quand la Presse se trompe, le journal publie une «Précision» sur un «malentendu» : «Dans un article publié le 26 janvier 2013 sur le site web lapresse.ca, nous avons erronément indiqué que Me Anne-France Goldwater, l’avocate de la requérante dans l’affaire de “Lola et Éric”, avait identifié “Éric” lors d’une entrevue diffusée sur les ondes du 98,5 FM et qu’elle s’exposait à des accusations d’outrage au tribunal. Or, il s’avère que Me Goldwater n’a jamais identifié “Éric” lors de cette entrevue et qu’elle n’a donc commis aucune infraction de nature juridique ou déontologique. Nous sommes désolés de ce malentendu» (31 janvier 2013, p. A2).

Ce n’est pas du tout la même chose : celui qui «rectifie» s’est trompé («erreur»), alors que celui qui «précise» s’est trompé («erronément»).

(L’Oreille tendue remercie un de ses fidèles lecteurs, Colibrius, d’avoir attiré son attention sur cette fine distinction.)

 

[Complément du 7 février 2013]

L’amateur de «rectificatifs» / «précisions» se doit de connaître le Tumblr Errratum (avec trois r) de @xkr.

 

[Complément du 21 août 2015]

Ceci, dans la Presse+ du jour :

La Presse+, 21 août 2015, rectificatif

Y aurait-il un changement de vocabulaire à la Presse ? Y reconnaîtrait-on (enfin) qu’on peut se tromper (à l’occasion) ?

 

[Complément du 26 août 2015]

Cela aura duré cinq jours.

La Presse+, 26 août 2015

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

6 thoughts on “Subtil distinguo, ter”

  1. Je ne comprends pas la distinction: celui qui «rectifie» s’est trompé alors que celui qui «précise» s’est trompé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*