Olivieri

Fermeture de la librairie Olivieri

Quand la librairie Olivieri a ouvert ses portes, l’Oreille tendue habitait à l’étranger. Ses amis l’ont prévenue dès son retour : la librairie à fréquenter, près de l’Université de Montréal, se trouvait avenue Lacombe.

Depuis, Olivieri (sur Lacombe, puis sur Gatineau, puis sur Côte-des-Neiges) était devenue la librairie de l’Oreille. Elle y commandait et elle y achetait ses livres, elle y envoyait ses étudiants, elle y assistait à des tables rondes et à des lancements, elle y mangeait (bistro oblige) et elle y causait à l’occasion. Il lui est même arrivé, au début d’une table ronde tenue dans une autre librairie, de remercier la librairie Olivieri pour son accueil ! C’est dire si elle y avait ses habitudes.

La mauvaise nouvelle est tombée ce matin : après 35 ans, Olivieri ferme.

C’est un bien triste jour.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*