Accouplements 152

(Accouplements : une rubrique où l’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

En 1984, l’Oreille tendue rendait compte d’un recueil de chroniques de l’écrivain québécois Gilles Archambault. Elle écrivait ceci : «Alors que le romancier est d’un ennui uniforme, l’“écrivain du dimanche” est alerte, enjoué, prêt à dénoncer ses travers comme ceux de ses collègues.»

Dans le Devoir du jour, Louis Cornellier parle du plus récent livre du même Archambault : «Depuis presque 60 ans, Archambault, qui dit écrire pour trouver une réponse inexistante à l’inconfort de vivre, ne parle que de lui-même, dans un style dépouillé, voire minimaliste, qui ne va pas sans distiller un certain ennui. Mais c’est cet ennui, justement, ce chant monotone, qui recèle la force de l’œuvre, en ce qu’il révèle de l’expérience humaine, dans laquelle les imprévus sont plus souvent décevants que bienvenus, quoi qu’en dise un discours à la mode.»

Ils s’entendront donc au moins sur un mot.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*