Autopromotion 613

«Parlez ici devant l’hygiaphone»

L’Oreille tendue a une bouche. Elle a tendance à l’ouvrir. Conséquences ?

Depuis septembre, dans des publications écrites, elle a parlé…

…des mots de 2021 (dans le Journal de Montréal / de Québec),

…des termes disparus du sport (dans la Presse+),

…de la permanence de la forme épistolaire (dans la Presse+),

…de l’avenir du français (dans les Diplômés),

…de Voltaire (pour TVA nouvelles),

…du mot en w- (dans The Globe and Mail).

C’est bien assez.

Les yeux dans les yeux

«On devrait bannir Bill Ezinicki du hockey;
c’est une brute et [ceux] qui critiquent l’acte de Richard
sans peser le pour et le contre, nous pouvons leur trouver
des places disponibles à Saint-Jean-de-Dieu.»
André Rufiange, 19 avril 1947

Le 10 avril 1947, pendant un match des séries éliminatoires contre les Maple Leafs de Toronto, Maurice «Rocket» Richard, des Canadiens de Montréal — c’est du hockey —, blesse deux joueurs, avec son bâton, d’abord Vic Lynn, puis William «Wild Bill» Ezinicki. Il est chassé du match par l’arbitre, Bill Chadwick. Il est ensuite suspendu, par le président de la Ligue nationale de hockey, Clarence Campbell, pour une partie et on lui impose une amende de 250 $. Si l’on en croit Ed Fitkin, les partisans de Richard se seraient cotisés pour payer l’amende; ils auraient récolté, non pas 250 $, mais 1000 $ (1952, p. 85-86).

L’inimitié entre Richard et Ezinicki a été évoquée par des journalistes, des cinéastes, des historiens du sport, des chansonniers, des biographes. Jean-Marie Pellerin, pour ne prendre qu’un exemple, consacre plusieurs pages indignées de son ouvrage de 1976 au match du 10 avril 1947 et à ses suites médiatiques (p. 86-98).

C’est aussi vrai d’un illustrateur, Franklin Arbuckle (1909-2001). Pour la couverture du magazine Maclean’s du 1er février 1949, il représente Ezinicki et Richard au banc des punitions, où ils sont séparés par ce qu’on imagine être un officiel, crayon sur l’oreille. Derrière eux, on voit un placier du Forum de Montréal et, partiellement, un policier, puis, plus loin, des spectateurs manifestement mécontents; l’un d’eux a même lancé un de ses couvre-chaussures (une de ses claques ou caoutchoucs). Les deux hockeyeurs se dévisagent, les yeux dans les yeux. Ils sont insensibles au jeu sur la glace : une rondelle passe devant eux sans qu’ils la regardent.

Couverture de Franklin Arbuckle, magazine Maclean’s, 1er février 1949

Quelques années plus tard, Ezinicki et Richard se croiseront — et ils rejoueront, consciemment ou pas, la même scène, sourire en plus.

Photographie de Maurice Richard et Bill Ezinicki

Le sport moderne est affaire d’images.

 

Références

Fitkin, Ed, le Rocket du hockey. Maurice Richard, Toronto, Une publication Castle, [s.d. — 1952], 157 p. Ill. Traduction de Camil DesRoches et Paul-Marcel Raymond.

Pellerin, Jean-Marie, l’Idole d’un peuple. Maurice Richard, Montréal, Éditions de l’Homme, 1976, 517 p. Ill. Nouvelle édition : Maurice Richard. L’idole d’un peuple, Montréal, Éditions Trustar, 1998, 570 p. Ill.

Rufiange, André, «L’affaire Richard : question de race !», le Front ouvrier, 3, 21, 19 avril 1947, p. 17.

Accouplements 176

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

L’Oreille tendue a plusieurs intérêts dans la vie.

 

 

Manger de la politique

Boîte à lunch

Une proposition de loi pour encadrer la liberté universitaire au Québec ? «Tout le monde va être pour la tarte aux pommes. On l’a constaté dans nos travaux : tout le monde est pour la liberté universitaire. Ça se complexifie quand vient le temps de dire ce que ça veut dire et comment on la met en œuvre» (Alexandre Cloutier).

La volonté de ramener une équipe de hockey dans la ville de Québec ? «Retour des Nordiques : personne n’est contre le sirop d’érable, François. Mais sans vouloir t’insulter, t’es pas le premier à t’essayer… T’es pas non plus le premier politicien à essayer grossièrement de changer de sujet quand il sent la soupe chaude» (Catherine Dorion).

Il est périodiquement question de simplifier la vie des contribuables québécois en leur faisant remplir une déclaration d’impôt unique (il y a en deux actuellement) ? «Tout ça devient un peu, comment dire, de la poutine politique pour les gens» (Michel David, télévision de Radio-Canada, 19 août 2021).

Un parti vole à un autre un élément de son programme politique ? «QS [Québec solidaire] est en voie de “manger le lunch” du PQ [Parti québécois] qui devra se livrer à une remise en question déchirante et choisir un autre chef» (Donald Charette).

Vous appréciez les rencontres de toutes formes ? «Le Sommet. Une forme de manger mou politique» (la Presse, 25 février 2013, p. A15).

En politique, au Québec comme ailleurs, on trouve à boire et à manger.