Jeu de main

Lu ceci dans un manuel épistolaire québécois de 1917 :

«Monsieur,

Je ne puis être que fort honorée de la lettre par laquelle vous m’offrez votre main, mais à mon âge j’ai dû la communiquer à ma tante qui est toute ma famille» (p. 17).

On se demande ce que la tante a bien pu faire de cette main.

Référence

Le Secrétaire des amoureux et des gens du monde contenant des modèles de correspondance[,] des conseils pour faire un bon mariage et un guide pour toutes les formalités et cérémonies, Montréal, Librairie Beauchemin limitée, 1917, 69 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Jeu de main”

  1. La formule est ampoulée, mais on peut déduire qu’elle en profita pour faire un mariage plus heureux avec un pimpant gaillard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*